La société néerlandaise OrthoMetals a peu à peu imaginé un circuit citoyen et vertueux de retraitement des métaux issus de la crémation. Les résidus sont triés, recyclés, et le produit est partiellement reversé aux crématoriums pour soutenir des actions associatives et humanitaires.

 Orthometals final 2016.jpg

 

Entre le tri et le stockage, les résidus métalliques, souvent d’origine médicale, récupérés (plaques, prothèses…) constituent une charge pour les crématoriums. C’est là qu’intervient OrthoMetals, société familiale néerlandaise née en 1997 de l’association d’un médecin orthopédique (Jan Gabriëls) et d’un spécialiste du recyclage (Ruud Verberne), et dirigée aujourd’hui par la génération suivante.

Déjà partenaire de plus de 150 établissements français, le spécialiste du recyclage se charge de la collecte des containers laissés en dépôt dans les crématoriums. Le poids est constaté. Puis les résidus sont transportés jusqu’au site de Meppel, aux Pays-bas, où s’effectue le tri des métaux. Identifiés, séparés, ils sont pesés avant d’être envoyés dans une raffinerie spécialisée qui va établir la teneur en or, en argent, en platine, en palladium. Fondus, ils retrouvent une seconde vie dans l’industrie. Mais jamais plus ils ne seront réutilisés à des fins médicales ou orthopédiques.

Partenaire de plus de 1 200 crématoriums dans 20 pays (États-Unis, Canada, Amérique latine, Australie, Nouvelle-Zélande et une quinzaine de pays européens), la société néerlandaise traite plus de 700 tonnes de déchets par an. Une soixantaine de tonnes provenaient déjà de France l’an dernier.

Lequipe familiale .jpg

Recettes rétrocédées pour du mécénat

Cette récupération des résidus (transparente, traçable et certifiée) ne coûte rien aux crématoriums participants, et c’est une originalité de l’opération. Car, après déduction des coûts de ses frais de fonctionnement, OrthoMetals rétrocède aux établissements une partie conséquente des recettes, encourageant ses partenaires à faire le bien, à soutenir les associations caritatives de leur choix. En 2015, par exemple, l’entreprise dit avoir reversé près d’un million d’euros à ses partenaires du funéraire en France.

Et voilà la réelle plus-value de cette entreprise citoyenne, humaniste et solidaire. C’est ainsi notamment que, sur son site Internet, la société rapporte les propos du directeur général des Services funéraires de la Ville de Paris, François Michaud Nerard : "Grâce à notre collaboration avec OrthoMetals, nous sommes capables de soutenir les associations caritatives, la recherche et le travail quotidien tout en aidant les familles en deuil. Récemment, nous avons créé en 2011 la Fondation Services Funéraires Ville de Paris sous l’égide de la Fondation de France."

Pour sa part, la société Crématoriums de France (groupe Funecap) a procédé en 2016 au don de 150 000 € à l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque. Celle-ci permet à des enfants atteints de malformations cardiaques graves d’origine infectieuse ou congénitale venant de pays défavorisés de se faire opérer en France lorsque cela est impossible chez eux, faute de moyens techniques ou financiers.

 

Résonance hors-série n°4 - Août 2017

 

 

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations