Votre panier

Panier vide

J’ai fait la connaissance de José Ruel par l’intermédiaire de Christophe Taillieu, en 2005, alors que j’envisageais de prendre mes premières vacances. J’avais besoin d’un remplaçant et José est arrivé chez moi avec son matériel de gravité. À cette époque, je travaillais encore en pression et ne m’aventurais pas beaucoup en dehors des sentiers battus.

 

ClaireSarrazin04 Jose-Ruel

Claire Sarazin,

thanatopracteur

José Ruel,

thanatopracteur.

Curieuse de nature, j’ai voulu faire des soins avec lui, et c’est de cette manière que j’ai découvert la gravité : une révélation qui a totalement changé ma manière de travailler et aussi ma vision de la thanatopraxie. Il y a clairement eu pour moi un avant et un après José Ruel. C’est lui qui m’a remotivée et qui m’a donné envie de m’investir dans la profession. Il m’a beaucoup appris.

 

La gravité, une technique qui est presque une philosophie pour José

 

Il explique : "J’ai toujours été attiré par l’aspect technique de la thanatopraxie, et cela m’a toujours poussé à tester différents produits en fonction des différentes pathologies. J’ai toujours rencontré des difficultés en travaillant à la pression, et c’est en discutant énormément avec mon grand ami Christophe Taillieu, qui s’est intéressé à l’historique de la thanatopraxie bien avant moi, que j’ai découvert la gravité. Il m’a enseigné l’injection artérielle en gravité, et là, j’ai pu apprécier une tout autre technique, un autre confort de travail, une meilleure efficacité et donc des résultats de présentation de défunts optimum. Je me suis rapidement équipé et je n’ai eu de cesse de travailler avec tous les produits de conservation d’où qu’ils viennent, grâce à cette technique. J’ai eu beaucoup de plaisir à faire découvrir cette technique ancienne modernisée aux thanatopracteurs que j’ai rencontrés depuis, notamment à Claire Sarazin et à Sébastien Boukhalo. Je suis toujours ouvert à la formation théorique et pratique concernant cette méthode. Beaucoup pensent qu’il faut être très expérimenté pour travailler en gravité, alors qu’en réalité c’est très simple."

Parisien, José a quitté sa ville natale à l’âge de 15 ans pour s’installer avec sa famille à Maintenon, dans l’Eure-et-Loir. Après avoir obtenu un BEP de mécanicien auto à 16 ans, il exercera cette profession, y compris pendant son service militaire, qu’il fait à Montargis.

Après divers emplois dans les transports funéraires et l’entretien des véhicules, en 1990, il est embauché par les pompes funèbres transports funéraires Leslin, où il devient responsable de service avant de rejoindre un an et demi plus tard les pompes funèbres PLM, où il occupe le poste d’assistant funéraire. C’est au sein de cette entreprise qu’il fera sa formation de thanatopracteur, à l’EFSSM, en 1993. Il se souvient avec émotion de son maître de stage, décédé il y a quelques années, Renaud Gauvrit, un "très bon et très grand technicien", ainsi que du Pr Quatrehomme, de la faculté de médecine de Nice, avec qui il a eu "la chance de faire des autopsies".

Diplômé en 1994, il quitte les PLM d’Arpajon en 1996 pour s'installer dans la Sarthe, à Château-du-Loir, où il crée en parallèle deux sociétés : Castel dépôt vente et STO José Ruel (Société de Thanatopraxie de l’Ouest). Il y travaillera jusqu’en 2005 tout en donnant des cours théoriques et pratiques pour les Alyscamps.

De 2006 à 2008, il fait le tour de France en offrant ses services comme remplaçant et en continuant de former de nombreux stagiaires. Il part ensuite pour le Sud et reprend des remplacements dans la région nantaise et pour Sébastien Boukhalo, avec qui il finit par s’associer, en Dordogne, où il vit à présent "dans le fief d’Hautefort".
Sébastien Boukhalo fait partie, tout comme moi, des thanatopracteurs qui ont bénéficié des enseignements de José. Il raconte : "José m’a beaucoup appris sur la gravité, après que j’y ai été initié par Claire Sarazin. Il m’avait connu petit lorsqu’il travaillait avec mon père, Daniel Boukhalo. La vie réserve parfois des surprises. En effet, je ne pensais pas le retrouver des années plus tard, alors que j’étais devenu moi-même thanatopracteur. Sa première réaction a été, comme c’est souvent le cas avec les thanatopracteurs de sa génération, de me dire qu’il m’avait connu "en couche-culotte avec Daniel", et ce fut le début d’une amitié et d’une collaboration professionnelle qui durent encore aujourd’hui.

Oui, José Ruel est un excellent professionnel et pédagogue, mais il garde toujours la tête froide, bien vissée sur les épaules. Il a beaucoup d’humilité et de respect vis-à-vis des autres, je le constate au quotidien, car nous travaillons ensemble depuis quatre ans. Chacun de nous a conservé son indépendance et je crois qu’on arrive à un certain équilibre. La vie n’est pas un long fleuve tranquille, et il peut nous arriver d’être en désaccord par moments, mais nous avons appris à gérer nos caractères respectifs. Nous nous réconcilions devant un café et nous reprenons nos grands débats en rêvant qu’un jour tous les thanatopracteurs travaillent ensemble pour défendre notre profession.    

José est fan de vieilles voitures et de vitesse. Il trouve toujours du temps à consacrer à sa passion de la mécanique. Parfois, nous arrivons à nous retrouver sur un circuit de kart pour nous défouler du stress du travail, et bien sûr, il est toujours devant.
 
Je n’ai qu’un mot à dire à ce sage de la profession : "Merci".

 

Sébastien Mousse, avec le sens de l’humour qui le caractérise, ajoute : "Mac Gyver existe, je l’ai rencontré, il est thanatopracteur... Certains ont deux bras gauches, ne sont pas bricoleurs, et d’autres, à l’instar de José, sont toujours à la recherche d’innovation. Non, pas d’innovation, disons plutôt d’invention. Des "Géo Trouvetou" de la profession, que cela soit de la fabrication d’un injecteur par cavité, en passant par des pinces dont lui seul sait se servir. "En théorie, je t’explique, tu dois... Et là, vous êtes parti pour deux bonnes heures où José va vous expliquer l’histoire de la thanatopraxie, du pourquoi, du comment. Bref, un débat d’idées, comme il se plaît à le dire. Vous dire si à la fin il se souvient qu’il devait vous dire à quoi sert cet instrument qu’il a créé ? Je ne saurais, mais ce qui est sûr, c’est qu’il aura pris plaisir à communiquer son savoir et à partager sa passion pour son métier, et c’est cela le plus important…"

Lorsque j’interroge José sur les raisons qui l’ont amené à exercer notre beau métier, il devient intarissable : "Ce n’est par hasard qu’on en arrive à faire des choses dans la vie. On trouve certains chemins, au début, on ne sait pas. Je ne crois pas aux vocations mais à la passion, car c’est par passion qu’on fait les choses, quelles qu’en soient les difficultés. Dans un parcours professionnel hétéroclite et atypique comme le mien, on acquiert ce qu’on appelle "l’expérience" et c’est le plus haut grade qu’on puisse avoir dans un métier. Pour cela, il faut être ouvert aux autres, échanger et partager avec eux, quels qu’ils soient. C’est à force d’échanges et de rencontres, bonnes ou mauvaises, que l’on trouve sa ou ses voies. On se rend compte au fur et à mesure qu’on a été apprenti toute sa vie. Afin d’acquérir ces connaissances et cette expérience, il faut avoir l’état d’esprit pour vouloir bien faire et savoir bien faire. Dans notre métier, si on n’a pas un état d’esprit humain et ouvert aux autres, on ne peut pas exercer longtemps."

Après vingt ans de thanatopraxie et un "joli mariage qui a duré dix-sept ans" duquel sont issus Mickaël, 26 ans, et Mélissa, 23 ans, José a acquis une certaine sagesse et conclut avec ce conseil adressé aux jeunes thanatopracteurs : "Soyez avides de savoir et rien ne sera insurmontable."

 

Claire Sarazin

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations