Votre panier

Panier vide

L’une des conséquences notables du confinement dans la vie associative de ces derniers mois fut le report de la quasi-totalité des assemblées générales. La Fédération Nationale de Crémation (FFC) n’y a pas échappé et son Assemblée générale, prévue au printemps dernier, s’est tenue le 11 septembre(*) à Paris. Celle-ci, organisée dans le respect des règles sanitaires imposées, rassemblait une assistance dûment protégée, dans une ambiance singulière et inédite où chacun cherchait le signe d’un sourire ou d’une expression amie derrière les masques des crématistes présents.
 
FFC 1
Une quarantaine de personnes, représentant 59 associations crématistes fédérées, dûment masquées et sanitairement réparties dans la grande salle de réunion d’un hôtel parisien, ont participé à cette AG 2020. Bien que peu nombreux – beaucoup d’excusés compte tenu du contexte sanitaire, mais aussi afin de respecter une jauge limitée –, ils étaient néanmoins possesseurs de suffisamment de mandats – 172 sur un total de 237 possibles – pour que le quorum soit atteint et que les délibérations et les votes puissent avoir lieu.
À la tribune, également dans le respect de la distanciation sociale protectrice, étaient présents Roselyne Huet, trésorière, Géraldine Reinaudo, trésorière adjointe, Nicole Tavares, secrétaire adjointe, et Jo Le Lamer, vice-président. Pour des raisons de santé, Patrick Lançon, vice-président, et Jean-Louis Delarbre, secrétaire général, étaient absents. Testée positive à la Covid-19, et donc en quarantaine, la présidente Frédérique Plaisant est intervenue de chez elle en visioconférence.

AG FFC 11092020 04
De gauche à droite : Roselyne Huet, Géraldine Reinaudo, Jo Le Lamer et Nicole Tavares.
Dominant en visioconférence, Frédérique Plaisant.
 
Une présence aux dimensions impressionnantes

Après avoir eu une pensée pour leurs amis crématistes décédés depuis la précédente Assemblée générale, il fut procédé à la lecture des messages de sympathie envoyés par les associations amies que sont l’ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité), France ADOT, la FAVEC (Fédération des Associations de conjoints survivants et parents d’orphelins) et la Fédération Nationale de la Libre Pensée. Eut lieu ensuite l’adoption à l’unanimité du PV de l’AG 2019, suivie de la lecture du rapport moral par Frédérique Plaisant, présidente. Celle-ci, apparaissant sur grand écran, domina de façon inattendue et spectaculaire l’assemblée masquée qui, pour le coup, se montra très attentive sous la gigantesque représentation "présidentielle" !

Son rapport moral mit en avant trois axes principaux : "les actions extérieures", "la vie interne de la Fédération" et "l’avenir de celle-ci". Nous n’exposerons ici que quelques grands points à retenir, sans entrer dans les détails. Dans la première partie sont rappelés quelques actes significatifs – dont le soutien à la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) – et les participations au salon FUNÉRAIRE PARIS – possible grâce à un stand mis à disposition gratuitement par l’organisateur (la Chambre Syndicale Nationale de l’Art Funéraire) au sein du village des associations – et à la manifestation (ouverte au grand public) organisée par le groupe VYV, la Maison des Obsèques et la MAIF à Marseille les 31 octobre et 1er novembre 2019 sur le thème "la mort si on en parlait". La présidente a participé à cette occasion à la table ronde intitulée "La place de la croyance dans les cérémonies du XXIe siècle, évolutions et ancrages".

Participation assidue au CNOF

La contribution régulière aux travaux du CNOF (séances plénières, groupes de travail, prises de positions, question juridique ou problème rencontré) et une présence active aux différentes commissions sont aussi à signaler. De nombreuses questions ont été soulevées lors de ces réunions, sur lesquelles la FFC a pris position, dont le rejet d’un projet de plate-forme d’écoute liée au deuil et à la Covid-19 car émanant d’un groupe de professionnels connu n’ayant pas besoin de l’aide des financements publics ; et la demande de suspension de la forêt cinéraire d’Arbas par les autorités préfectorales, entre autres.

Au sein des chantiers gérés par les diverses commissions, sur lesquels les crématistes ont aussi "planché", les travaux prennent un aspect plus juridique avec un projet de texte sur le "dépotage des cercueils", un projet de texte (et/ou de loi) sur la nature des métaux issus de la crémation et sur la destination des fonds provenant de leur traitement. Ce sont, il faut le rappeler, des sujets sur lesquels la FFC est particulièrement vigilante et active.

Développement significatif de la communication

Concernant la vie interne de la FFC, celle-ci fut mouvementée et riche d’enseignements. Les locaux de la fédération ont connu quelques petits problèmes de fuites d’eau nécessitant des travaux et la mise en place d’outils pour le travail à distance effectuée par Alain Zanone (responsable de la commission informatique) du fait du passage en télétravail de David Delépine, le secrétaire administratif permanent de la fédération.

Mais le point essentiel est sans aucun doute le développement de la communication fédérale. Celle-ci fut privilégiée au cours de cette année écoulée. Bien sûr avec Crémation Magazine, mais également avec l’apparition d’une newsletter mensuelle pilotée par Jo Le Lamer et diffusée par Patrick Lançon, et un autre outil de communication, le FFC Infos, réalisé sous la houlette de Nicole Tavares.

Un nouvel avenir à construire

Dans le troisième chapitre dédié à l’avenir de la FFC, la présidente rappelle que la situation du mouvement crématiste est inquiétante, avec un manque réel de nouveaux engagements : du dirigeant au militant, des difficultés dans toutes les régions pour recruter, des conseils d’administration qui se réduisent, des bénévoles à bout de souffle. Et elle pose, comme il se doit, des questions essentielles : "Nos missions actuelles sont-elles satisfaisantes ? Nos actions doivent-elles être complètement revues ? Modifier notre objet ? S’allier à d’autres partenaires, revoir nos revendications ou changer notre communication ? Comment faire pour que notre avenir s’améliore ? Notre Congrès de l’an prochain devra absolument trancher sur des mesures et des décisions."

À la suite de quoi, après l’adoption à l’unanimité du rapport moral 2019/2020, Nicole Tavares exposa le rapport d’activités préparé par Jean-Louis Delarbre (absent excusé). Au niveau fédéral, celles-ci se concrétisèrent par un grand nombre de réunions, de bureau et de commissions (dont certaines en visioconférences), de conseil d’administration, mais aussi au CNOF et à l’Union crématiste Européenne (UCE), et par des présences aux Assemblées générales et aux événements d’organisations "amies". S’ajoutent à cela les participations aux différentes "journées formation". Le rapport d’activité 2019/2020 a été adopté à l’unanimité, ainsi que le rapport financier 2019 qui suivit.

Des interrogations constructives

Constante de cette matinée studieuse, l’assistance attentive et réactive posa de nombreuses questions, souvent pertinentes, toujours constructives. Celle-ci questionna la problématique des comités d’éthique pas toujours aisés à mettre en place, l’éventuel élargissement de la diffusion de la newsletter, aux élus locaux notamment, mais aussi l’utilisation possible de Crémation Magazine comme moyen de communication, dans le cadre par exemple de recrutements ou de messages à faire passer vis-à-vis de l’extérieur, ou lors des réunions de comités d’éthique, etc.

Cette AG 2020 se termina avec l’intervention de Sandrine Cépéro, présidente de l’Association Crématiste d’Albères-Vallespir, qui nous présenta Amélie-les-Bains Palalda (66), ville d’accueil de la prochaine assemblée générale et du Congrès FFC de 2021 (du 3 au 6 juin). Haut lieu du thermalisme – dans les Pyrénées-Orientales –, cette localité est aussi connue pour son environnement, son patrimoine, ses activités variées et sa gastronomie. Sa situation verdoyante entre rivière et montagne devrait être propice aux réflexions et aux échanges nécessaires pour nourrir les prochains travaux et défis à relever qui attendent tous les adhérents de la FFC.

Nota : (*) Devant se tenir absolument avant le 30 septembre, date butoir fixée par les pouvoirs publics suite à la pandémie Covid-19.
 
Gil Chauveau

Résonance n°164 - Octobre 2020

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations