L’entreprise informatique Day’s Développement présentera au salon FUNÉRAIRE PARIS en novembre la nouvelle version de son logiciel funéraire GIF. Une solution complète de gestion simple qui intègre les plus récents changements réglementaires, et qui ne facture aux pompes funèbres que le dossier effectivement réalisé.

 GIF

 

Outil bien connu de gestion d’entreprise funéraire, le logiciel GIF présentera sa nouvelle version lors du salon FUNÉRAIRE PARIS de novembre prochain. L’occasion de montrer ses dernières fonctionnalités, offrant notamment une simplification dans la saisie de devis ou une inter-connectivité en ligne accrue avec les services de l’État, interlocuteurs réglementaires des pompes funèbres.
Résonance reviendra dans son prochain numéro sur ces nouveautés.
L’occasion aussi pour ses promoteurs Samir Ferkane & Zak Hassan de revisiter le parcours de ce GIF conçu entièrement pour le funéraire, loin d’un programme de gestion lambda qui aurait été juste habillé pour ce secteur. "Le logiciel est une émanation des adhérents de la Fédération Française des Pompes Funèbres (FFPF), se souvient Zak Hassan. À l’époque, il n’y avait rien. La première version date de 1983. GIF a intégré Windows après 1997. C’est à ce moment que nous sommes arrivés. La société a ensuite connu des rachats-ventes. Avec des collègues, nous avons acheté en 2004 le logiciel et le portefeuille clients. " La société Day’s Développement a vu le jour. C’est elle qui développe le produit depuis lors.

Facturation au dossier réalisé

Au fil des ans, la société a fait deux choix forts. Tout d’abord en intégrant une nouvelle approche commerciale, basée sur la consommation de ses clients pompes funèbres et le nombre de dossiers qu’ils concrétisent par une facturation. Il en coûte 15 € par dossier réalisé par l’entreprise. Nulle surprise pour le professionnel. Il paye son logiciel en fonction de son activité. Ainsi, un devis non transformé ne compte pas. "C’est un concept flexible qui fonctionne et que nos clients aiment", bien entendu la tarification classique reste accessible à ceux qui le souhaitent, souligne Zak Hassan.

Deuxième choix fort, en 2007 : l’hébergement du logiciel. "Dans le monde funéraire, personne ne le faisait avant nous. Le matériel n’est plus un frein en termes de coût ou de panne pour les pompes funèbres, puisqu’elles viennent se connecter sur notre serveur, opérationnel tout le temps via Internet. "Même depuis un smartphone, en déplacement, au bureau, le professionnel peux accéder à ses données.

"En 2011, tout le monde était passé à l’hébergement, nouveau ou ancien client, petit ou gros, indépendant ou franchisé. L’objectif est de faciliter la démarche administrative, tout ce qui est réglementaire (il y a eu beaucoup de changements législatifs pendant ces années de travail), et la démarche commerciale (facture, gestion du stock, catalogue). C’est vraiment un logiciel complet de suivi des opérations. "

Relation commerciale et partenariat

En agence, un conseiller qui reçoit une famille ouvre un dossier et saisit l’état civil du défunt, les coordonnées des proches, les opérations nécessaires pour le convoi. Un devis est délivré, qui pourra se transformer en commande, en facture. Puis il y a le règlement par la famille. Figurent aussi des informations de statistiques, de comptabilité analytique, de gestion de relance, de contentieux, de gestion de multi-payeurs si c’est le cas…

Day’s Développement vit sa relation commerciale comme un partenariat. Il fournit au professionnel un logiciel pour qu’il progresse en efficacité dans son activité quotidienne. En échange, par des retours d’expériences, l’équipe technique améliore la qualité du programme. "Comme tout le monde utilise le même logiciel, si l’un découvre un bug, tout le monde profite immédiatement de la solution. C’est une communauté. "

Pour sa société, qui élabore également d’autres logiciels métiers (pour architectes, comptables, avocats), il explique que le funéraire a des particularités spécifiques à intégrer dans sa gestion. "Le suivi des opérations est très important. Ce domaine est très réglementé. Vous avez les 24 heures légales à respecter. Dans la gestion, on doit prendre en compte les nombreux contrôles existants par rapport à la législation et à la réglementation funéraires. Dans la facturation, avant 2011, on devait incorporer les frais avancés par la famille (les débours), une vraie gestion à part qui n’existe pas forcément dans d’autres professions. Et puis vous avez la particularité de la TVA. En construisant le logiciel, il a fallu intégrer plusieurs TVA appliquées dans la même rubrique "Transport", par exemple. Il a fallu aussi ne pas oublier après 2011 la question des devis réglementaires. Nous avons dû traduire tout cela en termes informatiques pour tout rendre complètement automatique. "

Simplifier, faciliter, l’éditeur de GIF a su évoluer et accompagner les contraintes nouvelles de la gestion d’entreprise funéraire et les changements réglementaires. En 2010, parallèlement au logiciel de gestion, la société a complété l’activité en offrant un programme d’élaboration de monuments funéraires et de plaques en 3D (le M3D). Un outil d’aide à la vente également visible lors du salon du Bourget, pensé pour remplacer un catalogue en papier, et permettant de construire avec une famille à l’écran en agence un monument complet et personnalisé.

Olivier Pelladeau

 

Résonance n°134 - Octobre 2017

 

 

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations