Votre panier

Panier vide
Devoir d’intégrité, devoir de dignité

Par les temps qui courent l’intégrité ne frappe pas à toutes les portes, c’est en tout cas une réflexion générale dont le pessimisme reflète assez bien le climat ambiant baignant dans une atmosphère covidienne des plus prononcées. Essayons dans ces quelques lignes de remettre l’église au centre du village et apportons un regard positif à ce qui reste un noble sentiment dont la définition est souvent dévoyée de son sens originel.

L’intégrité se définit comme une valeur morale qui sert de référence et guide nos choix et nos actions. Elle désigne aussi la capacité d’une personne à respecter ses engagements et ses principes, malgré parfois des pressions contraires. En tant que concept moral, celle-ci est associée à l’honnêteté ou à la probité. La considération de l’intégrité morale de la personne comporte de nombreuses composantes, dont celle qui a donné lieu à la jurisprudence la plus abondante, à savoir le droit au respect de la vie privée.

La loi du 17 juillet 1970 tendant à renforcer la garantie des droits individuels des citoyens fut une consécration doctrinale et jurisprudentielle de celui de respecter la vie privée. Ce texte suppose un droit subjectif, inséré à l’article 9 du Code civil, et constitue la première apparition d’un droit de la personnalité stipulé dans ce Code. Le respect de la personne marque donc une étape essentielle dans nos relations sociales et professionnelles. Quelles que soient les circonstances, la personne privée est au centre des débats. Le respect de celle-ci, de ses opinions, de son physique, de sa volonté, de sa santé, de son identité confessionnelle ou laïque, de ses opinions politiques… l’intégrité en somme… qui devient la colonne vertébrale de l’existence d’un individu au sein d’une société.

Le problème vient toujours des visions exacerbées que l’on peut avoir d’un simple nom. Par exemple de ce nom féminin aux vertus nobles et morales de probité, témoignant d’une rigoureuse honnêteté, on en arrive parfois à accoler un suffixe qui remet en cause la vision généreuse que l’on peut en avoir. "L’intégrité" devient "l’intégrisme" et cette vision du monde, qu’elle soit religieuse, économique, politique ou sociale… se distingue du fondamentalisme. Ce terme "intégrisme" peut désigner plus généralement toute attitude doctrinale de conservatisme intransigeant et c’est pour cela qu’il s’accole parfaitement avec de très nombreux domaines de la société. Le champ sémantique du vocable s’est ainsi étendu dans des usages impropres désormais répandus, et souvent à connotation péjorative.

Plus que jamais, il est donc bon de se concentrer sur les valeurs morales essentielles qui sont censées nous unir plutôt que de nous diviser. L’intégrité n’est pas une convenance personnelle, elle est une vertu, un repère, un but en constante redéfinition auquel nous devons, en tant que personnes physiques ou morales, consacrer tous nos efforts afin d’en tirer honneur et contentement. In fine, l’intégrité est aussi un devoir de dignité. Et celle-ci n’est bien sûr pas négociable. Elle doit donc s’appliquer à tous les niveaux de l’entreprise, que l’on soit dirigeant ou salarié. Qu’il s’agisse notamment de politique d’achat, d’accompagnement des familles, de santé, de sécurité et de conditions de travail, l’intégrité se traduit par la loyauté, le respect et la dignité que nous devons aux autres mais également à nous-mêmes.

Ainsi, avant de porter un quelconque jugement sur une situation ou une personne, prenons le temps de la réflexion, de la sagesse et de l’humilité. Gardons-nous d’appréciations péremptoires, car nous pourrions très bien nous retrouver un jour également sur la sellette de façon inappropriée. Quelles seraient alors les pensées de nos relations sociales et professionnelles envers nous ? Qu’aimerions-nous recevoir en témoignage ? Notre image de professionnels se construit en tout premier lieu par l’édification de ce que nous sommes en tant que personnes. Nos interlocuteurs pour la plupart auront toujours tendance à nous renvoyer l’image que nous leur émettons. L’intégrité est donc une boussole de savoir-être au service de nos différents savoir-faire. Ayons l’intelligence de ne pas l’oublier et consultons-la sans relâche. Un faux pas est si vite arrivé.
 
Maud Batut
Rédactrice en chef

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations