Le 17 octobre dernier, IPSOS a présenté les résultats d’un sondage (1), effectué les 6 et 7 septembre derniers pour les Services Funéraires de la Ville de Paris (SFVP), sur l’évolution des attentes des Français pour l’organisation de leurs obsèques ou celles d’un proche. Puis François Michaud-Nérard a exposé une étude des SFVP, sur les 3 282 dernières obsèques qu’ils ont réalisées entre le 1er juillet 2012 et le 30 juin 2013. Entre volonté et réalité, quelles sont les différences notables ?

 

Les Français et les obsèques : souhaits et attentes

 

I - Le choix de la crémation ou de l’inhumation

 

Les graphiques suivants démontrent que la préférence des Français pour la crémation, lors de leurs propres obsèques, tend à se confirmer. 53 % des personnes interrogées seraient plutôt pour une crémation. Résultats identiques à 2008, la volonté reste donc constante.

 

RES95P34a


Ce choix est diamétralement opposé selon les croyances et pratiques religieuses. Si 69 % des "athées ou non-croyants" préfèrent la crémation à l’inhumation, 75 % des "croyants et pratiquants" restent attachés à l’inhumation. Des chiffres en légère hausse par rapport à 2008, d’un côté comme de l’autre.

 

RES95P34b


En revanche, lorsqu’il s’agit d’organiser les obsèques d’une personne très proche, une majorité de Français (53 %) ont une préférence pour l’inhumation. Des chiffres constants depuis 2010.

 

RES95P34c


L’évolution la plus marquante provient des personnes âgées de 60 ans et plus, qui affichent une réelle préférence pour la crémation, que ce soit pour leurs propres obsèques (57 % en 2013 contre 43 % en 2008) ou pour celles d’un proche (57 % en 2013 contre 35 % en 2008).

 

RES95P34c

 

II - L’organisation d’une cérémonie

 

75 % des Français interrogés souhaitent une cérémonie (religieuse ou civile) pour leurs propres obsèques, et 77 % d’entre eux souhaiteraient en organiser une pour celles d’un proche.

 

RES95P34d


Un attachement pour l’organisation d’une cérémonie reste très fort, que le choix se soit porté vers la crémation (73 %) ou vers l’inhumation (88 %) d’un proche.

 

RES95P34e


Cette cérémonie sera majoritairement religieuse (81 %) pour les personnes croyantes et pratiquantes ; en revanche, les athées ou non-croyants se dirigeront plutôt vers une cérémonie civile (44 %).

 

RES95P34f


Si le lieu de culte est préféré (56 %) pour ladite cérémonie, de nouvelles options (40 %), telles que la salle d’un crématorium, émergent.

 

RES95P34g

RES95P34h

 

III - Qui doit financer les obsèques ?

 

44 % des Français interrogés estiment que c’est la personne de son vivant qui doit prendre en charge le coût de ses obsèques, une opinion qui reste stable depuis 2008.

 

RES95P34i


Mais cette opinion évolue selon l’âge. En effet, les plus âgés (60 ans et plus) estiment que c’est au défunt de prendre en charge ses obsèques de son vivant, tandis les plus jeunes (entre 15 et 24 ans) pensent que c’est aux familles d’en prendre la responsabilité.

 

RES95P34j


Le financement est la principale préoccupation pour 64 % des Français, 31 % souhaitent prévoir le déroulement détaillé de leurs obsèques en même temps que leur financement.

 

RES95P34k

 

(1) Le sondage a été réalisé sur un échantillon de 1009 personnes, représentatives de la population française, interrogées par téléphone en suivant une méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne référence du ménage, catégorie d’agglomération et région. Interrogation effectuée à partir d’un fichier de contacts extrait de façon aléatoire de l’annuaire téléphonique, après satisfaction par région et catégorie d’agglomération.

 

Les Parisiens et les obsèques

 

L’étude menée par les SFVP porte sur un échantillon de 3 282 obsèques réalisées entre le 1er juillet 2012 et le 30 juin 2013.
Si une baisse de 27 % de la mortalité a été observée de 1975 à 1997, depuis, il y a une certaine stabilisation du nombre de décès à Paris.

 

RES95P36a

RES95P36b

 

I - Organisation des obsèques (pour un proche) : quelle est la réalité ?

 

Les enfants prennent de plus en plus en charge l’organisation des obsèques de leurs parents (50 % en 2013 contre 46 % en 2010). Dans 69 % des cas, les obsèques ne passent pas par un lieu de culte (65 % en 2010), principalement lorsqu’il s’agit d’une crémation, avec seulement 17 % des convois passant par un lieu de culte en 2013.
Malgré cela, 38 % des cercueils portent encore un emblème religieux (46 % en 2010).
En France, le taux de crémation s’élève à 32,5 %. Une augmentation du choix de la crémation des Parisiens (48 % en 2013 pour 45 % en 2010) amène Paris dans le sillage de la plupart des grandes villes de France, qui ont un taux de 50 % et plus.
47 % des femmes sont crématisées, soit une hausse de 6 %, pour 52 % des hommes. Une nette évolution du choix de la crémation pour les personnes âgées de plus de 75 ans (51 % pour la catégorie 76-85 ans contre 43 % en 2010). Les conjoints, enfants et parents du défunt choisissent plutôt la crémation, tandis que les frères et sœurs sont plus orientés vers l’inhumation.

 

RES95P36c

RES95P36d

RES95P36e

RES95P36f

RES95P36g

RES95P36h

RES95P36i

RES95P36j

RES95P36k

 

II – Quelques éléments sur la crémation

 

Le crématorium de Champigny-sur-Marne, en banlieue parisienne, a été pris en exemple. Depuis 2008, près de 59 % des cérémonies organisées sont civiles, tandis que 32 % passent par un lieu de culte. En 2013, 55 % des cendres ont été inhumées (caveau, cavurne, columbarium), 22 % ont été dispersées et encore 3 % sont conservées au domicile.

 

RES95P36l

RES95P36m

 

III – Quelques éléments de perspectives pour 2023

 

Les tendances en termes de cérémonies resteront majoritairement religieuses, 54 % des personnes ayant souscrit un contrat obsèques auprès des SFVP ont exprimé leur souhait d’une cérémonie religieuse. En termes de fournitures, les tendances iront vers les premiers prix lorsqu’il s’agit d’une crémation, mais les cercueils conserveront un aspect traditionnel pour une inhumation.

 

RES95P36n

 

La mission des Services Funéraires de la Ville de Paris : continuer à accompagner les évolutions

 

Différents éléments ont été mis en place :
- un blog pour suivre l’actualité du funéraire (www.servicesfuneraires.fr/blog)
- le site internet pour organiser des obsèques en ligne dans la région parisienne (www.revolution-obseques.fr). Cette formule low cost, qui suppose certaines contraintes, permet au consommateur d’être arbitre du prix en choisissant les options. Le site s’est renforcé avec des nouveautés, comme l’assistance téléphonique gratuite ou encore la réalisation de faire-part électroniques gratuits.
- la mise en place d’outils dédiés, tels que le livret "Comment parler de la crémation avec mon enfant ?" réalisé par la Société de Thanatologie avec le soutien de la Fondation des Services Funéraires de la Ville de Paris et distribué gratuitement dans toutes les agences des SFVP.

 

Frédéric Petit
Source SFVP et IPSOS

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations