Prigent Isabelle02L’Association NAtionale des PErsonnels de Cimetières (A.NA.PE.C.) œuvre, grâce à son réseau regroupant des personnels et professionnels de cimetières, à un travail collectif facilitant l’uniformisation des pratiques individuelles sur le territoire national.

 

L’A.NA.PE.C. propose à ses adhérents de nombreux outils dès l’adhésion au réseau, afin :
 
- d’obtenir toute l’information nécessaire à l’exercice de son métier dans le domaine du funéraire (revue de presse, réglementation funéraire, présentation de savoir-faire, études relatives à l’évolution des pratiques funéraires, statistiques…),
- de pouvoir être accompagné et ne plus se sentir isolé face à une difficulté technique ou administrative, et de pouvoir obtenir par mail des réponses précises aux questions posées au réseau de professionnels de l’A.NA.PE.C.,
- d’avoir la possibilité de rencontrer des interlocuteurs qui partagent la même passion du métier (visite de cimetières, invitation à l’assemblée générale de l’A.NA.PE.C….),
- de pouvoir obtenir des documents de gestion types ou modèles évalués et approuvés par le réseau dans le cadre de ses activités quotidiennes et évoluant au fil de la réglementation en vigueur,
- de contribuer à faire reconnaître son expertise dans le domaine du funéraire en partageant son savoir-faire (présentation de son ou ses cimetières dans le journal de l’A.NA.PE.C., contribution à la rédaction d’articles diffusés dans Résonance).
 
Témoignages

Quelques responsables et conservateurs de cimetières témoignent ci-contre de l’intérêt porté à l’Association au fil de ses 20 années d’existence. Tous et toutes, passionnés par leur métier, déplorent souvent un certain isolement que l’A.NA.PE.C. aide à combler.

I. "Mon adhésion à l’A.NA.PE.C a été l’occasion de pouvoir confronter et échanger mes connaissances et mes pratiques avec celles de mes confrères. Au travers de ces échanges, je découvre d’autres façons de travailler tout en ayant le sentiment de ne plus être seul dans les problématiques rencontrées lors de l’exercice de nos métiers. J’apprécie tout particulièrement la veille juridique, qui permet de rester actif, de parfaire et de consolider nos connaissances. Enfin l’esprit d’entraide, réellement présent au sein de l’association, est très appréciable lorsque, parfois, nous nous sentons un peu isolés au sein de nos collectivités."

Baris Dede (Val-d’Oise)

II. "Personnellement, je prends connaissance avec attention de tous les messages et problématiques développées qui nous concernent tous, alors que nous sommes isolés dans nos communes. À mon niveau, il m’est arrivé de poser des questions sur des détails spécifiques, et les adhérents ont spontanément répondu pour me faire partager leurs pratiques. Il est même arrivé que le président m’appelle directement. J’apprécie aussi de pouvoir consulter en ligne le magazine Résonance.
Par contre, ayant un emploi du temps chargé, je ne peux pas me déplacer facilement pour me rendre à des réunions."

Pascale Pezennec (Ille-et-Vilaine)

III. "Après un parcours professionnel riche et varié, au service de l’intérêt général et dans des secteurs d’activité très différents – développement économique, emploi, ressources humaines, culture et depuis une dizaine d’année au service du funéraire –, j’ai toujours recherché, par le travail en réseau, à partager avec d’autres ce qui nous anime au quotidien dans l’accomplissement de nos missions. Alors même que nous avons toutes et tous des valeurs identiques que sont le soutien, l’écoute et l’empathie pour les familles endeuillées, nous ne partageons pas toujours les mêmes difficultés en fonction des moyens qui sont alloués par nos collectivités respectives, mais ensemble, nous sommes capables de trouver les meilleures solutions pour continuer notre action et nous épanouir professionnellement parlant, au service des administrés et usagers de nos cimetières.

L’A.NA.PE.C. est une aide précieuse pour celui qui découvre le funéraire autant que pour celui qui œuvre depuis plusieurs années dans le domaine. Bénéficier de sa veille juridique et accéder à une revue de presse nationale est une chance, profiter de la facilité des échanges entre membres adhérents et de l’écoute bienveillante des uns et des autres est un vrai plaisir."

Isabelle Prigent (Hauts-de-Seine)

IV. "J’ai été sollicitée par le responsable du service des cimetières de la ville de Cayenne pour devenir son adjointe. Par le biais de la mobilité, j’ai été affectée au Pôle cimetières et marché, le 1er septembre 2001, un monde inconnu pour moi, même si c’est un passage obligé pour tous. Très vite, je me suis attelée à la tâche pour parfaire mes connaissances, et au fur à mesure, je suis devenue une passionnée du domaine funéraire. Un métier que j’aime et qui me permet d’être à l’écoute des familles, de faire de belles rencontres, nouer des relations humaines, et surtout la volonté de rendre un service de qualité, car telle est notre mission.

Sur la toile, je me suis intéressée aux cimetières d’ici et d’ailleurs ; c’est en effectuant des recherches que j’ai découvert l’existence d’une association des personnels de cimetières, en l’occurrence, l’A.NA.PE.C. J’ai très vite adhéré, et c’est en 2005, au Salon funéraire, tout à fait par hasard, que j’ai découvert leur stand, et c’est ainsi que je me suis présentée, j’étais accompagnée du 6e adjoint délégué aux cimetières, actuellement maire de la ville de Cayenne depuis 10 ans, et du responsable dudit service. Nous avons été très bien accueillis, et invités à visiter le cimetière intercommunal des Joncherolles.

Ce fut pour moi le départ d’une belle histoire, faite d’échanges, de rencontres, de partage de connaissances, de solidarité envers les uns et les autres. Je suis très contente de faire partie de cette grande famille qu’est l’A.NA.PE.C. Malgré l’éloignement géographique, j’ai une très forte pensée pour vous tous. Mon plus grand souhait est que d’autres communes de la Guyane puissent nous rejoindre".

Annick Thomas (Guyane française)

V. "Je suis responsable des cimetières de la ville de Bastia depuis plus de 10 ans. Le plus ancien et le plus grand date de 1850. La gestion est parfois compliquée, notamment dans la transmission des concessions et les droits à inhumations, car bon nombre d’archives ont disparu lors des bombardements de la dernière guerre. Nous avons certes beaucoup de documentation relative au domaine funéraire, mais chaque cas est particulier, aussi, je suis ravie d’avoir pu adhérer à l’A.NA.PE.C. pour avoir confirmation d’une décision que l’on hésite à prendre parfois, ou bien des précisions sur une procédure.

Et parallèlement, il est intéressant sur un sujet proposé d’avoir l’avis et l’expérience de bon nombre d’adhérents qui exercent comme moi leur activité dans un cimetière. On se sent souvent isolé par la localisation de notre activité, notre insularité, le peu de stages professionnels relatifs au funéraire et les responsabilités qu’engendre notre profession. Aussi, l’A.NA.PE.C. nous apporte une aide précieuse et prompte dans la gestion de nos cimetières".

Le développement des compétences individuelles et collectives est une richesse pour les adhérents de l’A.NA.PE.C. La création récente d’un cercle d’élu(e)s est une force supplémentaire apportée au réseau pour favoriser encore son développement sur l’ensemble du territoire et quelle que soit la taille des communes et intercommunalités où l’appui de
l’A.NA.PE.C. peut être utile aux personnels et élu(e)s des cimetières concernés.

Marie-Antoinette Bozzano (Corse)

Pour l’avenir, l’A.NA.PE.C. souhaite, avec ses adhérents, répondre efficacement à d’autres défis, à savoir :

- Le droit funéraire laisse encore parfois trop de place à de possibles interprétations des textes. Le travail en réseau limite ces interprétations en s’appuyant sur la compétence de juristes ou de professionnels présents notamment au CNOF (Conseil National des Opérations Funéraires).
- La recherche d’une cohérence commune des pratiques entre les adhérents répartis sur tout le territoire, un défi pour combattre certaines pratiques contestables là où les moyens humains sont parfois insuffisants pour une gestion et un contrôle efficaces des opérations funéraires.
- Le partage de formations et d’informations juridiques dans le domaine du funéraire (contentieux, jurisprudence…) à chaque évolution du droit funéraire.
- Le partage de pratiques innovantes. Les technologies de l’information et de la communication au service des familles endeuillées et des visiteurs de nos cimetières apportent aujourd’hui une véritable plus-value à l’organisation et à la gestion administrative des cimetières.
- Le partage des meilleures pratiques en termes d’aménagement des espaces, de développement durable et développement de la biodiversité, de protection et de sécurisation des agents techniques au sein des cimetières.

Isabelle Prigent
Présidente de l’A.NA.PE.C.

Résonance n°149 - Avril 2019

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations