Les Pompes Funèbres Intercommunales (PFI) de la région grenobloise ont été créées il y a 30 ans. Ce symbole national de ce qui est la première intercommunalité funéraire de France avec 74 communes membres préludait de quelques années à la création de la première SEM funéraire de l’hexagone. Sa progression au fil des ans démontre bien la pertinence des élus de l’époque, qui souhaitaient apporter à leurs populations un service funéraire digne et de qualité…

 

 

Logo-PFI-Grenoble

       Corinne Loiodice, Directrice générale des PFI.

RES86P16a

 

 

Retour sur mémoire

 

La grande salle de cérémonie des PFI était pour une fois presque trop petite pour accueillir les 450 personnes, élus, représentants des associations, professionnels du funéraire et amis, qui s’étaient déplacés pour célébrer dignement cet événement, le 14 novembre. Lors de cette réunion inscrite sous le signe de la simplicité et de la convivialité, c’est avec beaucoup d‘émotion que se sont succédé les orateurs venus marquer leur attachement aux PFI et rappeler que l’intercommunalité funéraire est une réelle manifestation de l’intérêt général dans les circonstances douloureuses que sont celles de la perte d’un être cher.

Les administrateurs et vice-présidents des PFI étaient également présents accompagnés par le président fondateur Robert Magnin, alors vice-président du SIEPARG (Syndicat Intercommunal d’Étude et de Programmation de la Région Grenobloise). Dans un bref rappel historique il souligna toute l’importance des enjeux et du contexte de l’époque : "Il y a des instants privilégiés dans la vie d’un élu. Ceux où vous avez la conviction profonde que votre décision va servir l’intérêt général et le bien commun, et que cette conviction l’emporte sur toute autre considération politique. Cette conviction était partagée par l’ensemble de mes collègues, toutes familles politiques confondues. La création des PFI est l’un de ces instants exceptionnels, et mon émotion est décuplée lorsque je mesure, 30 ans après, le chemin parcouru et la réelle satisfaction des familles pour ce service digne et de qualité. Il est bon de pouvoir se dire parfois : nous étions dans le juste".

Dans son intervention, Corinne Loiodice, directrice générale des PFI, ne cache pas son émotion. "L’histoire des PFI est celle d’une entreprise publique locale, mais c’est avant tout une aventure humaine exceptionnelle, celle de femmes et d’hommes animés par un réel sens du service et un dévouement remarquable pour les familles en deuil. Nous ne faisons pas un métier comme les autres. La perte, la douleur de la perte d’un être cher est au centre de notre démarche et quotidiennement nous nous remettons en cause, car chaque cérémonie d’obsèques est un moment unique, irremplaçable, le point de départ pour un long et patient travail de deuil pour les familles. C’est notre mission, notre devoir de dignité."

Pour cette célébration, un livre a été conçu et édité par les PFI, et remis aux invités de la soirée. Cet ouvrage de près de 140 pages, recueille les témoignages des élus qui contribuèrent à la création des PFI, mais aussi qui se succédèrent à sa présidence. Les différents corps de métiers, représentés par des membres représentatifs du personnel, apportent également une contribution délicate et sensible par des paroles d’une grande humanité. De nombreuses photos illustrent cet ouvrage qui ne se ressent pas comme un "bilan" mais bien comme une profession de foi humaniste au service des familles en deuil. Une promesse d’avenir.

Antoine Blas, directeur général délégué, présent lors de la création des PFI, souligne "Le chemin parcouru valait bien les efforts et la passion que nous avons mis dans cette innovation funéraire. Certes, il y a eu des difficultés, des réticences parfois, mais aujourd’hui le constat est unanime et c’est bien là l’essentiel. Rien de grand ne s’accomplit sans passion, et la passion ce n’est pas ce qui nous manque !".

Alain Pouget, directeur général délégué est pour sa part également sur cette ligne de cœur : "On peut arriver par hasard dans les métiers du funéraire, mais une chose est certaine, on y reste par passion. Nous sommes le produit d’une conjugaison de talents unis dans un seul et même but, apporter à celles et ceux qui sont dans la souffrance, un service digne et de qualité, celui qu’ils sont en droit d’exiger dans ces instants douloureux. Être aux PFI est une fierté pour tous, ce sentiment impose des devoirs, la dignité, l’accompagnement, la loyauté en font partie et, ce qui est exemplaire, c’est de constater que les femmes et les hommes de PFI partagent ce même devoir et ces mêmes valeurs".

 

Du côté des invités on ne compte plus les éloges

 

PFI en 30 années d’exercice a su devenir et rester sans aucun conteste le service funéraire des communes solidaires. 74 communes représentant 525 000 habitants sont membres de cette intercommunalité, ce qui est un fait unique en France par son rayonnement. Ce modèle a d’ailleurs inspiré d’autres collectivités communautés de communes, d’agglomération ou urbaines, convaincues qu’un service funéraire public justifie sa présence par l’éthique qu’il développe, et la qualité de service qu’il met en œuvre, la reconnaissance des familles et l’importance de leur empreinte en sont la meilleure preuve.

Non sans humour, Corinne Loiodice a eu le mot de la fin : "Je vous donne rendez-vous en 2032 pour célébrer dignement les 50 ans des PFI !".

Nous essaierons d’être encore nombreux, soyez-en assurés !

 

RES86P16b

Une partie de la salle de cérémonie.

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations