Votre panier

Panier vide

Seconde vague de la crise de la Covid-19 : comment s’organisent les pompes funèbres sur le terrain. Plus de 2 240 décès ont été recensés la semaine de la Toussaint, soit 45 % de plus que la semaine précédente, selon le dernier décompte de Santé Publique France (SPF). Les pompes funèbres sont de nouveau impactées de plein fouet, et ce, sur tout le territoire.
 
Choix funeraire carre 2020 1
Buil Pierre 2020 1C’est parce que l’homme est au cœur de notre dispositif que le modèle coopératif du Choix Funéraire est une réussite. Les femmes et les hommes qui le composent en sont convaincus. Encore plus en ce moment, où l’interdépendance est bien plus forte que l’indépendance, qui peut être synonyme d’isolement. Partageons nos valeurs et restons à l’écoute de chacun sur le terrain.

Le Groupe Udife a recueilli le ressenti de quelques adhérents Le Choix Funéraire, répartis sur toute la France. Laissons la parole aux acteurs de notre métier pour mieux appréhender leurs vécus et agissons ensemble.

Au cours de la première semaine de confinement, avez-vous déjà été impactés par la Covid-19 ?

"Environ un décès sur trois était un décès Covid-19. Cela étant, il est très difficile pour nous de préciser s’il s’agit d’un cas de la Covid-19 avéré ou d’une suspicion. À date, la difficulté principale pour les pompes funèbres est de ne pas toujours être informées en amont du type de décès (cas Covid-19 ou non). Dans le doute, les salariés sont suréquipés, la prudence prime", nous explique Benoît, concessionnaire Le Choix Funéraire dans le Nord de la France.

Pour d’autres concessionnaires Le Choix Funéraire, en Bretagne, Normandie ou Aquitaine, il n’y a pas encore de pic de décès lié à la Covid-19 mais seulement quelques cas. Tous ont rebasculé dans une organisation exceptionnelle qui chamboule incontestablement les relations avec les familles et la manière d’exercer leur profession. En effet, les familles sont parfois porteuses du virus, et il est indispensable que tous respectent les consignes de sécurité.

Comment vos salariés vivent-ils cette nouvelle vague, qui s’annonce plus difficile ?

"Nous sommes prêts, n’oublions pas que la première vague nous a permis, durant les deux mois de confinement, d’acquérir de l’expérience. Sachant que la seconde vague viendrait, nous nous sommes reposés et préparés mentalement. À Paris, nous espérons que nous serons moins impactés que lors de la première vague. Car, rappelons-le, il n’y avait à l’époque, que quatre clusters principaux en Île-de-France, à l’Est, en Haut-de-France et le Rhône-Alpes. Ici les maisons de retraite sont très sérieuses et les protocoles médicaux ont grandement évolué sur le territoire", nous relate Thierry, concessionnaire parisien.

"Sur la première vague, nous découvrions tout, et c’est vrai qu’un lourd climat planait sur la profession. Aujourd’hui, nous sommes équipés et restons très précautionneux. Nous ne déplorons heureusement à ce jour aucun cas de la Covid-19 dans nos équipes. Mon frère et moi avons pris la décision, pour sécuriser et protéger nos salariés, de signer un contrat "forfait Covid-19" avec un thanatopracteur. S’il s’agit d’un décès Covid-19, il va sur le terrain (à domicile, en EHPAD ou à l’hôpital) pour procéder à la mise en bière". Benoît

"Nous sommes tous sur le qui-vive et nous nous tenons prêts, mais à date, nous ne sommes pas encore impactés. Nous sommes beaucoup moins inquiets, car, cette fois-ci, nous sommes équipés et maîtrisons le protocole. Notre centrale d’achat Le Choix Funéraire a largement anticipée les stocks de masques et autres produits. Le climat est finalement moins anxiogène. Le plus dur pour nous est de devoir imposer des règles sanitaires strictes aux familles. C’est difficile pour tous de ne plus pouvoir exercer notre métier comme avant", confie Cédric, concessionnaire en Bretagne.

Le Premier ministre Jean Castex a précisé que, pendant ce reconfinement, les enterrements ne pourront réunir que trente personnes, personnels des pompes funèbres compris. Cela est déjà une bonne nouvelle, car, rappelez-vous, lors du premier confinement, les familles ne pouvaient pas assister à l’enterrement de leurs proches.

Dans ce contexte sanitaire, constatez-vous des évolutions de comportement ? Notamment sur les contrats de prévoyance ?

"Je pense que la Covid-19 modifiera notre rapport aux cérémonies. Demain, les cérémonies se feront en comité plus restreint, et les cartes de condoléances tendront à remplacer l’acte de présence", précise Cédric.

Les autres chefs d’entreprise ont, quant à eux, très nettement constaté une recrudescence de questions et de demandes relatives aux contrats de prévoyance. Les Français commencent tous, dans ce contexte, à s’interroger sur leur fin de vie, et ce, à tout âge. "Sans rendez-vous possible en agence, les renseignements se font seulement par téléphone, mais nous sentons un intérêt fort", ajoute Bernard, concessionnaire en Aquitaine.

À l’inverse, pour Thierry sur Paris : "Je ne constate pas de mouvement sur les contrats de prévoyance, mais nous avions rarement connu une période de Toussaint aussi dense. Les Français étaient au rendez-vous, et nous avons constaté, sur Paris, une très forte activité à la veille de ce nouveau reconfinement."

Les dispositions légales applicables au service public funéraire sont-elles claires pour vous ? (accueil du public dans les chambres funéraires, cérémonies restreintes en personnes, dépositoires temporaires, ouverture des cimetières…)

"L’appartenance à notre réseau Le Choix Funéraire fait que nous ne sentons pas isolés, nous échangeons entre adhérents et sommes informés par le siège, nous sommes soutenus. La sous-préfecture nous fait aussi régulièrement des notes de synthèse sur les évolutions réglementaires. Cependant, tout peu vite changer, par exemple, le nombre de places qui évolue au gré des jours dans les crématoriums, ou certaines zones de flou selon les communes, notamment sur la procédure avant la mise en bière", précisent Cédric, concessionnaire breton, et Pierre, son voisin normand.

"Tout est clair pour nous. Nous suivons comme tous ceux du secteur les évolutions réglementaires de très près. Sans restriction particulière, nous continuons l’activité dans les cimetières, et cela est un vrai soulagement." Benoit

Ces adhérents du réseau Le Choix Funéraire partagent tous le sentiment de se sentir suffisamment préparés pour vivre cette seconde vague Covid-19, mais veillent à suivre le cadre légal qui évolue très régulièrement. En effet, ils mettent un point d’honneur à rester informés en temps réel afin d’accompagner les familles endeuillées dans les meilleures conditions possibles, ce qui est aujourd’hui "LA" priorité.

Gardons du courage pour ce mois de novembre, qui s’annonce difficile. Comme les médias le précisent, la tension monte dans les hôpitaux de France, et quelques régions doivent déjà gérer des problèmes de saturation dans les maisons funéraires.

Pierre Buil, président SA UDIFE (Le Choix Funéraire) ajoute "La Covid-19 est un accélérateur de mutation sur notre marché, notamment sur la dématérialisation des démarches et les cérémonies en visio. Celles-ci ne sont plus le privilège de certains et se multiplient sur le réseau dans ce contexte sanitaire. 

En cette période si exceptionnelle le lien humain est particulièrement important entre les adhérents et les équipes du siège. Deux qualités humaines essentielles doivent dicter notre conduite vis-à-vis de nos familles en deuil, de nos équipes de nos élus et institutionnels. Confiance et respect, c’est la force de nos entreprises familiales. Protégeons nos équipes et soyons prêt car les jours à venir s’annoncent difficile."
 
Résonance n°165 - Novembre 2020

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations