Votre panier

Panier vide
La vérité est-elle une opinion ?

À notre époque contemporaine où la diffusion des images, des écrits et des paroles est devenue planétaire et en temps réel, se pose inévitablement la question de savoir ce qui est vrai ou pas dans cette avalanche de données quotidiennes que nos esprits se doivent d’assimiler plus ou moins correctement. À bien y regarder, la vérité est beaucoup plus subtile qu’il n’y paraît. Un courant de pensée, "le réalisme", suggère que celle-ci est la conformité de la pensée à la réalité objective, celle de l’extérieur. Par exemple, si nous disons que la mer est bleue à ce moment précis et qu’effectivement elle est bleue, alors l’énoncé est conforme au réel.

Un autre courant de pensée, "l’idéalisme", dit que la vérité est la conformité à l’idée de la chose. Pour Platon, chaque chose est une copie imparfaite d’une idée qui existe indépendamment de cette chose. Pour déterminer le vrai, il faut s’attacher à l’idée et non à sa représentation.

Aujourd’hui, l’ultra-médiatisation symbolisée par les réseaux sociaux diffuse essentiellement ce qu’il est convenu de définir comme étant des opinions. Elles sont une forme de vérité, mais valables uniquement pour celui qui les diffuse. Ce sont donc des opinions personnelles qui sont reçues par la planète entière qui l’interprète "a priori" à tort comme étant des exactitudes. La réception de ces messages doit faire l’objet non pas d’une lecture rapide, mais bien d’une analyse réfléchie avec des éléments de comparaison. Malheureusement, notre ère de consommation nous fait digérer cette multitude de données le plus souvent sans réfléchir, ayant pour résultat de produire une retransmission falsifiée de ces opinions. L’exemple de la vaccination est aujourd’hui flagrant pour comprendre que bon nombre des "vérités" assénées peuvent n’être que des reflets falsifiés d’un énoncé scientifique totalement différent.

Alors, qu’en est-il de la vérité, et comment la discerner ? Deux écoles sont en présence : "l’empirisme" dit que celle-ci ne peut venir que de l’expérience, alors que le "rationalisme" affirme qu’elle est rattachée à la raison, démontrant par cela qu’il y aurait des vérités universelles indépendantes de l’expérience. Le philosophe Kant fut le porte-drapeau de ce courant par trois ouvrages restés célèbres : "Critique de la raison pure, de la raison pratique, de la faculté de juger".

Pour bien comprendre les messages qui nous sont adressés, il faut peut-être convenir que ces propos ne sont que de simples positions personnelles, et donc sujettes à caution. Ce ne sont pas des vérités universelles. Lorsqu’une personne vous assène des articles de loi à tout bout de champ, ce n’est pas pour autant un avocat. Platon, avec raison, nous semble-t-il, affirme que "l’opinion est un intermédiaire entre la connaissance et l’ignorance". Platon aurait dû connaître les réseaux sociaux, il s’en serait délecté à coup sûr.

Au concept de vérité, opposons donc celui de relativité. Introduisons le "vraisemblable" dans nos raisonnements avant de nous forger un sentiment que nous relayons comme étant une évidence. Prenons le temps de relire "Allégorie de la caverne". Ce récit présente le rapport illusoire des hommes avec la vérité en la confondant avec ce qu’ils perçoivent et pensent connaître, c’est-à-dire : l’opinion. Intéressant, non ? Pour tirer une leçon de cette réflexion rapide, prenons avant tout conscience en toute humilité de notre ignorance, ainsi nous formerons un rempart contre le dogmatisme qui se profile derrière cette avalanche d’inexactitudes, préméditées ou non.

Chaque jour, les opérateurs funéraires sont confrontés à une vérité universelle : la vie et la mort. Celle-ci, irréfragable, appelle à la réflexion, mais surtout à la prudence. La parole peut parfois se révéler dangereuse, manipulatrice, créatrice de dogmes funestes.

Alors que la vérité est une lumière morale que nous devons entretenir, par honnêteté, par respect des autres et de nous-mêmes. Elle nous apportera des certitudes immobiles et rassurantes, et en cela nous désirons du vrai, pur et sans taches. Commençons donc par une certitude en forme de postulat, à l’instar de Socrate : "Je ne sais qu’une chose, c’est que je ne sais rien."
 
Maud Batut
Rédactrice en chef

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations