PROMOTIONS

64,00 €15,00 € l'unité
20 produits en stock
138,00 €75,00 € l'unité
40 produits en stock
Partager avec un ami








Submit

C’est une patiente reconstruction, après la tourmente financière. Fort d’une décision favorable du tribunal de commerce d’Annecy fin 2015, et après une restructuration, le crématorium de La Balme de Sillingy (Haute-Savoie) issu du mouvement crématiste a pu reprendre son activité. Sur son agenda une date importante : le 25 juin, cérémonie de l'anniversaire des 30 ans du crématorium et inauguration de sa nouvelle ligne de filtration.

 

Vue extérieure du crématorium.
Trente ans d’obsèques et une toute nouvelle ligne de filtration aux normes 2018 en cadeau. Les Pompes funèbres de La Balme de Sillingy, près d’Annecy, ouvrent les portes de leur crématorium en délégation de service public le 25 juin pour la journée. Le matin, élus locaux, associations crématistes et professionnels des communes alentour se retrouvent pour les festivités officielles. La présence crématiste est loin d’être anecdotique : exemple rare, l’établissement est né de la volonté des associations locales en 1987, qui siègent encore à son conseil d’administration.

Pour équiper le premier de ses deux fours, il a fallu en passer par une solution de filtration inhabituelle. "Compte tenu de notre redressement judiciaire passé, personne n’a voulu nous prêter d’argent, explique la directrice générale de l’entreprise, Ghislaine Mas. J’ai démarché des fournisseurs. Certains voulaient nous faire tout changer. On nous parlait d’un million d’euros, alors que nos fours sont entretenus. Nous avons passé un accord avec une société proche de Saint-Étienne, FMI Process, qui répondait à nos besoins : installer la filtration en extérieur, faute de place adéquate, et proposer une location sur cinq à sept ans, selon nos capacités, avec une option d’achat au bout".

Quelques travaux d’aménagement ont quand même été engagés en décaissant la montagne attenante. Des travaux entièrement financés par l’entreprise. L’opération permet aussi d’échelonner l’équipement des fours. Le deuxième aura sa filtration courant 2018. En attendant, le premier peut supporter seul les 900 crémations annuelles enregistrées ici, selon la directrice générale.

Sentir passer le vent du boulet

Cette solution technique faisait partie de l’arsenal présenté devant le tribunal de commerce, et qui a rendu possible la continuation de l’activité funéraire. Placé en redressement judiciaire en mai 2014 à la demande de la nouvelle direction voulant remettre les comptes à plat, la société gestionnaire a senti de près passer le vent du boulet, dans un contexte devenu défavorable. Après la création de ce premier établissement du genre localement par les crématistes de Haute-Savoie, de Savoie et de l’Ain, une concurrence est apparue.

D’abord à Annecy, dans les 6 mois qui suivaient en 1987, puis à Bonneville (2014). Ghislaine Mas : "Bonneville nous a fait perdre 30 % de chiffre d’affaires, alors que nous étions déjà endettés après d’importants travaux passés, pas forcément tous justifiés". Certes, aujourd’hui, le crématorium embelli dispose d’une salle de cérémonies rénovée, de cinq salons funéraires, d’un garage, de deux jardins du souvenir et de plusieurs columbarium.
Validé en novembre 2015 par le tribunal de commerce, le plan de continuation prévoit une renégociation de la dette et des augmentations de capital. La délégation de service public a été reconduite jusqu’en 2032. Quelques partenaires privés sont entrés dans l’affaire. Les associations crématistes ont injecté 40 000 €. Le personnel a consenti un gros effort à hauteur de 60 000 €. CDD non renouvelés, licenciements, treizième mois gelé pour deux ans, salaires et primes réduits. "Nous étions 23, nous sommes désormais 14", résume la directrice générale. Une 4e augmentation de capital devrait se faire dans les mois qui viennent par un partenaire professionnel du funéraire.

Un peu plus d’un an après, le plan est respecté. La société de pompes funèbres (qui assure parallèlement toutes les activités habituelles de fournitures de services funéraires, inhumations comprises) a pu financer les récents travaux. Pour répondre à la demande, elle a également ajouté deux columbariums aux cinq déjà présents près de l’établissement. Désormais, ce crématorium de montagne a dix ans pour remonter la pente.

Olivier Pelladeau

Résonance n°131 - Juin 2017

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations