Votre panier

Panier vide

Grâce aux outils numériques, les fournisseurs des fours et des lignes de filtration, tel ATI pour Valenton, sont aujourd’hui en mesure de proposer aux gestionnaires de crématorium une surveillance à distance des paramètres de fonctionnement, de même qu’une téléassistance lorsque cela est possible. À la clé, comme c’est le cas de cet établissement du Val-de-Marne géré par OGF, une plus grande fiabilité des installations de crémation.

OGF fmt
Logo ATI Vertic fmt

  19A8229 fmt

Interrogé, Jean-Paul Lemoine n’en démord pas. Pouvoir gérer à distance par informatique l’assistance technique de ses appareils de crémation est une véritable plus-value. Le responsable du crématorium de Valenton (Val-de-Marne), en banlieue sud de Paris, explique qu’un agent dispose à l’écran dans son bureau des paramètres relevés par des capteurs sur les machines et leur filtration à bougie céramique. Les mêmes informations sont reçues chez le fournisseur.

Capteurs de température

"Si le four fonctionne anormalement, la maintenance de chez ATI peut régler à distance le brûleur, par exemple, ou corriger certains défauts. Ce pilotage permet d’intervenir plus rapidement sur l’appareil, et de ne pas avoir à déplacer quelqu’un pour un simple ajustement. En revanche, s’il faut changer par exemple un capteur de température, là on le fait. Pouvoir contrôler ainsi pour éviter un dysfonctionnement, c’est extraordinaire. Avec nos vieux fours, nous n’avions pas cela. Il fallait faire venir un technicien."

En renouvelant sa délégation de service public à OGF en janvier 2014, le Syndicat intercommunal de Valenton a inscrit dans la feuille de route la mise aux normes 2018 ainsi qu’une reconfiguration des lieux. "Nos fours dataient de 1986 et de la création du crématorium, raconte Jean-Paul Lemoine. Nous avons changé de fournisseur. Deux nouveaux appareils ont été installés avec leur filtration. Nous disposons désormais d’un premier four aux dimensions normales de 90 cm de large, et d’un deuxième format XXL de 1,10 m d’ouverture de porte. L’un a été installé en septembre 2015, l’autre en janvier 2016. Il a ensuite fallu les régler." Ils ont été inaugurés en septembre dernier.

Le crématorium n’a pas fermé pendant cette rénovation, qui a débuté en avril 2015, avant de s’achever en avril dernier. Un sacré défi, quand il faut tour à tour garder accessible l’accès aux salles de cérémonies, et stopper le bruit des travaux pendant les obsèques célébrées au même moment.

Un crématorium dans une chapelle

Si le crématorium a ouvert en novembre 1986, le bâtiment qui l’accueille est plus ancien. Il a même une destinée étonnante, et son allure en atteste. Construit en 1972 en même temps que le cimetière voisin de la Fontaine Saint-Martin, il devait en être la chapelle. Une rampe menait les véhicules funéraires jusqu’à la salle, y déposant les cercueils, avant de ressortir de l’autre côté vers le cimetière. Cela n’a pas véritablement fonctionné. Entre-temps, la crémation prenant de l’ampleur, sa vocation a donc changé.

Après onze mois de chantier, l’établissement a été modernisé et habillé aux couleurs actuelles d’OGF. Comme l’explique Jean-Paul Lemoine, le concept prévoit une ambiance faite de blanc, d’un marron taupe, de bordeaux. Le bois est très présent. On retrouve sur place le design et le même mobilier propre à l’enseigne : bancs, pupitres, fauteuils.

Les locaux ont été réaménagés, une salle de convivialité a été créée pour accueillir les familles après les obsèques et pendant la crémation. Les trois salles de cérémonies de 30, 50 et 200 places (à l’étage) ont été rénovées. Un ascenseur pour personnes à mobilité réduite a été ajouté pour accéder à la grande salle. Le crématorium dispose également d’une petite salle de visualisation au départ du cercueil et de remise d’urne.

Trois salons de cérémonies aux couleurs d’OGF

"Tous les salons sont équipés d’un matériel audiovisuel, pour rendre un hommage personnalisé au défunt. On peut brancher une clé USB, un simple téléphone ou un ordinateur portable", souligne le responsable de l’établissement.

Le crématorium de Valenton a procédé l’an dernier à 1 307 mises à la flamme et célébré plus de 1 100 cérémonies. "Nous finirons l’année à 1 400 crémations", prédit Jean-Paul Lemoine. Au sein du cimetière, l’établissement est bordé par un columbarium, des cavurnes, et deux espaces de dispersion de cendres en gazon ou en galets.

Fours et filtrations : ATI développe le diagnostic à distance

Superviser à distance le bon fonctionnement des installations : en fournissant ses fours de crémation et leurs lignes de filtration, la société ATI propose aussi une maintenance par Internet bien plus rapide et efficace qu’auparavant. Une tranquillité d’esprit très utile aux gestionnaires de crématorium.

"Nous pouvons nous connecter en ligne aux équipements installés sur place, visualiser les paramètres, et les régler si nous constatons des défauts", explique Tolek Matkowski, d’ATI. Des capteurs placés sur les fours et la filtration envoient des données numériques, visibles sur l’ordinateur du crématorium. "Ils n’ont sur place qu’un visu des fours et des équipements. Mais, en tant que techniciens, il n’y a que nous qui pouvons dérouler le système informatique et aller accéder aux paramètres."

Chez ATI, dans le cadre de la garantie des appareils et d’un contrat de maintenance, on peut ainsi contrôler notamment la température, la combustion du cercueil, la filtration des gaz. "Ainsi, si nous avons la crémation d’un corps de forte corpulence, l’établissement peut nous appeler, et nous, ensuite, nous pouvons suivre à distance cette crémation. Nous pouvons rentrer soit sur le four, soit sur le filtre, soit sur l’échangeur à eau notamment", poursuit Tolek Matkowski.

Auparavant, avant les années 2010 et le développement de la filtration, la maintenance se faisait par téléphone. "Nous n’avions pas ces moyens de visualisation et de connexion. L’opérateur du crématorium devait établir un diagnostic et nous transmettre ses informations. Or, ce n’était pas forcément son métier, puisqu’il est là pour accueillir les familles et assurer la crémation. Nous dépendions de lui pour savoir s’il fallait dépanner ou non, pour savoir quelle pièce il fallait apporter, ou encore comment agir dans l’armoire électrique pour faire redémarrer l’équipement. Aujourd’hui, il n’y a plus cette nécessité-là. En se connectant, nous voyons tout en direct."

 

Olivier Pelladeau

Résonance hors-série n°3 - Janvier 2017

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations