PROMOTIONS

64,00 €15,00 € l'unité
3 produits en stock
138,00 €75,00 € l'unité
39 produits en stock

Gérer un cimetière

60 produits en stock

Avec l’évolution de la législation funéraire qui ne permet plus de garder les cendres du défunt au domicile, le manque de place dans les cimetières, l’évolution des mentalités mais également le contexte économique actuel, de nombreuses familles choisissent la dispersion des cendres.

Dans les années 1990, le nombre des crémations a progressé en France de façon spectaculaire. C’est à la même époque qu’OrthoMetals a vu le jour, en répondant à une préoccupation non négligeable dans l’activité des crématoriums.

PERSONIFIA est aujourd’hui un concept moderne fait pour "rendre hommage autrement" en basant la cérémonie sur la passion qui caractérisait le défunt. Rencontre avec Serge Clapier, directeur de PERSONIFIA.

La crémation n’est pas une pratique funéraire récente. Elle a été pratiquée par l’homme dès qu’il a maitrisé le feu. Pendant sa période nomade l’homme ne revenait jamais au même endroit. La crémation permettait de protéger la dépouille des prédateurs et aussi de s’attacher l’esprit du défunt dans le cadre de la migration du clan. La sédentarisation s’est accompagnée du développement de l’inhumation. Crémation et inhumation cohabitent depuis longtemps mais les religions monothéistes réprouvant toutes la crémation, cette pratique funéraire a considérablement faibli. Elle a même été interdite par une ordonnance de Charlemagne. Où en est-on aujourd’hui et à quelle évolution peut-on s’attendre ?

Depuis 100 000 ans, les hommes prennent soin de leurs morts. Cette attention sert à faire disparaître un corps de manière à ce qu’il ne soit pas soumis aux aléas de la nature (putréfaction, charognage). C’est également un acte qui semble compenser, pour Néandertal et sapiens, l’angoisse que génère chez eux le mystère de la mort. Ces premiers rites funéraires (projection d’ocres sur le corps et dépôt d’outils, d’os d’animaux dans la tombe) confèrent au cadavre, par le don de ces viatiques, une sorte de sacralité. Ces gestes veulent rendre le mort à un monde incompréhensible et, par là, angoissant.

Cette édition spéciale "crémation" du magazine Résonance est une très belle opportunité pour représenter le concept et les produits novateurs de la marque française d’urnes funéraires Eco-Urne, en perspective du prochain salon professionnel FUNÉRAIRE PARIS 2015.

Le numéro spécial que consacre Résonance à la crémation pour ces mois d’été est l’occasion pour moi de rappeler l’exceptionnelle évolution qu’a connue ce mode de funérailles depuis quelques années. Alors que cette pratique avait été enfouie et presque totalement abandonnée par notre société judéo-chrétienne durant plusieurs siècles, elle ressurgit de façon extrêmement soudaine depuis quelques décennies.

Après 6 ans de recherches et d’essais, en partenariat avec DS Smith (l’un des deux leaders mondiaux du carton ondulé), ABCRÉMATION a trouvé la formule adéquate pour réaliser des cercueils en carton répondant aux obligations réglementaires et aux exigences de la norme D 80-001 (1 et 3). Revue des détails de ce long parcours avec sa dirigeante, Brigitte Sabatier.

CAPNEA est l’un des spécialistes français de la dispersion des cendres et de l’immersion d’urnes en mer. Jeune entreprise toulonnaise, elle dresse déjà, après quelques mois d’activité, un premier bilan positif. Dans celui-ci prend place une part importante de demandes d’immersion par délégation (après la rédaction d’un mandat de pouvoir en bonne et due forme) de la part de familles ne pouvant se déplacer pour la réalisation de cette dernière cérémonie.

Le groupe OGF, acteur historique considéré comme un référent du marché funéraire, a toujours été précurseur dans le domaine de la crémation. Il a anticipé son développement et est devenu le premier gestionnaire privé français de crématoriums. Parallèlement, il a toujours innové en adaptant son offre de services et de produits aux nouveaux besoins des familles qui optaient pour ce mode de sépulture. C’est ainsi qu’il a lancé une nouvelle gamme d’urnes résolument moderne qui diffère de l’offre plus conventionnelle et apporte aux familles un large choix pour matérialiser le souvenir de l’être disparu. À cette occasion, Résonance a interviewé Jean Ruellan, directeur du marketing et de la communication du groupe OGF.

À l’heure où la pratique de la crémation va croissante, nombre de communes et autres collectivités se sont équipées d’appareils de crémation répondant tous aux normes en vigueur et tous équipés de filtration dernier cri. Dans le même temps, suite à la loi de janvier 2010, tous les crématoriums créés avant cette date doivent s’équiper d’une ligne de filtration d’ici février 2018. Tous font mine d’être de bons élèves, oui mais… Savent-ils toujours à qui ils ont à faire ?

À l’heure où la crémation n’est plus anecdotique, ou les propositions de vols low-cost envahissent nos écrans et où la crise économique encourage bon nombre de nos concitoyens à partir travailler à l’étranger…, les textes de loi, eux, restent au point mort concernant la pratique dite : du "dépotage" !

Depuis octobre 2014, le crématorium de Lyon a rejoint le peloton de tête (Paris, Marseille…) des crématoriums français répondant aux exigences de l’arrêté ministériel du 28 janvier 2010 relatif à la hauteur de la cheminée des crématoriums et aux quantités maximales des polluants contenus dans les gaz rejetés à l’atmosphère. Les Pompes Funèbres Intercommunales (PFI) de l’agglomération lyonnaise assurent la gestion du crématorium de Lyon depuis le 1er janvier 2006. Rencontre avec Thierry Chaffal, directeur technique des PFI de l’agglomération lyonnaise.

ATI est l’un des deux grands fournisseurs en France de fours de crémation et de systèmes de filtration des gaz. La perspective de 2018 est pour elle synonyme de nombreuses mises aux normes de filtrations restant à effectuer sur les sites existants, également du fait de l’accroissement continu du nombre de crémations, et également de l’apparition régulière de nouveaux appels d’offres pour équiper les crématoriums de demain. Mais ces promesses de chantiers futurs sont indissociables aujourd’hui d’une préoccupation environnementale de plus en plus prégnante.

Certaines problématiques actuelles liées à la crémation et aux crématoriums sont récurrentes depuis quelques années. Parmi celles-ci, on retrouve le remplacement de la norme 1994 par la norme 2018 et l’apparition du cercueil en carton dont la commercialisation se développe. François Michaud-Nérard, directeur général des Services Funéraires - Ville de Paris, interlocuteur référent dans le domaine funéraire, nous donne quelques pistes de réflexion.

Rencontre avec Jean-Pierre Guillermin, directeur France de la société Facultatieve Technologies, qui nous dresse un état des lieux de la mise en conformité des installations de crémation en France, nous explique les différents choix stratégiques et autres opportunités possibles pour les exploitants. Dans un second temps, il nous fait part de ses projections concernant la crémation d’ici 2020 (pratique et installations) tout en réaffirmant la position et les compétences de Facultatieve Technologies, de même que son ambition d’être et de rester un partenaire de référence dans le domaine de la crémation non seulement en France, mais aussi en Europe.

Hormis la référence historique qu’il représente, le crématorium du Père-Lachaise est également un modèle du genre en matière environnementale, tant dans le domaine des filtrations que dans celui du recyclage de l’énergie. Un entretien avec le directeur des crématoriums des Services Funéraires Ville de Paris, Alain Villechaise, est pour nous l’occasion d’aborder le sujet des divers systèmes de récupération de calories, profitant ainsi de ses compétences techniques.

Avec près d’une dizaine de crématoriums et plus de vingt-cinq funérariums réalisés, l’Atelier Bertin Architectes met depuis vingt ans son expérience au service du funéraire. Orchestrées par Jacques Bertin et Maria Sanabria, leurs créations architecturales sont marquées par une volonté indéfectible de respecter l’humain et l’environnement. De cet esprit naissent des réalisations empreintes de transparence et d’effacement… de cet effacement progressif du corps de l’être aimé vers la flamme originelle.

" Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé "
Albert Einstein

L’UCE (Union Crématiste Européenne), créée en 2002, comprend six fédérations crématistes : la France, la Belgique, le Luxembourg, l’Italie, la Grèce et la Serbie. Elle a adopté, lors de son assemblée générale du 30 mai dernier à Paris, une charte éthique concernant la crémation. Elle souhaite que cette charte soit prise en compte par l’ensemble des acteurs intervenant lors d’obsèques par crémation, et qu’elle soit applicable dans tous les pays de l’Union européenne.

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations