BraumatNouvelles dates, nouveau lieu pour la deuxième édition du Salon Funéraire Grand Sud qui s’est déroulé les 13 et 14 juin derniers… Voici donc un premier retour de quelques participants.

 

Braumat Salon Grand Sud 00021Trois questions à BRAUMAT

Résonance : Quelles sont les principales raisons qui vous ont amené à participer une nouvelle fois au salon Grand Sud Toulouse ?

BRAUMAT : Nous avons souhaité renouveler notre participation en exposant davantage de matériel pour nous approcher du modèle des salons de Lyon ou de Paris. Cela s’inscrit dans notre volonté de démontrer une démarche de proximité auprès de nos clients, ceux-ci étant uniformément répartis sur le territoire national.

R : Sachant que celui-ci a une vocation régionale - pouvant être complémentaire de celle de Lyon -, comment avez-vous ressenti cette deuxième édition, concernant le choix du lieu et des dates (avant l’été), en matière de fréquentation, de richesse des échanges avec les opérateurs locaux, etc. ?

B : Les organisateurs recherchent le bon rythme, nous saluons cette approche. Pour notre part, nous cons-tatons que la clientèle est essentiel-lement disponible hors heures ouvrées. Nos meilleurs contacts ont eu lieu lors de la nocturne de la première journée, celle-ci est donc une très bonne idée. Pour une complète réussite, nous pensons qu’elle devrait se passer dans les allées, afin de mettre en valeur les stands.

Le cocktail devrait être orienté vers les lieux d’exposition. Les stands pourraient devenir un parcours autour du thème choisi, avec pourquoi pas des points de dégustations répartis dans les allées ou sur les stands… Une deuxième nocturne le vendredi soir aurait été je pense très intéressante, quitte à prévoir un démontage le lendemain. La période estivale était opportune entre l’après Lyon et l’avant Paris.

R : Ce salon a-t-il été pour vous "apporteur d’affaires", avec de nouveaux clients potentiels et/ou avec la signature de nouvelles commandes déjà engagées ou pas ?

B : La soirée du jeudi a été un succès mais la journée du vendredi a été peu fréquentée, avec un salon quasiment en fermeture à partir de 15 h. Il faudrait que la seconde journée soit continue, avec peut-être une "nocturne" de clôture… une piste à étudier…

R : La prime expérience de l’an passé vous a-t-elle semblé bénéfique ? Quels sont, à votre avis, les points forts à retenir ainsi que les axes d’amélio-rations possibles ou souhaités à transmettre à l’organisateur ?

B : Le salon se cherche encore, c’est clair. Mais nous invitons les organi-sateurs à persévérer.
- Les points forts : une formule régionale pertinente, avec une réussite en terme d’organisation, très professionnelle et proche de celle des grands salons ;
- Les axes d’améliorations : permettre aux exposants de réellement dynamiser leurs activités, car en plus d’être un lieu d’exposition, c’est un lieu d’affaires, plus proche de la "foire" que du "salon". Il faut aller dans ce sens.

Enfin, il faut travailler sur la mise en avant de nos activités, avant, pendant et après le salon, pour éveiller la curiosité de nos cibles.

Résonance n°152 - Juillet 2019

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations