Votre panier

Panier vide
Ce début d’année est morose…  Les indicateurs sont en berne, les indices boursiers jouent au yo-yo et les perspectives économiques ne sont guère réjouissantes. À l’heure où l’on dégrade en masse la note des États, ainsi que celle de nombreuses entreprises, on finit par se demander qui gouverne et vers quoi l’on se dirige…
Je n’ai pas la prétention de vous livrer ici une réponse,  d’autant que nous ne sommes pas dans la presse économique et financière, mais  funéraire. Vous pensez certainement, à la lecture de ces lignes, que vous êtes également concernés et vous avez raison ! Les statistiques sont là pour le prouver : moins de décès et plus de concurrence …
La crise est également dans le funéraire avec un panier moyen qui se resserre et une baisse du nombre de contrats obsèques souscrits, même si le portefeuille continue d’augmenter, à un rythme moins soutenu toutefois. Le métier se financiarise et, dans le même temps, certains investisseurs semblent s’essouffler.
Quel paradoxe… J’ai entendu, lors du dernier salon du funéraire, des vaticinateurs (des prophètes de malheur) annonçant la fin de l’euro(pe) dans les premiers mois de 2012. C’est pour cela, selon eux, que les capitaux affluent  en masse vers un secteur qui ne connaît pas la crise ! Parallèlement, la mécanique d’un mastodonte semble grippée et l’amène à licencier… quand d’autres marques plus récentes continuent à investir…
Dans cet environnement contrasté, nous souhaitons vous apporter un éclairage constructif et plein de fraîcheur sur une activité qui n’est plus considérée accessoire par les gestionnaires d’EPF : l’assurance obsèques.
Malgré la crise, elle demeure promise à un bel avenir. D’abord parce que la profession se mobilise, et que les lois finiront bien par être appliquées… même s’il ne sert à rien de légiférer à tour de bras ! Ensuite, parce que les professionnels du funéraire ont compris les enjeux de ce marché, et sont de plus en plus experts et exigeants en la matière, et c’est tant mieux !
Une préoccupation majeure en ces périodes troublées, est celle de la pérennité des engagements financiers, et, intrinsèquement, de la capacité des assureurs à revaloriser suffisamment les capitaux garantis. Tous ceux d’entre vous qui ont eu à exécuter des convois "bancarisés", à des prix sous-dimensionnés,  en savent quelque chose.
Avec des anticipations de résultats (taux techniques) qui permettaient de vendre à trop bas prix les contrats, nombre d’opérateurs se mordent aujourd’hui les doigts ! Force est de constater que les assureurs ont eu la fâcheuse tendance à aller au plus facile en vendant par le prix : "pour un capital minimum garanti de X, vous ne paierez que Y, soit une économie de Z !"
 
Autres temps, autres mœurs  
Les vents sont moins porteurs et la finance se cache, rase les murs, de peur de se faire lapider ou pendre sur la place publique. N’ai-je pas entendu il y a peu, chez un opérateur indépendant, qu’il valait peut-être mieux aujourd’hui  placer son argent sur un livret réglementé, ou laisser le contrat obsèques se faire chez le banquier ? Vous n’imaginez pas les risques induits ; j’oserais presque parler de démission tant je suis persuadé, à ce stade de ma découverte de votre noble métier, du rôle et de la valeur ajoutée de l’opérateur funéraire dans cette démarche.
D’abord parce que les rendements réels des contrats obsèques demeurent sensiblement supérieurs à ceux des livrets réglementés, et surtout parce qu’il ne faut jamais oublier les vertus premières du contrat en prestations : respect des dernières volontés, garantie de financement des obsèques, soulagement des proches…
Il faut impérativement repenser la démarche de vente en augmentant les capitaux : le bénéfice de l’assurance doit venir bonifier le capital plutôt que de diminuer la prime ! Nous sommes là pour vous y aider avec nos plans de formation,  d’aide à la vente, de management et de coaching.
Privilégiez un partenaire solide qui connaît votre métier et s’implique au-delà même de ce que vous pouvez imaginer. Depuis près de vingt ans déjà, FAPE Obsèques est à vos côtés sans compter !
À l’heure où paraîtra cette édition, la moisson des taux de revalorisation 2011 des contrats obsèques sera terminée. D’ores et déjà, une chose est sûre, la guerre des taux n’aura pas lieu car les conditions de marché  auront obligé les principaux intervenants à rendre les armes "en resserrant l’étau". La plupart des rendements feront ainsi grise mine et ne permettront pas de couvrir les anticipations de résultats financiers dans certains cas, l’inflation dans la plupart des autres.
Mais puisque vous aurez toujours besoin d’un agitateur d’idées, à vos côtés, pour refuser la fatalité de marchés longuement dégradés, et de situations de monopoles en cours de (re)création, GENERALI & FAPE Obsèques serviront encore cette année l’une des meilleures revalorisations : 3,65 % de taux global de revalorisation sur la quasi-totalité de sa gamme de produits (prévoyance et épargne).
Détrompez-vous, il ne s’agit pas plus d’effet d’annonce que de dumping tarifaire, mais simplement de l’implication d’un courtier militant, passionné par son métier, et de la capacité d’une compagnie d’assurances à accompagner une profession. Une compagnie solide, qui confirme ainsi que la performance n’a de sens que sur la durée ! Il nous faut maintenant rassurer nos clients et nous occuper des contrats sous-dimensionnés… FAPE Obsèques y réfléchit avec vous depuis des années et souhaite explorer de nouvelles pistes en 2012 ; nos délégués régionaux ne manqueront pas de vous les dévoiler prochainement et de répondre à toutes vos questions.
Le premier temps fort de cette année est en cours,  et nous vous en dirons plus dans la prochaine édition de Résonance. Notre slogan 2012 pourrait être "traçons ensemble d’autres voies pour nous affranchir de la crise". Parce que nous souhaitons plus que jamais vous fédérer, en toute liberté, autour de valeurs communes, 2012 sera pour FAPE Obsèques et ses partenaires une année en ligne. Formulons ensemble le vœu qu’elle nous permette de nous écrier bientôt d’une seule voix : Vive la crise ! ….
 
Olivier Girot

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations