Votre panier

Panier vide
La probité, clé de voûte de votre édifice

Évoquer la probité dans votre cadre professionnel revient à souligner l’importance d’une clé de voûte dans l’élévation d’un édifice. En un mot, celle-ci relève de l’essentiel et elle définit la qualité de quelqu’un qui observe parfaitement les règles morales, qui révère scrupuleusement ses devoirs, les règlements, les obligations conventionnelles. Cette posture est une droiture qui incite à respecter le bien d’autrui et à porter la valeur morale personnelle et son éthique professionnelle de façon prioritaire à toutes autres considérations.

La probité est donc au cœur de vos préoccupations notamment lorsque vous procédez à des recrutements pour des postes à responsabilité ou la mise en œuvre d’interfaces avec les familles par un dialogue loyal piloté par vos conseillers funéraires.

Parler de probité s’applique dans de nombreux domaines, c’est une exigence morale qui suppose déjà d’afficher une honnêteté irréfragable, ne serait-ce que dans la présentation de ses compétences réelles, tant vis-à-vis du recruteur que devant des tiers, notamment lors d’une session de formation où certaines alertes vous imposent une attention accrue. La vraie question n’est pas de présenter une image trop brillante mais plutôt une image sincère. La confiance est à ce prix. La crédibilité ne se construit que sur des fondations saines, cela prend du temps et le moindre défaut de la cuirasse se paie immédiatement au prix fort. La chaîne "formation, recrutement, intégration" d’un nouveau personnel se doit donc d’être construite sur cette même sincérité.

Imaginez un instant la réaction d’un chef d’entreprise, dirigeant d’une structure, qu’elle soit privée ou publique, apprenant soudain que l’un de ses employés s’est rendu coupable d’une malversation, par exemple un détournement de fonds par la manipulation des acomptes clients à son profit. Ce scénario qui peut atteindre rapidement des sommes faramineuses n’est pas une chimère. Il s’est déjà produit dans un passé très récent et il se répliquera malheureusement dans l’avenir. Il n’est pas difficile de concevoir alors le tsunami provoqué par la révélation de ce délit hautement répréhensible et préjudiciable, les titres de la presse locale, l’impact sur les familles lésées et les familles clientes de l’établissement. Repensez aux vers de Pierre Corneille : "Que n’ai-je tant vécu que pour cette infamie, que pour voir flétrir en un jour tant de lauriers…".

Si la responsabilité semble évidente, celle du chef d’entreprise n’est pas à minorer. La confiance ne vous exonère pas de la vérification et c’est souvent l’absence de celle-ci qui est la source de ces actes délictueux. Les hommes ne sont hélas que des hommes.

Alors que faire pour pallier ce type de situation ? Premièrement, renforcer la formation initiale et continue, faire réaliser celle-ci par des personnalités reconnues et aux compétences vérifiées. Deuxièmement, lors des recrutements, analyser les CV et se concentrer sur le savoir-être en prenant le temps de vérifier le cursus du candidat. Troisièmement, mettre en œuvre en interne des procédures de vérification permanente afin de détecter très en amont les potentielles sources de dysfonctionnement. Quatrièmement, établir des contrats de travail et des fiches de poste qui soient conformes aux exigences législatives et réglementaires régissant le travail. Vous seriez étonnés de voir combien ces documents s’éloignent parfois de ces impératifs. Enfin, prendre le temps de mettre tout cela en œuvre et ne jamais procrastiner sur ce sujet en pensant que la foudre tombe toujours chez le voisin, ou que la taille de votre entreprise vous met à l’abri de ces dérapages.

Vous avez sans doute mis des années à construire votre réputation sur votre bassin de population. Un patient travail d’orfèvre qui vous a tenus sans relâche, vous et vos proches. Alors ne laissez pas des personnages sans scrupules ruiner l’œuvre et les efforts d’une vie, la vôtre. La probité à son corrolaire… votre perspicacité.
 
Steve La Richarderie
Rédacteur en chef

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations