Votre panier

Panier vide
À l’inverse des idées reçues voulant que cette crise soit salutaire pour la profession, nous sommes tous bien conscients que la Covid-19 a également un impact non négligeable sur notre secteur d’activité… celle-ci nous imposant le strict minimum règlementaire. À l’évidence, nous subirons les séquelles économiques et sociétales laissées par ce virus durant quelques années et, forts de cette perspective, les professionnels funéraires ont tout intérêt à mettre l’accent sur la prévoyance obsèques, seule alternative qui leur permettrait de sécuriser un avenir pour le moins incertain. Explication…
Fape quadri 1
Le Voeu 1


Toute la profession funéraire est actuellement très occupée dans la plupart des régions pour faire face au relèvement important du nombre de décès liés à la pandémie de la Covid-19.

Chose étonnante, Il est probable que cette fois-ci, contrairement aux effets canicule que nous avons connus dans le passé, cette hausse ne soit pas forcément suivie par une chute des volumes de décès (parce qu’en général les disparus d’aujourd’hui ne mourront pas deux fois !)

Selon nombre de médecins, il semble en effet que de nombreux patients atteints de pathologies graves aient renoncé à leur traitement, que d’autres aient sombré dans la dépression ou autres maladies mentales pouvant conduire à des excès (alcoolisme, boulimie…) ou à des renoncements (anorexie) mettant gravement leur santé en péril. Ainsi, si nous nous débarrassons grâce à la vaccination du danger du virus, durant les années suivantes le nombre de décès pourrait rester élevé à cause des contre-coups précédemment énoncés.

Là où les choses sont probablement encore mal mesurées dans nos métiers, c’est au niveau des chiffres d’affaires futurs que les entreprises de pompes funèbres vont pouvoir réaliser pour chacun de ces décès à venir.

Si la facture moyenne par dossier traité pour des obsèques liées à la Covid-19 a été réduite de manière significative (mise en bière immédiate privant généralement d’un séjour en salon funéraire, cercueil acheté plus simple, pas de soins de conservation, cérémonie plus courte…), rien ne dit que les obsèques que les entreprises de pompes funèbres réaliseront post-Covid-19 auront des paniers moyens comparables à ceux d’avant-crise.

La raison à cela ? D’abord rien n’indique que nous serons définitivement débarrassés de ce virus ou de ses mutants, ensuite personne n’a véritablement mesuré l’impact économique qu’il aura eu sur nos vies et nos pouvoirs d’achat.

Notre pays, comme la plupart des pays occidentaux, vit sous la perfusion des aides et soutiens de l’État pour "amortir" autant que possible les effets dévastateurs de l’arrêt de beaucoup d’activités. Si les conditions sanitaires s’améliorent un peu, l’assistance étatique va peu à peu s’éteindre et nous commencerons à ressentir l’impact réel d’une baisse de PIB (- 8,3 % en 2020, chiffre jamais atteint depuis le second conflit mondial !).

Même si cette phase est accompagnée de plans de relance massifs et tout à fait inédits pour notre pays, l’impact de ce tsunami économique laissera forcément des traces sur les revenus des ménages, même si ceux-ci auront beaucoup épargné durant la période de pandémie. Pour autant, décideront-ils de relâcher les cordons de la bourse pour financer largement les obsèques de leurs proches ? Rien n’est moins sûr.

C’est une des raisons pour lesquelles j’invite toute la profession à tenter d’anticiper ce mouvement que nous allons peut-être tous ressentir d’ici quelques mois ou années en mettant l’accent auprès de leurs clients sur l’intérêt de préparer et financer leurs obsèques à l’avance.

En agissant de la sorte, les opérateurs funéraires non seulement sécurisent leur chiffre d’affaires futur, mais se préservent d’une possible diminution des "paniers moyens" par obsèques. Nous savons tous qu’en règle générale, nous sommes beaucoup plus enclins à dépenser davantage que nos proches pour nos propres obsèques lorsque nous les préparons et finançons à l'avance.

Nous savons tous également que parce que le niveau des taux d’intérêt est proche de zéro, il est préférable de parler de ce sujet avec des gens en bonne santé et qui souhaitent préparer et financer leurs obsèques à l’avance. Parce qu’ils comprennent beaucoup mieux l’argument de la faible rémunération des placements, ils décident souvent de consacrer un montant supérieur à ce que leur famille ferait le jour de leur décès. C’est un moyen pour les souscripteurs de garantir l’exécution de leurs volontés. C’est une solution fondamentale pour les entreprises de pompes funèbres qui souhaitent rester en bonne santé.

En tant que responsable de la maison FAPE LE VŒU, il est de mon devoir de sensibiliser toute la profession funéraire sur ce thème parce que la crise que nous connaissons n’est malheureusement pas achevée et que les lendemains économiques ne seront peut-être pas meilleurs comme certains peuvent le penser.

J’aurai l’occasion dans les prochains mois de parler des nouveaux produits et services sur lesquels nous travaillons pour faciliter la commercialisation des contrats obsèques auprès des clients des entreprises de pompes funèbres. Il s’agit d’un travail collectif entre les entreprises et FAPE LE VŒU mais, en réussissant ce pari, nous permettrons aux opérateurs funéraires d’en sortir gagnants le jour venu !
 
Philippe Gentil
Directeur général de FAPE OBSÈQUES et LE VŒU FUNÉRAIRE

Résonance n° 167 - Février 2021

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations