Partager avec un ami








Submit

Mes articles sur la formation ont souvent été l’occasion de citer le général de Gaulle, Alain Peyrefitte, Mao et même saint Marc. Cette fois-ci, quittons ces personnages historiques et abordons un sujet d’actualité qui aura un impact sur la formation, les ressources humaines et le commerce : le Big Data.

EFFA coul fmt

 

Messier Yves 2015 01 fmt
Yves Messier, responsable
de EFFA.

Pour commencer, définissons ce concept

Tous les jours, les internautes génèrent des millions d’octets de données. Par exemple, une photo prise par votre appareil fait environ 1 million d’octets. Les utilisateurs d’Internet s’échangent actuellement tellement de données que 90 % de celles dont nous disposons en 2017 ont été créées au cours des deux dernières années (source : IBM). Ces données proviennent :
- de capteurs utilisés pour collecter les informations climatiques,
- de messages sur les sites de médias sociaux,
- d’images numériques,
- de vidéos publiées en ligne,
- d’enregistrements transactionnels d’achats en ligne,
- de signaux GPS de téléphones mobiles,
... pour ne citer que quelques sources.

Ces données, regroupées, sont appelées Big Data ou "volumes massifs de données".

Ces données prises seules ne représentent rien d’intéressant. Elles le deviennent quand elles sont transformées en masses d’informations qui nous renseignent sur les internautes et leurs habitudes de vie. Un défi apparaît désormais : comment utiliser ces données ? Telle est la question que se posent penseurs et chercheurs depuis le début de la décennie. Le monde de la formation et celui des ressources humaines (RH) regardent le Big Data avec attention. Et pour cause...
Ces secteurs d’activités font face à des défis complexes. Pour y répondre efficacement, il leur faut de l’information, et le Big Data en dispose.

Regardons le contexte

La technologie évolue rapidement. L’économique change. La formation des salariés devient stratégique pour maintenir leurs compétences et répondre à leurs attentes. Le but est de maintenir :
- leur attachement à l’entreprise,
- leur motivation pour le travail,
- leur goût de l’innovation,
- leur aptitude à la créativité et à la résolution de problème.

Le but est aussi de répondre aux besoins des salariés. Certains veulent maintenir leurs compétences, d’autres veulent changer d’emploi ou encore évoluer au sein de l’entreprise. Ajoutons à ceci les besoins de l’entreprise :
- Quel est le monde dans lequel elle évolue ?
- Quels sont ses besoins ?
- Quel doit être le profil des salariés ?

Le Big Data représente actuellement un outil intéressant pour les entreprises et les services RH et formation dans le croisement des informations pour répondre le plus justement aux besoins de l’entreprise, aux impératifs des salariés et à la complexité du monde économique. Le croisement des données issues du Big Data servira d’outil pour les fonctions RH et la formation. Ce croisement permettra de trouver la formation qui constituera la meilleure solution pour répondre aux envies des salariés, aux besoins de l’entreprise et aux caractéristiques du monde économique.  

Je vous propose de continuer à explorer le Big Data dans les articles à venir. Vous verrez que celui-ci aura un impact sur le monde funéraire. Nous verrons aussi la notion "d’Internet des objets". Nous approfondirons le concept et étudierons ses applications.

Yves Messier
Responsable de EFFA

Résonance n°128 - Mars 2017

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations