Votre panier

Panier vide
L’IFRES (Institut de Formation Roches en Sidobre) propose des formules de professionnalisation variées (de niveaux 3 et 4) axées sur les métiers liés à la taille de pierre, à la marbrerie funéraire, à la restauration du patrimoine, à la décoration d’intérieur. Dirigé par Jean-Noël Sablayrolles et Isabelle Andréo, l’Institut a intégré dans certaines de ces formations les nouvelles pratiques digitales et l’utilisation de machines-outils numériques et programmables. Nous en avons parlé avec Isabelle Andréo, Jean-Noël Sablayrolles étant alors chez BRAUMAT au moment de nos échanges pour essayer de nouveaux matériels.
Logo Ifres 1
Résonance : Aujourd’hui, de manière opportune et logique, les formations de l’IFRES enseignent aux jeunes ou moins jeunes (pour ce qui est des reconversions ou de la formation continue) que la marbrerie, la gravure, c’est aussi utiliser des machines numériques, à laser, programmables, des logiciels de DAO(1) et de CAO(2), etc. Je crois qu’il y a un module dédié à ces nouvelles acquisitions de compétences…

Isabelle Andréo : Oui, effectivement, cela dépend du niveau de diplôme. Ce module concerne plus spécifiquement le Brevet des Métiers d’Art (BMA) "Gravure sur pierre" (niveau 4) et les formations continues. En effet, il n’y a pas de gravure pour le CAP "Tailleur de pierre" ou celui de "Marbrier". Néanmoins, pour ce dernier, nous intégrons une initiation au logiciel de gravure, car nous pensons que les apprentis suivant ce type de cursus peuvent être amenés à avoir un jour une activité liée à celle-ci dans la marbrerie où ils travailleront. D’autant que certains se découvrent parfois un intérêt pour cet aspect du métier – ressenti comme plus ludique, créatif ? – et sont alors contents d’avoir quelques bases.

R : Les partenariats avec des constructeurs ou des distributeurs sont très importants pour vous. Ils vous permettent de mettre à la disposition des stagiaires des équipements récents, à la pointe des dernières technologies, correspondant ainsi à la réalité professionnelle que ceux-ci trouveront lorsqu’ils seront dans les entreprises funéraires – ou pas – où ils exerceront. C’est notamment le cas avec BRAUMAT, n’est-ce pas ?

IA : Oui, c’est juste. Le matériel qui est mis à notre disposition par BRAUMAT se révèle très intéressant pour les stagiaires, car cela leur ouvre des possibilités qu’ils n’imaginaient pas, auxquelles ils n’avaient pas pensé avant pour graver… des plaques, par exemple. L’acquisition de ces nouvelles aptitudes est très positive dans un secteur qui est en constante évolution et qui développe de plus en plus des pratiques innovantes. C’est ce qui est bien avec BRAUMAT qui commercialise des marques connues dans ce domaine, qui ont fait leurs preuves, avec toujours les modèles les plus récents.

Il faut souligner que nous avons également des contenus sur les machines-outils numériques pour les tailleurs de pierre ou marbriers. Il y a, dans le Brevet Professionnel "Métiers de la pierre" (niveau 4), deux modules spécifiques : FAO (Fabrication Assistée par Ordinateur) – 26 h la première année et 24 h la deuxième – et MOCN (Machine-Outil à Commande Numérique) – 13 h et 12 h. Nous avons un centre d’usinage équipé de matériels Thibaut, une référence en matière de machines d’usinage et de débitage (débiteuse, découpe jet d’eau ou à fil diamanté, polissoir, etc.) pour le secteur funéraire, entre autres. Mais avant d’acquérir cet enseignement professionnel particulier, les élèves abordent la DAO avec le logiciel AutoCAD. Ensuite, pour ce qui est de la FAO, ce sont les logiciels T’CAM (dessin et façonnage 3D) et T’Cut (découpe 2D) de chez Thibaut.

CAO DAO
Il est à noter que ces modules sont obligatoires, faisant partie du référentiel du brevet professionnel et des épreuves à passer lors de l’examen. Pour les CAP, ce n’est pas imposé, car n’étant pas dans les matières à valider. Mais nous incluons une initiation FAO (en complément de la DAO) dans le plan de formation des deux CAP, car les futurs détenteurs de ces diplômes se retrouveront face à des débiteuses à commande numérique.

R : Indroduisez-vous aussi dans vos sessions l’apprentissage d’outils plus communs aujourd’hui comme le Web pour postuler à des emplois une fois le diplôme obtenu ?

IA : Le contenu consacré à l’utilisation d’outils digitaux pour la recherche d’emploi, comme Internet avec ses moteurs de recherche et ses sites spécialisés, se fait dans le cadre des cours de français. Cela vient compléter la partie dédiée à la réalisation du CV et des lettres de motivation. Il faut savoir qu’en amont, lorsque les stagiaires arrivent, nous les testons sur leurs connaissances en informatique, afin de savoir s’ils peuvent utiliser de manière efficace un ordinateur, un moteur de recherche, des logiciels de bureautique type Word, Excel ou OpenOffice, etc., car tout au long du cursus, ils en auront besoin.

Bien sûr, tous les profils étant différents, les besoins ne sont pas les mêmes en matière d’informatique et d’approche des outils numériques. Nous avons des personnes qui ont déjà travaillé sur un ordinateur, parfois avec des compétences assez élevées. Par exemple, cette année, nous avons eu, en brevet professionnel, quelqu’un qui avait une licence 3D. Le concernant, nous n’avions pas grand-chose à lui apprendre "en AutoCAD" !

Ce que nous venons d’évoquer pour les quatre principales formations de l’IFRES s’appliquent évidemment sur certains cycles ou actions de formation continue. Les machines évoluant chaque jour toujours plus, nous nous adaptons pour être réactifs et le plus pertinents possible dans nos propositions, afin de répondre aux besoins des entreprises présentes sur ce secteur.

Pour finir, je rappellerai que le travail sur les machines-outils numériques n’était pas forcément primordial dans les formations des métiers de la pierre. Mais, avec l’évolution de ceux-ci, maintenant on ne peut plus passer à travers. C’est pourquoi nous avons investi ce champ d’apprentissage, en mettant notamment en place un centre d’usinage performant bénéficiant de l’expérience de notre partenaire Thibaut. Idem pour les innovations dans le domaine de la gravure, avec le matériel commercialisé par BRAUMAT (plotters et cabine de sablage). Un graveur laser devrait d’ailleurs compléter cet équipement à la rentrée.
 
Gil Chauveau
 
Nota :
(1) Dessin assistée par ordinateur.
(2) Conception assistée par ordinateur.

Résonance numéro spécial n°12 - Août 2021

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations