Funeral FranceTraditionnellement, en France, les cercueils répondent à des formes dont l’inspiration est régionale. Lyonnais, parisien, tombeau, trapézoïdal… un classicisme qui s’inscrit dans la durée, à l’exception peut-être d’une influence venue d’outre-Atlantique, qui vient quelque peu bousculer l’ordre établi. Le cercueil américain commence à s’implanter doucement, mais sûrement, et séduit une clientèle en recherche de nouveauté, mais également de qualité.
SAS Diffusion Express et son dirigeant Éric Bottalico sont les pionniers de cette tendance. Entretien et commentaires.

 

Éric Bottalico n’est pas un nouveau venu dans le funéraire hexagonal ; en effet, il exerce depuis une quinzaine d’année par le biais d’une société de pompes funèbres basée dans les Alpes-Maritimes. La thanatopraxie fut son premier amour, et son désir d’apprendre toujours plus, couplé à une passion du funéraire, guida ses pas vers ce secteur. La région PACA connaissant une forte concentration de retraités et de résidents étrangers, la demande en cercueils américains se fit jour, quoique marginale.

Après plus d’une décennie d’opérations funéraires, Éric Bottalico décide alors de s’orienter notamment vers le négoce, et s’intéresse de près à ce type de cercueils inconnu sous nos latitudes, mais omniprésent via le cinéma et les séries TV. De plus, la demande s’accentue, et satisfaire ces nouvelles exigences s’impose à l’esprit d’entreprise qui l’anime. Ainsi naît "SAS Diffusion Express", avec sa gamme complète de cercueils américains, inhumation et crémation.

LE PRESIDENT det

Résonance : Monsieur Bottalico, introduire une nouvelle forme de cercueil ainsi qu’une essence de bois sur un marché déjà bien structuré s’apparente au parcours du combattant, je suppose ?

Éric Bottalico : Vous supposez bien, et vous avez raison de parler de marché structuré. Jusqu’à présent, le cercueil américain relevait de la "niche commerciale", car la demande était rare et localisée. Les mentalités évoluent, et cette forme, ou plutôt ce concept, séduit une clientèle croissante. Il fallait donc s’interroger sur le rôle exact du cercueil dans une cérémonie funéraire, mais également sur sa destination finale.

À ces questions, il faut également ajouter celle sur l’essence du bois. Vous n’ignorez pas que le chêne traverse une crise dans le sens où la demande à l’export, vers les pays asiatiques, rend la matière première moins concurrentielle. Sans exagérer, je dirais que nous nous dirigeons vers un système de rareté, sinon de pénurie.

Il existe de nombreuses essences de bois aux propriétés mécaniques satisfaisantes pour l’usage funéraire. Nous avons porté notre choix vers le Paulownia. Parler de parcours du combattant est une bonne image pour imposer une essence de bois mal connue en France. Cette espèce d’arbre est originaire de Chine et de Corée. Elle pousse spontanément sur les terrains en friche. L’arbre à feuilles caduques, au port étalé, peut mesurer jusqu’à 20 m de haut. Sa croissance rapide intéresse l’industrie du meuble, du fait de la gestion durable des ressources forestières.

R : Votre gamme est large et votre tarification plutôt attractive. Quelle structure commerciale adoptez-vous pour répondre à la demande ?

ÉB : Dès lors que vous proposez des cercueils aux professionnels ou au public, vous devez être en mesure de couvrir l’ensemble des exigences des familles. Inhumation, crémation, cercueils de petite taille, cercueils pour transports en France ou vers l’étranger, pour personnes de forte corpulence, toutes les attentes doivent être satisfaites.

Nous mettons à disposition des cercueils équipés et complets. Ils permettent de gagner de la place dans les dépôts encombrés par les cartons de capitons qui sont très volumineux d’une part, et d’autre part de gagner en coût de main-d’œuvre pour les monter.

Nous avons créé un site Internet pour l’enseigne "Funeral France" où les professionnels sont en capacité de passer directement leurs ordres. Nous n’ignorons pas que le contact direct est essentiel, et qu’instaurer la confiance est déterminant pour la proposition d’une nouvelle gamme. À cet effet, nous mettons en place une représentation commerciale qui interviendra sur les 4 points cardinaux de notre Hexagone, ceci pour le dernier trimestre de l’année. Nous nous attachons à proposer la meilleure qualité au meilleur coût. Bien entendu, tous nos produits sont homologués et répondent aux exigences de la norme AFNOR de 2004 (loi JO du 30 avril 2004).

R : La France est-elle votre seule zone d’intervention ?

ÉB : Non, nous diffusons sur l’Europe. Les pays de culture anglo-saxonne sont très ouverts à ce type de produits, et les demandes vont croissantes. Il y a une forte concurrence dans ce domaine sur ce type de forme, mais nous avons la chance de détenir une exclusivité européenne d’un constructeur réputé. De plus, nos cercueils résistent à l’inspection des professionnels les plus exigeants, et, de toute évidence, ils reconnaissent le travail bien fait. De notre côté, nous contrôlons la qualité de nos produits, et ceux-ci passent avec succès le regard des familles qui, lui, ne laisse rien passer, nous le savons tous.

Dernier point d’importance, pour les transports de corps vers l’étranger, nous fournissons des cercueils "zingués" complets, répondant aux exigences relatives aux transports de corps internationaux.

ANTENARIA det

R : N’y avait-il pas d’autres possibilités en matière de bois que le Paulownia ?

ÉB : Oui bien sûr, il y a toujours d’autres possibilités. Le choix du Paulownia nous a immédiatement séduits. C’est un bois disponible en grande quantité car il est d’une croissance rapide. Il dispose de bonnes qualités et de la résistance mécanique, de l’ordre de 211,43 kg/m3. On retrouve cette essence dans la composition de certains skis ou kite-surfs. Elle se travaille remarquablement bien, et permet l’application d’une grande variété de teintes et de vernis. Sa texture est fine et les défauts sont rarissimes. En produit fini, il est d’une présentation exceptionnelle. C’est vraiment un produit de qualité qui trouve naturellement sa place dans un show-room d’opé-rateur funéraire.

Économiquement, c’est d’un rapport qualité-prix de premier choix. Il est accessible même aux bourses les plus modestes, et assure d’être un élément essentiel du cérémonial. Équipé avec des capitons de teintes neutres et en harmonie, il valorise les présentations du défunt aux proches et sort du schéma classique du cercueil, ce qui lors des séparations est un facteur d’apaisement.

R : Quel est votre principal objectif à court terme ?

ÉB : Notre souhait est que le cercueil américain devienne l’un des éléments de présentation dans les show-rooms des opérateurs funéraires. Il a sa place, sa qualité de fabrication est indéniable, sa finition également, son prix en fait un élément attractif supplémentaire. Nous ne sommes plus dans un effet de mode, nous sommes dans une nouvelle vague du funéraire, avec une réflexion environnementale par l’usage de bois renouvelables dans un délai court et largement disponibles, un process de fabrication éprouvé qui permet une tarification souple et accessible à tous, nous sommes une réponse de choix à de nouvelles exigences des familles.

Jérôme Maniaque

Résonance n° 152 - Juillet 2019

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations