Partager avec un ami








Submit

En cette fin d'année 2014, Henry Keizer, président du 'Groupe de Facultatieve', annonçait, non sans une certaine fierté, l'arrivée de Damien Comandon au sein du groupe Hygeco. Fort de son expérience dans le management, à la fois des prestations de services et des unités commerciales, Damien Comandon devrait accompagner, avec brio, le groupe Hygeco dans la réalisation de ses nouveaux objectifs.
In fine, sa mission… accroître encore et toujours la satisfaction des clients et partenaires du groupe Hygeco !

Hygeco 2013 fmt 

Damien Comandon 01 fmt
Damien Comandon,
directeur général
du groupe Hygeco.

Résonance : Monsieur Comandon, une présentation s'impose…

Damien Comandon : Effectivement, avant de parler de ce que l'on veut faire et où on veut aller, il faut savoir d'où je viens et ce que j'ai fait, avant…
J'ai eu de multiples expériences professionnelles, et ce, dans des secteurs d'activités très différents. J'ai commencé en faisant du consulting en organisation industrielle et en organisation des métiers de service, puis j'ai intégré l'un de mes clients qui opérait dans le secteur du loisir. Par la suite, j'ai œuvré au sein de différentes entreprises dans les domaines du "facility service" (service technique) où j'avais en charge, aussi bien la partie vente que réalisation des prestations et gestion. J'ai, de fait, un profil de manager à vocation pluridisciplinaire et, personnellement, je me qualifie comme un homme de service. Et, surtout, j'essaie d'être très à l'écoute.
Vous savez quand on arrive dans un nouveau secteur d'activité, il y a deux choses qui priment : savoir être humble et savoir être à l'écoute… de l'histoire de l'entreprise, de ses collaborateurs et de l'ensemble des acteurs de ce secteur. Cela est encore plus vrai dans le funéraire qui est un petit secteur où les gens se croisent et se recroisent…C'est d'ailleurs ce qui en fait toute sa richesse d'un point de vue humain et relationnel.
Enfin, ce pour quoi je suis là aujourd'hui, ma vocation, c'est d'aider le groupe Hygeco à relever de nouveaux défis. Il y a une ambition pour le groupe qui est clairement affichée par le Groupe de Facultatieve et je suis là pour accompagner cette ambition de développement, de croissance, d'optimisation et de structuration.

R : En aparté, quand vous parlez "vente", vous faite allusion, par exemple, à la mise en valeur d'une prestation dont vous aviez la gestion, en vue de sa diffusion, ou bien il est fait référence à la vente de produits "hardware" ?

DC : Je voie où vous voulez en venir… En fait, les deux sont liés car j'entends par vente, l'accompagnement et la gestion des forces de vente de l'entreprise, quel que soit le produit ou la prestation. Chez Hygeco PMA (HPMA), cette gestion revêt un caractère plus particulier car nous somme à la limite entre le "B to B" et le "B to B to C"… mais j'y reviendrais plus tard.

R : Du secteur du loisir à celui du funéraire, c'est plutôt le grand écart. Vous avez été victime d'un chasseur de tête. Vous vous intéressiez à ce secteur ?

DC : Je vais vous dire la réponse que tous ceux que je croise aujourd'hui me font : "On rentre dans le funéraire par hasard (rire) et on y reste par passion ou par conviction…"
Je ne sais pas encore quelle sera ma motivation pour y rester par le suite, mais ce qui est sûr, c'est que le milieu est relativement vite attachant, de par la richesse des relations humaines et de par les valeurs et le respect qui y existe, que l'on soit partenaire ou concurrent. Tout cela rend ce secteur des plus intéressants et des plus appréciables. Je m'y projette sans aucune réserve.

R : Certains nouveaux arrivants sont surpris de constater que le funéraire est véritablement un secteur économique à part entière. Au vu de vos antécédents, cela n'aura peut-être pas été votre cas. Cela étant, y a-t-il quelque chose qui vous ai saisi ?

DC : Effectivement, le funéraire est un secteur d'activité comme un autre, avec ses codes, ses règles et sa gestion.
En revanche, ce qui m'a interpelé, au sens positif du terme, c'est que, au-delà du business, les gens sont comme investis d'une mission. Il y a la partie "économique", mais aussi et surtout, il y a des valeurs, du respect, il y a le souci du "bien faire" car, comme je l'évoquais plus tôt, nous sommes, en ce qui concerne Hygeco, dans le B to B to C, et le C… ce sont les familles en deuil. Vous disiez tout à l'heure et, à juste titre, "il n'est pas question de clients mais de familles".
Cette notion, elle est partagée par l'ensemble de la profession et c'est cela qui m'a véritablement interpelé.

R : Justement, la profession… Vous êtes venu au salon FUNEXPO 2014. Quel accueil vous a été réservé par les fournisseurs et autres professionnels de la branche que vous avez eu l'occasion d'y croiser ?

DC : Indéniablement, cela a été très intéressant et très enrichissant. J'y ai eu le plaisir de rencontrer, en peu de temps, beaucoup des acteurs les plus importants de la profession en France.
Sans faux-semblant, l'accueil a été plutôt bon. En tout cas, très révélateur de cette couleur, de cette chaleur et de cette proximité qui sont propres à ce secteur. Beaucoup de ses acteurs y exercent depuis de nombreuses années, d'où la force et la richesse du relationnel.
D'une certaine façon, j'y ai compris pourquoi certains se plaisent à dire que le funéraire est une grande famille.

R : Damien, vous vous définissez comme un homme de service. Votre intervention se limitera-t-elle simplement à la partie prestations de service ou couvrira-t-elle l'ensemble des activités de Hygeco ?

DC : L'ensemble, bien sûr. Il se trouve que je connais et que je maîtrise parfaitement des business models de métiers de services tels que HPMA les développe, ce qui me permettra de piloter de manière assez précise cette activité-là, mais ma vocation est bien d'accompagner l'ensemble du groupe, en France, à l'international et dans toutes ses divisions.
En revanche, Il y a des enjeux qui, aujourd'hui, sont assez fort… La thanatopraxie est en pleine évolution, que ce soit en termes de produits ou de procédés, alors effectivement, mon premier chantier sera celui de HPMA… mais pas exclusivement.

R : C'est à dire ?

DC : Comme je vous l'ai dis, mon rôle est d'accompagner l'ensemble du groupe. Il y a la France bien sûr, mais aussi l'international, et ce, sur les nombreux métiers que compte Hygeco. Les services ont un caractère plutôt national, mais les départements produits et installations lourdes, qui eux, ont un déploiement mondial ont, par exemple, chacun une philosophie et une méthodologie qui leurs sont propres.
Attention, je n'ai pas la prétention de révolutionner les choses, là n'est pas mon propos. Il y a déjà une structuration existante au sein du groupe, et celle-ci est plutôt efficace. Je suis juste là pour optimiser les procédures quand cela est possible ou s'avère nécessaire. Mon but est d'aider Hygeco dans les chalenges qui lui font face aujourd'hui.
 
R : Lors de l'intégration d'un nouveau secteur et d'une nouvelle entreprise, vous évoquiez la nécessité d'être humble et à l'écoute. Cela étant, depuis votre arrivée, avez-vous déjà identifié des postes qui requièrent votre savoir-faire ou des chantiers que vous souhaiteriez engager ?

DC : Oui, il y a de nombreuses petites choses qui peuvent êtres optimisées, mais qui sont véritablement interne à l'entreprise, et qui, pour le coup, n'auront aucune répercussion à l'extérieur. Ensuite, parler de chantier… Comme je vous l'ai dis précédemment, je ne suis pas là pour faire la révolution.

R : En fait, je fais référence à votre œil nouveau. Ce qui est intéressant, dans votre cursus, c'est que, jusque-là, vous étiez extérieur au secteur funéraire. Vous évoquiez précédemment la longévité de certains, ce qui, inévitablement, peut générer une routine. Vous avez un regard neuf, et, de fait, peut-être avez-vous un apport qui puisse être des plus bénéfiques, au groupe Hygeco en premier lieu, et pourquoi pas, à l'ensemble de la profession.

DC : J'entends bien. Depuis mon arrivée, j'ai essayé de rencontrer un maximum de personnes et d'être le plus possible à l'écoute afin d'analyser et de comprendre… Et aujourd'hui, quand j'écoute les différents acteurs, j'ai vraiment le ressenti que le secteur funéraire français est actuellement en pleine évolution. Cela se constate chez les pompes funèbres qui rénovent et mènent une véritable réflexion quant aux espaces de vente et à leurs aménagements, PFG et ROC-ECLERC en tête. Cela s'observe également au niveau des chambres funéraires et autres crématoriums où, là encore, le retour à l'humain. Dans ce contexte, je souhaite accompagner le groupe Hygeco qui vit lui aussi ses propres évolutions afin de rester en adéquation avec la mouvance de la profession et du marché.
Je n'entends pas que ses évolutions soient mon empreinte chez Hygeco car elles doivent être l'œuvre de chacun des collaborateurs.
À quarante ans, j'ai déjà vécu plusieurs expériences professionnelles, et j'ai surtout beaucoup appris… parfois dans la difficulté. Je pense aujourd'hui, avec le recul, qu'un bon accompagnement doit se faire avec précision, mais en douceur. Certainement pas dans la rupture, cela n'apporte rien de bon.
C'est en prenant le temps d'écouter et de comprendre les gens qu'il est ensuite possible de les aider au mieux et de les emmener parfois au-delà de ce qu'ils pensaient pouvoir faire un jour.

R : Pour conclure, Damien, et sans en dire trop, quels vont être les premières optimisations au niveau de HPMA ?

DC : Au niveau de HPMA, le premier projet dont je peux vous parler succinctement, car d'ores et déjà validé, est un projet qui vise à donner des outils modernes à Hygeco PMA afin d'en optimiser au mieux l'organisation, de la prise d'appels à la clôture du dossier en passant par les échanges d'informations et les remontées d'appréciations.
Pour le coup, ce sera une petite révolution chez HPMA… mais on en reparlera en temps voulu.

R : Un dernier mot ?

DC : Non hormis tous mes remerciement pour cette entretien.

Propos recueillis par
Steve La Richarderie

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations