Partager avec un ami








Submit

Depuis 40 ans, SAPI commercialise et distribue des cercueils, des urnes et des articles funéraires. Ayant connu en 2016 la disparition de son site historique et son siège social d’Embreville dans la Somme, conséquence d’un violent incendie, celle-ci a immédiatement réagi et reconstruit un site équipé des dernières technologies, aux process innovants et efficaces, permettant de garantir la sauvegarde et la haute qualité des cercueils et des fournitures.
Une excellente nouvelle pour leurs clients. Rappel des faits et petite visite des lieux.

 

Sapipastille 2019Depuis plus d’un an, la SAPI a retrouvé ses capacités à 100 %. Elle est opérationnelle, sans avoir, même pendant les travaux, interrompu les livraisons, et son activité d’une manière générale (voir Résonance n° 134). Cela grâce aux salariés qui se sont investis totalement, travaillant provisoirement - par roulement - en Île-de-France (juste après l’incendie) sur le site de Chevilly-Larue (94) et grâce à la présence à leurs côtés des forces vives des Artisans du Funéraire (Menuiseries Ariégeoises et Carrier Feige Renaud) dont elle fait partie.

"La reconstruction a nécessité de se remettre en question : tirer parti de l’expérience acquise, optimiser nos process, garder le meilleur mais se dire aussi, y a-t-il d’autres manières de faire, de stocker, de préparer les cercueils, de les ranger avant l’expédition, de charger les camions ? Il s’agit donc de se réinventer pour apporter de l’innovation dans nos pratiques. Ce qui n’est pas toujours possible lorsqu’on est happé par le quotidien, les obligations et les contraintes qu’impose le service apporté aux clients. Ce sont des gestions de projets complexes et inhabituelles dans notre secteur d’activité", nous indique, en préambule de la visite, Vincent Joffre, directeur général de SAPI.

 SLR6561Présentation d’Exponeo - show-room en 3D avec animation des cercueils - nouvel outil d’aide à la vente pour les assistants funéraires.

Investir sur l’intelligence

La construction de ce nouveau site a été fondée sur une réflexion préalable confiée à des ingénieurs spécialisés en logistique. Un nouveau fonctionnement et un nouveau processus de travail ont été mis en place. Cela vaut aussi bien sûr pour le système informatique, les réseaux et la transmission des données.

En dehors de l’obligation d’un architecte pour la bâtisse, tout a été conçu en interne, SAPI ayant, depuis la mise en place de l’entrepôt de Chevilly-Larue, des ingénieurs spécialisés en logistique "maison" dédiés à ce type de réalisation. Tout ce qui concerne la manutention des produits, le stockage, la préparation a été créé spécialement pour Abbeville (livraison en novembre 2017). Un an quasiment après l’incendie.

Protéger le cercueil, une priorité

Ce nouveau bâtiment comporte également l’ensemble des bureaux administratifs et un centre d’appels pour les prises de commandes, la facturation, et l’information aux clients.
Il ne s’agit pas d’une simple reconstruction, la SAPI a choisi d’investir à hauteur de 1,5 M€ pour perfectionner la structure et les pratiques. C’est affirmer ainsi la confiance en l’avenir, poursuivre le développement de la SAPI et se doter des moyens nécessaires pour absorber la croissance du marché attendue. Les investissements ont lieu le lendemain de la catastrophe. Une excellente réactivité, rassurante pour les clients.

Ici a été fait le choix de travailler particulièrement sur la qualité et sur la sauvegarde. Protéger le cercueil est l’une des préoccupations prioritaires et centrales dans toute la réflexion de ce nouveau process. Une grande partie du bâtiment, intérieur et forme extérieur, est le résultat de la contrainte que s’est mise celle-ci sur la manipulation des cercueils (dont le poids va de 35 à 60 kg, en moyenne en fonction de l’essence ; les plus lourds, format XL et avec une forte densité du bois, vont jusqu’à 110 kg). L’objectif est de limiter le nombre de fois où le cercueil est manipulé de la position verticale à la position horizontale (c’est à ce moment-là que le risque de l’abîmer est le plus important).

Suppression du stockage en travée

L’empilement en travée s’est tout d’abord révélé avoir un rendement au sol très peu satisfaisant. Effectivement, il n’y a pas de place perdue entre les cercueils mais la hauteur n’est pas exploitée. De plus, les travées alignées, les unes à côté des autres, une par référence, ne sont jamais pleines. Elles sont dimensionnées, à la réception des marchandises, au maximum par le produit qui se vend le plus. Et elles ne sont "pleines" qu’à chaque arrivée d’un camion de livraison, cela représentant alors un taux d’occupation de 50 % en général.

Autre problème, les espaces entre les lignes de cercueils sont étroites et le risque d’abîmer un article est grand, notamment lorsque vous venez en prélever un avec un diable. La remise en travée d’un cercueil préparé et équipé présente les mêmes inconvénients.

Position à l’horizontale

Face à ce constat, un dispositif de rangement à l’horizontale a été adopté, installé dans une partie de l’entrepôt - d’une surface au sol de 1 500 m2 - dédié uniquement aux cercueils équipés. Ils sont installés sur des tapis de distribution, en attente d’expédition (voir photo). On peut ainsi y accéder facilement et récupérer, sans problème et sans dommage pour les autres, le dernier de la file si celui-ci doit partir en premier.

Pour le stockage des cercueils nus (les entrants), c’est un système basé sur des racks (ou palettiers) placés en étages qui a été choisi, permettant d’accéder indifféremment à n’importe quelle référence. Cela a pour résultat de pouvoir stocker plus de produits sur moins d’espace et d’avoir moins de manipulations. Exit les travées avec maintenant des articles posés sur palettes. Sachant que tous les modèles sont accessibles à hauteur d’homme, les étages supérieurs servent à réapprovisionner la palette au sol grâce à un chariot élévateur lorsque cela est nécessaire.

Préparation du modèle commandé.

Celui-ci démarre par l’utilisation d’un train logistique équipé d’un robot préhenseur qui prend délicatement le cercueil - prise possible grâce à une ergonomie adaptée - pour l’amener sur la chaîne de préparation (avec une intervention humaine minimale).

Cette dernière réunit les différentes actions destinées à l’équipement du cercueil. Elles sont regroupées dans une même zone où chaque poste a un travail précis à effectuer : déballer, contrôler l’état et la qualité, percer puis fixer les poignées, retirer le couvercle, poser un bac, garnir avec le capiton, reposer le dessus, mettre la plaque avec le nom et le prénom du défunt (gravure réalisée sur place avec une imprimante laser), ajouter un ornement, etc., avant de l’envoyer dans une emballeuse automatique. Chaque opération est enregistrée informatiquement, générant la traçabilité de chaque acte réalisé et activant le réassort d’accessoires ou de visserie, par exemple, si nécessaire.

Ce qui précédemment était fait par la même personne a été décomposé en plusieurs postes (un poste = une action) et le cercueil est déplacé en suivant un circuit logique, sur un chariot, avant de se présenter dans la zone d’attente pour l’expédition. Tout est synchronisé via des QR Codes et des tablettes pour le suivi et pour "appairer" à la fin les caisses et les couvercles. Résultat : flexibilité afin d’adapter l’entreprise aux fluctuations quotidiennes de l’activité et réactivité en cas de forte augmentation de la demande.

 SLR6534Traçabilité de chacune des opérations assurée par le QR code et la tablette.

La pertinence d’un processus régulé

Les postes de travail et les aires de stockage intermédiaires (de produits semi-finis car les unités ne fonctionnent pas toutes à la même vitesse) sont positionnés selon un trajet en forme de "U". En fonction du niveau de remplissage de ces dépôts transitoires, les équipementiers peuvent être amenés à passer d’une fonction à l’autre. La chaîne comprend 16 stations mais elles ne sont pas obligatoirement toutes occupées. Préparer un cercueil peut demander jusqu’à 10 à 12 actions.

Un surcroît d’activité impliquant parfois l’embauche d’intérimaires, le nouveau système mis en place facilite la formation de ce type de personnel. Sachant qu’il faut deux semaines pour être autonome dans l’équipement d’un cercueil, avec la nouvelle méthode SAPI, l’employé peut au bout de deux jours être efficace sur deux tâches élémentaires : déballage et remballage. Ce flux décomposé permet d’avoir du renfort intérimaire rapidement qualifié pour des opérations relativement simples.

Dispositif d’expédition innovant

À l’extérieur de l’édifice, les quais entrants et sortants sont dissociés de manière à ce que les véhicules ne se rencontrent pas, générant ainsi une circulation rationnelle des marchandises. Dix convoyeurs d’expédition alignés côte à côte accueillent, apportés par un tapis roulant, les cercueils protégés et filmés qui sortent de l’emballeuse et dotés d’une étiquette avec un code-barres leur permettant d’atteindre le bon convoyeur. En effet, chaque ligne est dédiée à une ou plusieurs tournées, correspondant à un secteur géographique donné ; et dirige les marchandises vers l’une des portes donnant accès au quai d’embarquement.

La particularité de SAPI est de ne vendre que des cercueils équipés (dont 70 % avec des capitons environ), ce qui implique un stock de cercueils nus à équiper et livrer très rapidement, le délai courant demandé étant de 48 h. C’est véritablement le service proposé par SAPI à ses clients opérateurs funéraires qui sont livrés sur les lieux de mise en bière hors domicile (morgue, funérarium, crématorium).

Cette renaissance se devait de s’accompagner d’autres perspectives ambitieuses… C’est le cas avec les nouvelles versions d’Exponeo (salle d’exposition virtuelle) et de Moodeo (outil digital d’aide à la vente)… Mais nous aurons l’occasion d’en reparler dans Résonance.

Gil Chauveau

Résonance n°149 - Avril 2019

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations