Votre panier

Panier vide
À l’occasion du salon FUNÉRAIRE PARIS 2021, le 18 novembre dernier, l’Union du Pôle Funéraire Public (UPFP), la Maison des Obsèques (groupe vyv), et le Groupe Caton, membres fondateurs de l’Association pour un Funéraire Responsable et Engagé (A.F.R.E.), ont animé une conférence ayant pour but de présenter le "Label-F", premier label RSE sectoriel dans le domaine du funéraire !
UPFP logo 1LMO logo 1Caton Logo 1Proneo Certification logo 1
LABEL F 1

Qu’est-ce que la RSE ?

La RSE, responsabilité sociétale des entreprises, est définie par la Commission européenne comme l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes. En d’autres termes, la RSE est la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable.

Une entreprise qui pratique la RSE va donc chercher à avoir un impact positif sur la société tout en étant économiquement viable. La norme ISO 26000, standard international, définit le périmètre de la RSE autour de sept thématiques centrales :
- la gouvernance de l’organisation,
- les droits de l’homme,
- les relations et conditions de travail,
- l’environnement,
- la loyauté des pratiques,
- les questions relatives aux consommateurs,
- les communautés et le développement local.

Intervenents Conf

La RSE… pour qui, pourquoi ?

Moralement, toutes les entreprises sont concernées par l’impact qu’elles ont sur la société d’un point de vue social, environnemental, économique et éthique. Aussi, toutes les entreprises sont concernées par la RSE, certaines en font d’ailleurs sans doute déjà, intuitivement, sans l’avoir clairement identifiée comme une pratique RSE.

D’un point de vue légal, c’est principalement l’adoption de la loi PACTE (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) qui a permis des avancées en matière de responsabilité sociétale et environnementale des entreprises.

Cette loi PACTE rend obligatoire, pour toutes les entreprises, la prise en "considération des enjeux sociétaux et environnementaux de son activité" (art. 1833 du Code civil). Il faut donc que chaque dirigeant identifie les enjeux sociaux et environnementaux de son entreprise pour prendre des décisions de fonctionnement et faire des choix stratégiques éclairés en conséquence.

Les entreprises volontaires peuvent définir leur "raison d’être", c’est-à-dire ce pour quoi elles ont été créées et pourquoi elles mènent leur activité, puis intégrer cette raison d’être dans leurs statuts.

Sur la base du volontariat également, une société peut obtenir la nouvelle qualité de "société à mission". Attention, il ne s’agit pas d’une nouvelle structure juridique. C’est tout de même un engagement fort, car cela engage les dirigeants et les actionnaires à mettre en place les moyens nécessaires pour assurer cette mission, qu’ils soient financiers, humains ou logistiques.

Le rapport RSE… de quoi s’agit-il et quelles entreprises sont concernées ?

Il n’y a pas de loi ou de décret qui contraint les entreprises à mettre en place des actions RSE bien qu’elles aient un objectif vertueux, quelle que soit la taille ou la structure de l’entreprise. En revanche, les entreprises cotées en bourse et les entreprises de plus de 500 employés ou générant un chiffre d’affaires de plus de 100 millions d’euros ont une obligation de fournir un "rapport extra financier" annuel, appelé aussi "rapport RSE". Le rapport RSE consiste en la publication des informations liées aux sept thématiques centrales citées plutôt

Si les TPE-PME ne sont pas concernées directement ou dans l’obligation de publier ce rapport normé, le rapport RSE reste une bonne manière de communiquer sur votre engagement auprès des parties prenantes, actionnaires, collaborateurs et clients. Notez cependant que la production de ce document peut être particulièrement chronophage en plus de ne pas être parfaitement adapté à votre société et aux subtilités de votre secteur d’activité.

De plus, même si les TPE-PME sont exemptées de rapport, elles pourront fréquemment être concernées par les actions RSE… En effet, même si vous n’êtes pas une grande entreprise cotée en bourse, vous pourriez être concerné par la RSE… en tant que fournisseur par exemple.

D’après la grande enquête "RSE : la parole aux fournisseurs" administrée par Bpifrance en 2019, plus de 70 % des fournisseurs sont régulièrement sollicités par leurs clients sur des sujets RSE. Cela est principalement dû à la loi sur le devoir de vigilance des entreprises, il est de la responsabilité des entreprises de prévenir les risques sociaux et environnementaux que pourrait causer leur activité. L’examen des partenaires commerciaux est donc plus exigeant, notamment au moment des appels d’offres dans 79 % des cas. 20 % des répondants à l’enquête nationale ont aussi précisé avoir été sollicités par leur client en matière de RSE.

Slide01

L’A.F.R.E. ouvrent la voie de la RSE au secteur funéraire

Consécutivement à la publication de la loi PACTE en mai 2019, certains professionnels du secteur funéraire se sont interrogés sur la nécessité de valoriser leurs entreprises en les engageant sur la voie de la RSE.

Manuel Sauveplane et Patrick Lerognon, respectivement président et secrétaire général de l’UPFP, convaincus que l’avenir des professionnels funéraires passerait obligatoirement par la RSE, ont commencé à observer l’écosystème funéraire pour identifier d’autres acteurs ayant les mêmes convictions.

"Depuis la publication de la loi PACTE et conscients des nombreuses remises en question de nos acquis consécutives à la crise sanitaire, il nous était devenu inconcevable que le Pôle funéraire public n’engage pas une démarche RSE et soit moteur dans le domaine pour l’ensemble de la branche…" nous précisent conjointement Manuel Sauveplane et Patrick Lerognon.

C’est ainsi que l’UPFP, La Maison des Obsèques – LMO (groupe vyv) et le Groupe Caton se sont très rapidement rapprochés afin de voir comment la RSE pourrait devenir une véritable valeur ajoutée pour les professionnels funéraires, synonyme d’éthique, de sérieux et d’écoresponsabilité, et qui soit directement identifiable par les familles.

"Un croque-mort restera toujours un croque-mort… essayer de le rendre sexy aux yeux du grand public relève de l’utopie. En revanche, ses actions, son professionnalisme, ses qualités managériales ou encore l’impact environnemental dans son activité au quotidien parleront pour lui et contribueront à renforcer sa position dans les tissus social et sociétal… cela ne fait aucun doute", indique Gautier Caton lors de la conférence RSE organisée par l’UPFP à l’occasion du salon FUNÉRAIRE PARIS 2021 en s’appuyant sur son expérience personnelle.

Dès lors, accompagnés par les cabinets Prudentis, Cazals & Partners et PGL, forts d’une expertise certaine, tant dans la mise en place de la RSE en milieu professionnel que dans la formation, l’UPFP, LMO et le Groupe Caton ont travaillé à l’adaptation des protocoles RSE au secteur funéraire. Se sont ensuivies l’élaboration d’un cahier des charges et la création d’un label RSE sectoriel qui serai porté par l’Association pour un Funéraire Responsable et Engagé (A.F.R.E.), dont ils seront les six membres fondateurs.

De fait, l’A.F.R.E. a pour objet

• De créer un label sectoriel de responsabilité sociétale dédié :
- Aux entreprises, coopératives, associations et collectivités exerçant tout ou partie du service extérieur des pompes funèbres selon l’art. L. 2223-19 du Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT) et /ou exerçant l’activité de marbrerie funéraire ;
- Aux collectivités dans le cadre de leur gestion des cimetières ;
- Aux gestionnaires publics et privés de crématoriums selon l’art. L. 2223-40 du CGCT.
• De proposer à ces organismes engagés un label à plusieurs niveaux ;
• De piloter le label en relation avec l’organisme certificateur ;
• De proposer des services d’accompagnement pour les entreprises qui solliciteraient une aide à la mise en œuvre d’une démarche RSE ;
• De proposer des formations en relation avec la RSE et/ou avec les besoins spécifiques de toute entreprise sollicitant l’association ;
• De constituer un support par la mise à disposition des moyens destinés à permettre aux candidats potentiels de découvrir le label (site Internet, outils sociaux…) ;
• La collaboration à tous projets et la participation à tous organismes, ayant une relation avec cet objet ou tout autre objet en lien avec les métiers du funéraire ou de la RSE.
Pour autant, l’A.F.R.E. ne pouvant être juge et partie, la délivrance du Label-F a été confié à Pronéo Certification, un organisme de certification indépendant.

Le Label-F… un label 100 % funéraire 
 
Les Label-F est le label RSE des professionnels du funéraire couvrent les activités de pompes funèbres, de crémation, de gestion des cimetières, de marbrerie et de conseil et vente de prévoyance obsèques. Il a été conçu par des professionnels du funéraire, soucieux de faire la preuve de leur engagement social et environnemental et de construire l’image d’un secteur engagé dans le développement durable.

Label-F est un label propre au secteur du funéraire : adapté aux pratiques, au vocabulaire et aux obligations particulières à notre secteur, afin de rendre l’approche RSE plus simple et plus explicite. Il concerne toutes les entreprises, toutes les organisations du secteur, quel que soit leur statut juridique, qui souhaitent avoir un impact positif sur la société et sur l’environnement et contribuer aux enjeux du développement durable dans le respect des défunts et des familles touchées par le deuil.

Lors du salon FUNÉRAIRE PARIS 2021, le 18 novembre, les membres fondateurs ont animé une conférence ayant pour but de présenter le premier label RSE sectoriel dans le domaine du funéraire. À la suite de la conférence ont été signé les statuts de l’A.F.R.E. qui portera Label-F… le label RSE du secteur funéraire.

Conférence RSE organisée par l’UPFP lors du salon FUNÉRAIRE PARIS 2021

Lien Youtube conférence :

QRCode conf 1
Intervenants : Patrick Lerognon (secrétaire général de l’UPFP), Manuel Sauveplane (président de l’UPFP), Yves Pariot (Pronéo Certification), Chantal Cazals (Cazals Partner), François Cazals (professeur HEC), Kévin Roux (responsable juridique et réglementaire, La Maison des Obsèques) et Gautier Caton (Établissements Caton).
 
Steve La Richarderie

Résonance numéro spécial n° 13 - Décembre 2021

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations