Ceux qui pensent que les franchises et l’intégration sontCeux qui pensent que les franchises et l’intégration sontles seuls modèles amenés à perdurer demain,je les encourage vivement à ôter leurs lunettes de soleilet à observer ce qui se passe dans la grande distribution. La révolution que nous vivons aujourd’hui dans le funéraire trouve une analogie dans ce que vit le marchéde distribution alimentaire depuis 70 ans. À tout leader, tout honneur, je prends le temps de vous raconter la genèsede la saga Leclerc qui, avec le recul, me semble bien coller à notre réalité.

 

Martineau P 2015
Philippe Martineau,Philippe Martineau,directeur général d’UDIFE.
Udife
Choix 2014

Nous sommes en 1949, à Landerneau, Édouard Leclerc décide d’appliquer les prix de gros à la vente au détail. Replacée dans son contexte, cette idée est une véritable disruption qui va transformer irrémédiablement ce marché. Dans les années 50 et 60, d’autres commerçants se fédèrent autour d’Édouard Leclerc pour commencer à former un réseau de magasins sur toute la France. Nous sommes en 1949, à Landerneau, Édouard Leclerc décide d’appliquer les prix de gros à la vente au détail. Replacée dans son contexte, cette idée est une véritable disruption qui va transformer irrémédiablement ce marché. Dans les années 50 et 60, d’autres commerçants se fédèrent autour d’Édouard Leclerc pour commencer à former un réseau de magasins sur toute la France. 

En 1967, le mouvement compte déjà 30 supermarchés. En 1969, les commerçants du réseau créent le GALEC, le Groupement d’Achat des Centres E. Leclerc. Ils doivent faire face à des opposants, les commerçants indépendants isolés qui mènent un baroud d’honneur sentant la fin de leur modèle. Régulièrement, pendant les années 1960, ces indépendants vont protester contre la mort du petit commerce en prenant pour cibles les centres Leclerc. 

Je m’arrête-là pour la séquence historique, mais, vous l’avez constaté par vous-même, il y a beaucoup d’analogies entre la mutation de notre marché et le développement de l’enseigne Leclerc. Le constat est sans appel ; aujourd’hui, le numéro un de la grande distribution en France est bien Leclerc avec un réseau de 660 magasins tenus par des commerçants indépendants qui depuis plus de 50 ans innovent et réinventent chaque jour leur métier avec un esprit militant qui séduit les Français.

J’aurais aussi pu vous tracer la trajectoire d’un autre réseau coopératif, Système U, qui affirme fièrement : "Nous ne sommes pas des commerçants comme les autres." Bref, face à Carrefour et son approche financière, les réseaux coopératifs tels que Leclerc et Super U sont toujours là, et bien vivants.

"Nous non plus, ne sommes pas des commerçants comme les autres". Notre modèle UDIFE/Le Choix Funéraire a démontré sa pertinence et fait la preuve de son attractivité : et d’ailleurs vous êtes toujours plus nombreux à rejoindre les rangs de notre réseau coopératif. Pour autant, je vois ici et là que, face aux incertitudes du marché, certains acteurs cherchent opportunément à capter les indépendants en questionnement sur leur avenir. Leur tactique est de promettre un accès aux mutuelles et assureurs en direct. Sachant qu’ils deviennent les partenaires incontournables dans un marché porté par la montée en puissance de la prévoyance obsèques. Rien de bien novateur dans cette approche, chez UDIFE/Le Choix Funéraire, nous nous sommes intéressés à la question il y a déjà 20 ans. Nous avons intégré cette nouvelle donne dans notre stratégie et investi depuis des années, plusieurs millions d’euros dans des outils pour pouvoir répondre aux nouvelles exigences de notre marché. Certains GIE, percevant la fin du modèle du magasin indépendant, cherchent désespérément à interpeller les commerçants isolés pour les rallier à leur cause. Peine perdue, plutôt que de réinventer ce qui existe déjà chez nous, j’appelle tous les indépendants en questionnement sur leur avenir à rejoindre le réseau qui leur ressemble et qui garantit la pérennité de leur business. La porte est ouverte à tous sans distinction. Pourquoi ne pas faire front collectivement ? Nos priorités sont claires : la proximité et les valeurs entrepreneuriales. Chez UDIFE/Le Choix Funéraire, le capital appartient aux adhérents du réseau. Nous sommes un réseau d’indépendants, pas une franchise ou un réseau d’intégrés. Rejoindre notre réseau, c’est bénéficier de la puissance et des services d’un groupe et d’une grande enseigne nationale… Tout en restant maître chez soi.

Philippe Martineau
Directeur général d’UDIFE

Résonance n° 144 - Octobre 2018

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations