PROMOTIONS

64,00 €15,00 € l'unité
20 produits en stock
138,00 €75,00 € l'unité
40 produits en stock

Gérer un cimetière

61 produits en stock
Partager avec un ami








Submit

Le groupe OGF, acteur historique considéré comme un référent du marché funéraire, a toujours été précurseur dans le domaine de la crémation. Il a anticipé son développement et est devenu le premier gestionnaire privé français de crématoriums. Parallèlement, il a toujours innové en adaptant son offre de services et de produits aux nouveaux besoins des familles qui optaient pour ce mode de sépulture. C’est ainsi qu’il a lancé une nouvelle gamme d’urnes résolument moderne qui diffère de l’offre plus conventionnelle et apporte aux familles un large choix pour matérialiser le souvenir de l’être disparu. À cette occasion, Résonance a interviewé Jean Ruellan, directeur du marketing et de la communication du groupe OGF.

 OGF fmt

 

Jean Ruellan fmt

Jean Ruellan, directeur
du marketing
et de la communication
du groupe OGF.

Résonance : Pourquoi avez-vous décidé de lancer une nouvelle gamme d’urnes ?

Jean Ruellan : Cela part tout d’abord d’une analyse. La crémation n’est plus un mode de sépulture confidentiel comme c’était le cas il y a une trentaine d’années. C’est aujourd’hui une réalité très présente qui structurellement va prendre de plus en plus d’importance dans la part d’activité des opérateurs funéraires. En effet, si aujourd’hui la crémation représente environ un tiers de l’activité, la parité est devant nous à court terme. D’où un enjeu de taille pour tous les opérateurs funéraires qui doivent arriver à maintenir et même à développer leur chiffre d’affaires. Cela passe donc par une autre considération de la crémation. Avant, faire le choix de la crémation était plutôt un choix militant et ce mode de sépulture se voulait extrêmement simple, voire dépouillé. L’urne était donc la plus basique possible. Aujourd’hui, la crémation est un mode de sépulture beaucoup plus complexe et la famille n’a pas moins besoin d’attention que lors d’une inhumation. Bien au contraire.

Selene-Droite- Carlos  fmt Delta-Face- Carlos Aye fmt
Modèle Selene. Modèle Delta.

R : Vous voulez dire que les familles qui optent pour une crémation ont autant besoin de services et de nouveaux produits que celles qui optent pour une inhumation ?

JR : Oui, et nous en sommes conscients depuis longtemps. Étant toujours à l’écoute des familles, nous nous sommes rendus compte que leur besoin de souvenir était toujours là et qu’il est même de plus en plus ancré. La dispersion des cendres se fait souvent par dépit et par méconnaissance de tout ce qu’il est possible de faire avec l’urne comme l’inhumation en pleine terre, la mise en columbarium ou le scellement sur un monument. D’ailleurs, on observe une différence assez marquée entre celui qui fait le choix de la crémation et ceux qui restent. Les proches expriment massivement un besoin de considération et de conservation des cendres. Ils veulent pouvoir les situer et les matérialiser avec un lieu du souvenir. Nous sommes donc partis du constat que l’urne ne pouvait plus être considérée comme un simple contenant. Il était primordial de changer notre regard sur elle et de l’instituer comme un objet à part entière qui participe aussi au travail de deuil. Il ne faut pas oublier sa part symbolique pour les familles puisqu’elle accueille les cendres du défunt et peut être vue comme sa dernière demeure. C’est pour cela que nous avons déployé une nouvelle gamme d’urnes qui répond à l’évolution des besoins mais aussi des goûts.

Tresor-Droite- Carlos  fmt Dune fmt
Modèle Trésor. Modèle Dune.

R : Comment cette nouvelle gamme d’urnes a-t-elle été mise au point ?

JR : Dans cette nouvelle approche de la crémation, nous avions la volonté de ne pas avoir d’interdit, de mener de vraies enquêtes pour comprendre les attentes, et c’est ce que nous avons fait. Nous avons ensuite traduit les résultats auprès d’un designer qui a élaboré une gamme propre au Groupe. Ainsi ce sont des modèles uniques qui ont vu le jour. Ils n’existent nulle part ailleurs. C’est pourquoi la nouvelle gamme est très différenciante par rapport au reste du marché et reflète les attentes des familles. Nos vingt trois modèles, dont deux urnes enfants, ont été élaborés dans des matériaux classiques, naturels ou innovants comme le sable compacté. Les formes sont contemporaines, simples ou au contraire très originales. Il y a forcément une urne qui ressemble au défunt et qui est adaptée à la destination choisie pour les cendres. Deux urnes sont 100 % naturelles et biodégradables. En se décomposant, elles ne laissent aucune trace sur l’environnement. Nous avons également choisi de travailler la gamme avec de nouvelles formes du souvenir. Certes, l’urne ne peut plus se garder à la maison mais elle doit répondre à de nouvelles attentes et pouvoir par exemple se sceller sur des sépultures existantes. Ce fut également l’occasion de tenir compte des générations qui arrivent. En effet la volumétrie moyenne des urnes a évolué pour être en confort sur toute la gamme.

R : Est-ce qu’on trouve déjà ces nouvelles urnes en agence ?

JR : Oui, leur déploiement a débuté en février 2015 et nous en sommes particulièrement contents. Notre nouvelle gamme donne satisfaction à tout le monde, à la fois aux agences qui la proposent et aux familles qui sont souvent admiratives de leur design. Elles trouvent toujours l’urne qui correspond à la personnalité de leur défunt. Pour le modèle de distribution, nous sommes sortis de la logique de prix et avons procédé par univers (Élégance, Design, Caractère ou Nature). Cela facilite le client dans son approche. Au sein de chaque univers, on retrouve différents produits avec une palette de prix différents. Il y a en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses. Il est également possible de personnaliser certaines urnes par une gravure ou par une médaille ornée d’un motif. Ce qui nous fait le plus plaisir, c’est quand une famille nous dit qu’elle a trouvé l’urne qui correspond exactement au défunt et nous remercie. C’est le cœur de notre métier.

Résonance hors-série #1 - Spécial Crémation - Août 2015

 

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations