PROMOTIONS

64,00 €15,00 € l'unité
6 produits en stock
138,00 €75,00 € l'unité
39 produits en stock
Partager avec un ami








Submit

C’est le 25 mai dernier que se déroulait l’assemblée générale de la Chambre Syndicale Nationale de l’Art Funéraire (CSNAF) sous la conduite d’Aubin de Magnienville, président, et d’Anne Tourres, secrétaire générale. Un moment de rencontre qui permet chaque année d’apprécier les différents rapports, de constater la bonne santé du site Internet grand public et d’échanger sur les évolutions professionnelles en cours.

 CSNAF 2011
Reed

DSCN1117
Aubin de Magnienville,
président de la CSNAF.

Aux côtés du président se trouvaient également dans la salle l’ensemble des membres du conseil d’administration, dont – sans tous les nommer – Marc Manzini (Manzini Granit), Dominique Vigin (société Chrisola), Didier Belluard (EIHF Isofroid), Sylvestre Olgiati (Funépro)… Aubin de Magnienville ouvrit la séance en saluant les adhérents qui avaient réussi à franchir parfois de grandes distances malgré la quasi-absence de transports liée à des grèves périodiques et répétées depuis deux mois.

Il remercia ensuite les différentes personnalités qui s’étaient rendues disponibles pour assister à cette AG : Michel Marchetti (coprésident de la CPFM) et Richard Féret (son directeur général délégué), invité d’honneur de cette session ; Manuel Sauveplane (un des deux vice-présidents de l’UPFP) ; Patrick Lançon, nouveau vice-président de la Fédération Française de Crémation, ces deux derniers y représentant leurs institutions pour la première fois. Et, bien sûr, la presse professionnelle couvrait comme il se doit l’événement.

FUNÉRAIRE PARIS 2017 : des constats constructifs

Parmi les activités qui marquèrent 2017, la préparation, l’organisation et la réalisation du salon FUNÉRAIRE PARIS 2017 (du 23 au 25 novembre) furent parmi les plus importantes. Cette édition fut marquée par un retour au parc des expositions du Bourget, ainsi que par une fréquentation française certes stable en nombre, mais excellente en qualité et en état d’esprit. Le ressenti quasi unanime, tant côté exposants que visiteurs, fut celui d’une très bonne ambiance générale.

Comme à chaque fois, des constats effectués ressortent de nouvelles idées pour les prochaines éditions. Ainsi, si la nouvelle configuration des stands du salon a été bien perçue, il fut remarqué que, par endroits, les allées de 2 m se sont avérées trop étroites en période d’affluence. Décision a donc été prise de les élargir à 2,50 m en 2019.

Le flux journalier des visiteurs est l’un des points structurants de la vie d’un tel événement, et il se prête aussi cette année à une analyse. En effet, le jeudi, premier jour du salon, a connu une fréquentation bien supérieure par rapport aux éditions précédentes. Le vendredi fut normal, en revanche, le samedi s’érode nettement. Le conseil d’administration a donc décidé pour 2019 d’ouvrir le salon le mercredi et de supprimer le samedi.

Agir et s’impliquer pour l’avenir de la profession

Dans les autres travaux réalisés, on notera la refonte de la cellule de veille FUNESCOPE 2018, avec notamment le réexamen des différents échantillons au niveau des produits et des distributeurs en intégrant, entre autres, les acteurs publics et les leaders indépendants.

La chaîne YouTube de la CSNAF évolue et accueille, en complément des six reportages déjà existants (cercueils, capitons, plaques, monuments, soins de conservation et composition florale), deux nouveaux petits films réalisés au quatrième trimestre 2017 : les registres et le bronze. Toutes ces vidéos sont représentatives d’un vrai savoir-faire français dans ces différents domaines. Autre point positif, le site grand public de la Chambre syndicale – deces-info.fr – bénéficie d’une très bonne santé et continue de progresser en matière d’audience.

La présence régulière de la CSNAF (représentée par Aubin de Magnienville) aux séances de travail du CNOF (Conseil National des Opérations Funéraires) permet de participer aux nombreuses réflexions en cours. Issu de celles-ci, le futur décret cercueil devrait prochainement être étudié par le Conseil d’État. Nouveauté de cette année, des groupes de travail ont été créés. La chambre syndicale collabore aux suivants : "Thanatopraxie" et "Nouveaux modes de sépultures (résomation, aquamation, etc.)".

Participation au GOFI

L’un des événements importants survenus ces derniers mois est sans aucun doute la création du GOFI (Groupement des Opérateurs Funéraires Indépendants), un GIE (Groupement d’Intérêt Économique) rassemblant des indépendants souhaitant proposer leurs services aux assureurs (voir Résonance n° 139). Celui-ci a demandé au président de la CSNAF de faire partie de son comité des sages, instance purement consultative de cette nouvelle organisation. La première réunion de lancement a eu lieu au Mans fin avril.

Cette contribution au GOFI est en phase avec la vision qu’a la Chambre syndicale concernant l’avenir des contrats obsèques ; et converge avec les actions induites par l’état du marché actuel qu’elle compte mettre en place, notamment vis-à-vis des fabricants face à la montée de ces contrats. Aubin de Magnienville a ainsi validé le soutien du syndicat au GOFI.

DSCN1126De nombreux adhérents présents, malgré les grèves.

Donner une image positive de la filière

Les activités et les actions à venir ont été également largement abordées. Ainsi a été portée à la connaissance de l’assemblée la décision d’apporter un soutien financier à hauteur de 30 000 € à l’association "Empreintes - Vivre son deuil" pour son projet de journée nationale "Au cœur du deuil" qui devrait se tenir en mars 2019. Cette manifestation se situe dans le prolongement des premières Assises du funéraire (3 octobre 2016) et participe de nouveau au rayonnement de la filière.

Il a été décidé de faire réactualiser l’étude CRÉDOC "Les Français et les obsèques", dont la dernière mouture a été élaborée en 2014 mais dont le lancement originel date déjà d’une dizaine d’années. Les travaux sont programmés pour fin 2018-début 2019, pour une restitution lors de la prochaine AG. Cela permettra de prendre le pouls des nouvelles tendances, et d’ajouter des questions dédiées aux contrats obsèques.

L’assemblée générale se terminait avec l’intervention attendue de Richard Féret, invité d’honneur. Celui-ci a exposé et détaillé différents sujets ayant trait à l’actualité législative et réglementaire, mais aussi sociale, du secteur funéraire. Le dernier chapitre de son intervention concernait principalement quelques projets envisagés pour 2018 et les perspectives de la filière, sur la base de réflexions actives au sein de la CPFM (Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie), en grande proximité avec celles de la CSNAF.

Certificat de décès dématérialisé : expérimentation positive

Nous n’aborderons ici que quelques aspects particuliers de ses propos, car nous aurons l’opportunité d’y revenir après l’assemblée générale de la Confédération, qui se tient le 15 juin. La première information partagée concerne l’expérimentation de la dématérialisation du certificat de décès qui s’est déroulée durant le deuxième semestre 2017 dans six villes pilotes. Le comité de pilotage en a tiré les premiers enseignements, et le bilan est très positif.

Il reste maintenant à développer l’harmonisation des numéros d’habilitation par les préfectures. Celle-ci va être possible et effective grâce à la constitution du ROF (Répertoire des Opérateurs Funéraires) sous la férule du ministère de l’Intérieur. À noter que, dans certains cas, le formulaire papier du certificat de décès perdure en lieu et place de la version dématérialisée (lorsque le médecin ne dispose pas d’un équipement adapté, par exemple). Celui-ci fait l’objet d’une actualisation suite à la parution de l’arrêté fixant la nouvelle liste des infections transmissibles.

Richard Féret a rappelé ensuite les avancées sur l’agrément et les normes cercueils. Le projet de décret et arrêté "matériaux cercueils" a été validé lors du CNOF le 16 novembre 2017 et, en janvier dernier, le ministère a annoncé un calendrier pour sa mise en place. Dès juillet 2018 : attestation de conformité nécessaire à la mise sur le marché des cercueils en matériaux non agréés ou en bois dont l’épaisseur est inférieure à 18 mm ; à partir de juillet 2021 : attestation de conformité nécessaire à la mise sur le marché des cercueils en matériaux agréés ou en bois d’épaisseur supérieure à 18 mm. Un premier texte encadrant l’attestation de conformité pourrait être publié à l’été 2018.

Savoir anticiper dans un secteur en constante évolution

Le directeur général délégué de la CPFM a donné quelques informations complémentaires sur les groupes de travail mis en place au CNOF, en précisant que c’est la DGCL (Direction Générale des Collectivités Locales) qui a la charge de la coordination de ceux-ci. Cinq grands thèmes ont été choisis pour étudier les sujets relatifs aux activités des services funéraires : "Techniques de soin", "Dématérialisation et Numérisation", "Nouveaux modes de sépulture", "Formation et Qualification Professionnelle" et "Dimensionnement des équipements funéraires". Richard Féret a été désigné rapporteur du groupe de travail n° 2.
Enfin, relevons qu’Alain Bachelier a été officiellement enregistré comme "Médiateur de la consommation des professions funéraires". Les entreprises adhérentes à la CPFM, à jour de leur cotisation, peuvent gratuitement faire référence à ce médiateur dans leurs conditions générales de ventes ; pour les entreprises extérieures, un droit d’entrée est demandé.

Dans les projets, on gardera en mémoire qu’une proposition de loi a été déposée par un groupe de députés (enregistrée le 21 février) en vue de supprimer le plafond actuellement fixé à 5 000 € pour les familles qui souhaitent payer les frais des funérailles par un prélèvement sur le compte bancaire du défunt ; qu’une mission d’information sur la thanatopraxie a été initiée par le Sénat en ce début d’année, sous la direction de Jean-Pierre Sueur ; et que la Cour des comptes et douze chambres régionales des comptes procèdent actuellement à une enquête commune sur la gestion des opérations funéraires, dans l’optique d’une publication au rapport public annuel de la Cour de 2019… Mais nous aurons l’occasion d’y revenir…

Gil Chauveau

Résonance n°141 - Juin 2018

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations