PROMOTIONS

64,00 €15,00 € l'unité
15 produits en stock
138,00 €75,00 € l'unité
36 produits en stock
 
 
Depuis le 11 mai, le confinement a été institué. Quels retours peut-on faire aujourd’hui sur cette reprise ? Les pratiques funéraires reprennent leur cours normal lorsqu’il ne s’agit pas de décès dus au Covid-19 où, là, les restrictions et les précautions extrêmes restent encore les mêmes. Cependant, quelques attitudes ou habitudes professionnelles ont été légèrement modifiées, dans lesquelles sont impliquées les relations syndicales. Jean-François Lécuyer, de la CFE-CGC Funéraire, nous confie quelques-uns de ses constats.


Syprès, à Talence (près de Bordeaux), innove à la fois sur sa forme juridique en adoptant le statut de Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) – s’inscrivant ainsi dans le courant de l’économie sociale et solidaire et plaçant l’homme, et non le capital, au cœur de son projet – et sur son objet en voulant renouveler de manière notable la préparation et l’accompagnement du deuil et les cérémonies rituelles… Le pari à la clef ?

Réussir à innover dans le secteur des pompes funèbres !

La dignité est-elle une illusion ?

Constatant certaines dérives significatives, nous sommes en droit de nous interroger sur le principe de "dignité" qui, malheureusement, s’apparente de plus en plus à une illusion. Il faut reconnaître que ce nom féminin a été regrettablement utilisé de façon souvent opportuniste pour justifier l’injustifiable et que sa revendication semble de moins en moins crédible. Pourtant, quoi de plus beau que celle-ci ?

Cette notion trouve son sens tant au niveau philosophique, que juridique ou religieux. La dignité est l’essence même de l’humanité. Le philosophe Paul Ricœur nous invite à l’idée que "quelque chose est dû à l’être humain du fait qu’il est humain". Toute personne mérite donc un respect inconditionnel, quel que soit sa condition sociale, physique, sexuelle, mentale, religieuse, ethnique. Est-il besoin de rappeler à la lecture de l’article premier de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : "Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité" … Un ange passe…

Elle est de l’ordre des principes et ne renvoie non pas à un donné mais à un dû, c’est-à-dire à "quelque chose" qui n’est pas négociable ; ou encore, en d’autres termes, à ce que les juristes nomment "l’irréductible humain".

Le concept de "dignité humaine" occupe désormais une place éminente dans le droit international des droits de l’homme et notamment dans les textes relatifs à la bioéthique, tels que la Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l’homme de l’UNESCO et la Convention sur les droits de l’homme et la biomédecine du Conseil de l’Europe, toutes deux en 1997. L’idée de dignité humaine a donc une longue histoire et la difficulté de la définir vient de ce que l’accumulation des discours qui s’en emparent et celle des institutions qui la mettent en œuvre en modifient les contours.

Elle est sans doute le résultat d’un tissage entrelaçant ou appariant diverses influences, comme celles de la religion, de la philosophie ou du droit ; et elle marque l’apparition d’un système juridique qui se donne les moyens de penser l’homme débarrassé des présupposés de la foi, de ses coutumes et de ses institutions qui font son histoire concrète. Dès lors, on est passés de la nature à la nature humaine et à l’égale dignité des hommes entre eux.

Lors de périodes troublées, telles celles que nous vivons actuellement, où le doute s’empare de tous, où les valeurs fondatrices de nos sociétés sont mises à terre, où la précarité s’empare des plus faibles, il ne nous reste qu’elle en partage. Aussi, lorsqu’il est question d’accorder une pause à des personnes salariées venant de perdre un enfant, seule la dignité doit conduire notre approbation. C’est notre marque de solidarité avec des personnes qui vivent un authentique drame d’une douleur extrême qu’il va falloir porter jour après jour que d’accepter ce bouleversement de l’ordre naturel des choses, de prendre pitié… encore un terme oublié de notre vocabulaire…

Nous, professionnels du funéraire, nous connaissons hélas que trop bien cet épisode d’une fulgurante violence qui frappe une famille, qui anéantit toute forme d’espoir et d’amour. Nous en évaluons parfaitement les conséquences humaines et sociales pour celles et ceux qui sont frappés par cette tragédie. Peu importe ce que dit "la loi", ce qui compte avant toute chose, c’est ce que nous sommes, femmes et hommes qui connaissons cet univers sombre. Ce qui importe, c’est le regard que nous porterons et l’action que nous conduirons pour accompagner l’un de nos collaborateurs si le sort venait à le frapper aussi durement. En cela nous affirmerons haut et clair où se situe notre devoir de dignité et notre qualité d’être humain, notre signature.

Maud Batut
Rédactrice en chef

Résonance n° 157 - Février 2020

France TombaleÀ l’heure où les importations vont bon train, il est utile de se rappeler que notre Hexagone ne manque pas de talents ni de ressources lapidaires, bien au contraire ! France Tombale et son président Jérémy Dols innovent dans ce domaine que l’on croyait à tort figé. Il n’en est rien, bien au contraire, et les résultats sont là, gravés dans le marbre ou le granit, pour le démontrer. Entretien et commentaires…

Anklewicz DavidRéseau en plein développement, ayant à cœur l’indépendance de ses membres et le respect de la liberté des familles de choisir leurs pompes funèbres, FUNERIS avance, riche de ses convictions et de la mise en place pour 2019 de rencontres, tant avec les opérateurs funéraires qu’avec le public. Acteur de cette organisation, David Anklewicz, animateur commercial, nous détaille son travail sur le terrain.

Le mercredi 17 octobre dernier, le Pôle Funéraire Public de l’Albigeois a signé un partenariat avec La Maison des Obsèques, premier réseau funéraire fondé par des mutuelles.

À l’approche de Funexpo 2018, nous vous proposonsde faire un petit tour d’horizon avec Arnaud Pilati, responsable "matériels funéraires" chez Pelmat Est,sur les différents matériels et projets qui composeront l’actualité de la société alsacienne sur le stand E21 à Lyon.

Pour beaucoup, le monde est binaire. Le digital s’oppose au physique, le virtuel à la réalité. De la même manière, beaucoup viennent opposer une famille endeuillée à un client, et aperçoivent de loin l’univers du funéraire comme un curseur qui oscille entre un service public et un marché impitoyable. Malgré l’absence de nuances dans cette palette, derrière les familles, et devant les clients, on rencontre des utilisateurs, ces personnes qui peuvent faire basculer l’image d’une marque. C’est pour eux qu’est né le digital. Rencontre avec Christophe Amadieu, directeur digital pour FUNECAP GROUPE.

Le salon TANEXPO 2018 a fermé ses portes après trois belles journées qui ont vu tomber tous les records précédemment établis.

Si vous avez manqué la présentation d’Exponeo lors de la dernière édition du salon FUNÉRAIRE PARIS, rien n’est perdu, voici votre cession de rattrapage.

 

Chose plutôt rare d’un secteur dont l’image se veut des plus traditionnelles, "SIMO Cercueils", marque de JH Industries SAS, filiale du Groupe Huet, démontre une véritable propension à l’innovation. Éco-conception des produits, agencement et gestion des espaces de présentation physique puis virtuelle "online", sont autant de procédés que la marque a développés, ces dernières années, dans un esprit pionnier. Aujourd’hui encore, "SIMO Cercueils" fait office de précurseur avec une refonte complète de sa charte graphique, mais aussi et surtout, de ses outils de communication, dont la vocation est, à présent, d’être beaucoup plus pédagogiques, et ce, principalement à destination des opérateurs funéraires, mais aussi des familles… Rencontre avec Bernard Carignant, directeur opérationnel de "SIMO Cercueils".

Promoteur d’une toute nouvelle version de son logiciel de gestion funéraire GIF, la société informatique Day’s Développement en présentera les dernières fonctionnalités ce mois-ci lors du salon FUNÉRAIRE PARIS.

Les courts congés d’été de Conférence Service se sont terminés et chacun a repris ses activités en vue des prochains rendez-vous organisés par l’équipe de la péninsule.

Une fois de plus, les membres du conseil d’administration de la Fédération Française des Pompes Funèbres (FFPF) ont prouvé leur attachement aux rencontres sur le terrain, et le 22 juin dernier, rendez-vous était donné à Canet-en-Roussillon, dans un restaurant bien sympathique, avec une idée en ligne de mire, re-créer une section locale dans cette nouvelle région qu’est l’Occitanie !

La Maison des Obsèques a participé au congrès national de l’UFPF organisé à Lyon. En effet, les deux acteurs ont signé en novembre 2015, un accord visant à développer ensemble un réseau funéraire national pour répondre à l’évolution du marché. 
Ce rendez-vous a été l’occasion pour La Maison des Obsèques et l’UPFP de réaffirmer leur volonté de s’engager autour de valeurs communes au service public et aux mutuelles. La Maison des Obsèques a présenté les avancées de ce projet commun.

Trouver une entreprise française où le "fait main" a encore une vraie signification ? C’est possible avec Deyme, une PME située sur les bords de la Loire, à Épercieux-Saint-Paul. Fabricant de présentoirs, d’articles métalliques, de chariots, et disposant d’un service d’aide à l’agencement de magasin, Deyme est le fournisseur de différents secteurs d’activité : manutention, fleuriste, mercerie, sport, médical, boulangerie... et bien sûr les pompes funèbres.

En cette période de Toussaint, beaucoup de nos concitoyens vont rendre hommage à leurs défunts et, de ce fait, vont peut-être réfléchir à leur propre devenir et à leurs funérailles.

Il ne s’agit pas ici de dresser l’étendue des missions que peut assurer un agent public dans un cimetière, mais bien d’en dresser les limites. En effet, si chaque commune doit consacrer à l’inhumation des défunts un (voire plusieurs) terrain(s) spécialement aménagé(s) à cet effet, selon les prescriptions de l’art. L. 2223-1 du Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT), ces équipements obligatoires peuvent entraîner le recrutement de personnels chargés de les gérer. Il se peut aussi, en cas d’absence de personnels spécifiquement affectés au cimetière, que des agents communaux affectés à d’autres tâches y interviennent épisodiquement. Quelles sont alors les limites à leurs interventions ? C’est ce que nous allons essayer d’illustrer. Selon les fiches de métiers proposées par le Centre national de la fonction publique territoriale (fiches nos 04/D/27 pour les conservateurs et 10/D/27 pour les agents funéraires), ces fonctionnaires territoriaux sont appelés à gérer les cimetières d’une façon administrative pour les premiers, plus techniques pour les seconds. Néanmoins, deux séries de limites existent et sont transposables à tout autre agent public.

En 2015, l’Institut Français de Formation des Professions du Funéraire (IFFPF) fête ses 20 ans. En attendant de célébrer dignement ce vingtième anniversaire au Salon de Villepinte, notre équipe a souhaité rendre hommage aux anciens stagiaires et collaborateurs.

L’art. L. 2223-33 du Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT) dispose que : "À l’exception des formules de financement d’obsèques, sont interdites les offres de services faites en prévision d’obsèques ou pendant un délai de deux mois à compter du décès en vue d’obtenir ou de faire obtenir, soit directement, soit à titre d’intermédiaire, la commande de fournitures ou de prestations liées à un décès. Sont interdites les démarches à domicile ainsi que toutes les démarches effectuées dans le même but sur la voie publique ou dans un lieu ou édifice public ou ouvert au public."

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations