Votre panier

Panier vide

Issu du monde de la finance et de la banque/assurance, Amadou Kasse est le directeur grands comptes et partenariats prévoyance du Groupe OGF. Fort d’un solide parcours au sein d’établissements prestigieux, il œuvre aujourd’hui pour le Groupe OGF et nous présente le premier système de souscription en ligne pour un contrat de prévoyance, accessible depuis le site www.pfg.fr.
OGF 1PFG 2018 1
Résonance : Monsieur Kasse, votre parcours parle de lui-même… pouvez-vous nous en dire plus ?

Amadou Kasse : Avec plaisir. Cela va bientôt faire 15 ans que j’évolue dans le secteur de la finance et de la banque/assurance.

La finance tout d’abord avec un passage chez Lyxor Asset Management, filiale du groupe Société Générale dont la vocation était de commercialiser des produits de placements financiers issus des salles de marché ou destinés à des investisseurs avertis. Nous étions le bras armé du groupe pour rendre intelligibles et valoriser des solutions de placement qui pouvaient s’avérer être parfois très complexes.

Très rapidement, souhaitant prendre une orientation plus axée sur les aspects commerciaux de mon métier, toujours au sein du groupe Société Générale, et fort de mon expertise en finance, j’ai intégré SOGECAP, la filiale d’Assurance-Vie du groupe Société Générale. Mon activité consistait à vulgariser la commercialisation des assurances collectives dédiées aux professionnels, groupes et indépendants, qui souhaitaient permettre à leurs salariés d’accéder à une épargne pour leur retraite et à certains produits financiers. Dans cette démarche, j’ai notamment pu accompagner des entreprises telles qu’Air Fance, Swisslife ou Ikea, pour ne citer qu’elles.

Par la suite, à partir de mai 2017, aimant relever de nouveau défis, c’est pour le Crédit Agricole Assurance que j’ai pris la responsabilité d’une clientèle grands comptes en assurances collectives. Paradoxalement, bien que première banque en France et en Europe, le Crédit Agricole était peu présent sur le secteur de l’épargne collective alors même qu’elle comptait en son sein Amundi, 1er gestionnaire d’actifs européens présent dans près de 40 pays et dans le top 10 mondial. J’ai été recruté pour accompagner la direction des "Assurance collective" dans le développement de son approche grands comptes et, à cette occasion, j’ai pu, par exemple, accompagner des entreprises telles que l’Oréal, Google ou conquérir ArcelorMittal dans la gestion de leurs dispositifs d’avantages sociaux.

R : Et vous voilà aujourd’hui chez OGF…

AK : Tout à fait ! (Rire) Cela étant, en étant honnête avec vous, dans les domaines de la finance et de la banque/assurance, bien que le montage de produits dédiés à ce secteur soit monnaie courante, lorsqu’un individu établit son plan de carrière, il se projette rarement, voire pas du tout, dans le secteur funéraire… très certainement à tort.

En intégrant le Groupe OGF, j’ai retrouvé des valeurs qui me semblaient importantes dans mon activité. Je fais de l’assurance au service d’une cause humaine et bienveillante. Prenez une assurance emprunteur… bien qu’utile, dans la majorité des cas, il s’agit d’une assurance à fonds perdus. À l’inverse, le capital constitué dans le cadre d’un contrat de prévoyance, lui, n’est pas perdu. Il aide les familles dans une période éprouvante.

Et ça change tout.

Ensuite, peu de produits d’assurances peuvent afficher près de 500 000 nouveaux souscripteurs chaque année.

Ce marché, initié par les opérateurs funéraires, aiguise aujourd’hui de nombreux appétits de la part des acteurs financiers. Pour autant, qu’elles soient en capital ou en prestations, les offres issues du secteur funéraire, à l’image de celles proposées par PFG, ont toute une légitimité, de par leur pertinence ainsi que l’éventail des options qu’elles proposent… L’expertise du professionnel prend ici tout son sens. C’est ce qui a fini de me convaincre.

Je suis dans une forme de continuité au regard de mes précédentes missions et j’ai à cœur de mettre mes compétences et mon savoir-faire au service du Groupe OGF dans son développement sur ce marché en constante progression.

R : D’autant plus que le Groupe OGF, via notamment son enseigne PFG, dispose de nombreux atouts pour ce faire et que cette dernière a obtenu le label d’excellence des Dossiers de l’Épargne 2021 grâce à ses deux contrats de prévoyance obsèques en capital et en prestations.

AK : Effectivement, outre l’expertise professionnelle du Groupe, ce label est venu récompenser notre savoir-faire en matière de prévoyance. Cette reconnaissance vient nous encourager dans notre démarche et nos objectifs de développement.

Sur ce dernier point, comme vous venez de l’évoquer, nous disposons de nombreux atouts pour faire le pont avec les acteurs de la banque/assurance ainsi que les grands comptes. Nous parlons le même langage, et notre structure peut assumer et assurer opérationnellement la finalité de l’ensemble de leurs contrats. Nous disposons d’un maillage national du territoire et pouvons leur proposer des services de personnalisation en fonction de leurs souhaits, attentes et/ou besoins quant à tel ou tel service, prestations et autres produits. Sans oublier les accords de tiers payant que nous avons négociés avec de nombreux partenaires. La dynamique de notre développement réside dans notre capacité à être l’interlocuteur des grands acteurs comme des petits… des professionnels comme des familles.

R : C’est aussi cette expertise et cette capacité d’adaptation qui vous auront permis de proposer, sur le site pfg.fr, un premier outil de souscription en ligne… Pouvez-vous nous en dire plus ?

AK : Eh bien oui… le Groupe OGF fait souvent figure de pionnier, et c’est précisément ce que nous avons voulu faire en offrant cette possibilité à nos clients. Ainsi, sur le site pfg.fr, les futurs souscripteurs se verront proposer les mêmes choix et/ou possibilités que s’ils étaient en agence face à un conseiller. De la même manière, s’ils le souhaitent, ils pourront être accompagnés par un téléopérateur et, si d’aventure l’envie les prenait de finir leur démarche en agence, cela ne poserait absolument aucun problème.

Digitalisation du funéraire oblige, nous nous devions de proposer un outil tel que celui-ci aux familles… à la hauteur de leurs besoins et attentes. Il faut savoir que la rubrique "prévoyance" du site pfg.fr est consultée chaque année par plus de 100 000 visiteurs. Nous avions conscience qu’il y avait un besoin et avons entamé le développement de notre outil de souscription en ligne. Ensuite, il va sans dire que la crise sanitaire que nous traversons n’aura pas manqué de mettre en exergue sa nécessité immédiate pour les personnes à risques ou souhaitant simplement se préserver.

Encore aujourd’hui, préparer sa mort n’est pas chose facile. Franchir le pas de porte d’une agence et aborder le sujet avec un conseiller n’est pas à la portée de tout le monde. Grâce à cette nouvelle possibilité, nous n’imposons plus rien à nos clients et, dorénavant, ils pourront choisir le ou les canaux de souscription qui leur conviendront le mieux, ou tout simplement conserver leurs habitudes de consommation. Nous nous devions d’apporter rapidement une réponse probante à ces diverses problématiques.

R : En matière de développement et de back office, l’outil de souscription en ligne pfg.fr, ça représente quoi ?

AK : Cela fait près d’une année que les équipes des différents secteurs concernés –  informatique, communication, prévoyance, commercial et marketing – travaillent conjointement sur ce projet afin de proposer aux visiteurs du site les mêmes possibilités que s’ils étaient en agence, et ce, au détail près. Nous parlons d’innovation avec un outil de souscription en ligne… mais la véritable nouveauté réside dans la dimension phygitale qu’il offre à nos contrats de prévoyance obsèques. L’humain reste très présent malgré l’aspect "online", de par l’omnicanalité de notre approche.

À tout moment, le souscripteur peut passer de son écran à un conseiller en agence ou à un téléopérateur, pour un besoin d’assistance ou pour finaliser son contrat. Pour toutes ces possibilités offertes aux familles, c’est une équipe d’une vingtaine de personnes, entièrement dédiée, qui les accompagne en distanciel, sur le site Internet ou par téléphone. Même si nous les avons prévus dans nos parcours, privilégier l’humain aux robots conversationnels et aux chatbots… c’est un détail qui a toute son importance. Surtout d’un point de vue qualitatif.

R : À juste titre. Côté déploiement, où en êtes-vous… l’outil est-il pleinement opérationnel ?

AK : Nous avons opté pour un déploiement en deux étapes. Depuis fin mars, nous proposons la souscription en ligne pour nos contrats en capital. Notre outil sera complet et pleinement opérationnel début juin avec l’ouverture de l’accès aux produits en prestations.

Nous misons beaucoup sur cette innovation… le Groupe OGF représente aujourd’hui plus de 8 % du marché de la prévoyance funéraire (contrats en propre et sous-traitance cumulés) et, grâce à cette nouvelle possibilité de souscription en ligne, nous espérons toucher une nouvelle clientèle, à l’aise avec l’outil numérique et dont la tranche d’âge se situerait entre 40 et 65 ans, voire un peu plus.

R : En quelques chiffres, quels seraient vos objectifs à court terme ?

AK : Je serais tenté de vous dire que nos objectifs à court terme ne se réfèrent pas à des parts de marché. J’ai évoqué plus tôt les 100 000 visiteurs annuels de la rubrique prévoyance du site pfg.fr dont une bonne part d’entre eux a demandé un devis ou une documentation en ligne.

Concrètement, grâce à notre nouvel outil de souscription, nous avons aujourd’hui pour objectif de transformer ces demandes de devis en contrats grâce à une meilleure expérience client. Si nous y parvenions, ce serait non seulement une belle réussite, mais aussi la reconnaissance du fait que nous avons, une nouvelle fois, su anticiper et répondre à une attente des familles.

R : Monsieur Kasse, merci pour ces informations. Y a-t-il une dernière précision que vous souhaitiez apporter ?

AK : Grâce à l’expertise et au savoir-faire de l’ensemble de nos équipes, tant sur le plan opérationnel qu’en matière de prévoyance, notre enseigne PFG, filiale du Groupe OGF, a récemment obtenu deux récompenses, le Trophée du Service Client de l’année 2021 et le Label d’Excellence des Dossiers de l’Épargne 2021. Plus que des récompenses, c’est la reconnaissance du travail acharné d’hommes et de femmes pour accompagner au mieux les familles, qu’elles soient en situation de deuil ou qu’elles souhaitent organiser et préparer leur fin de vie.

C’est dans cette même dynamique, forts de ces valeurs que nous souhaitons véhiculer et avec cette même attention de tous les instants, que nous avons développé ce nouvel outil de souscription en ligne… Afin que chacun puisse préparer ses obsèques comme il l’entend, où il veut, quand il veut et comme il veut. Merci à vous.
 
Steve La Richarderie

Résonance n° 169 - Avril 2021

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations