Partager avec un ami








Submit

Intervenu à l’occasion du congrès national 2016 de l’Union du Pôle Funéraire Public (UPFP), Jean-Pierre Cornu, directeur des cimetières de la ville de Lyon, a fait une présentation sur la reprise de concessions et le «recyclage» de certains monuments, notamment ceux bénéficiant d’un potentiel patrimonial et culturel. Entre opportunités pour les familles, conservation du patrimoine funéraire et recettes exceptionnelles pour la ville de Lyon, les ventes aux enchères de monuments funéraires sont une pratique méconnue de certains, et pourtant… Jean-Pierre Cornu nous en dit plus.

 

Cornu Jean Pierre fmt
Jean-Pierre Cornu,
directeur des cimetières
de la ville de Lyon.

Resonance : Monsieur Cornu, pour ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter ?

Jean-Pierre Cornu : Je suis à la direction des cimetières de la Ville de Lyon  où nous gérons 7 cimetières répartis sur quatre sites : La Guillotière, 20 hectares, Loyasse, 12 hectares, La Croix Rousse, 8 hectares, et Saint-Rambert, un peu plus d’un hectare, soit, au total, près de 42 hectares. Ces 7 cimetières représentent environ 88 000 concessions actives, parmi lesquelles certaines sont très anciennes.
La mission qui nous incombe, prioritairement, au service des cimetières est de satisfaire les demandes d’inhumations et de crémations pour les administrés de la ville de Lyon ou les personnes qui y sont décédées. Cela induit pour les 65 personnes qui composent le service de faire le nécessaire pour avoir suffisamment d’emplacements pour les inhumations, mais également de pouvoir proposer des prestations cinéraires – cavurnes, columbariums, zones de dispersion – pour les familles ayant fait le choix de la crémation.

R : Justement, lors de votre présentation au congrès de l’UPPFP à Lyon, vous évoquiez cette partie de votre activité et, notamment, les reprises de concessions. Qu’en est-il exactement ?

J-PC : Le principe est le même pour toutes les communes. Il y a, d’une part, les concessions temporaires de 15, 30 et 50 ans qui arrivent à échéance, et dans ce cas, soit les familles renouvellent, soit elles abandonnent la concession… s’ensuit une procédure de reprise administrative.
Et d’autre part, il y a les concessions déclarées en l’état d’abandon, pour lesquelles, dans la plupart des cas, il s’agira de concessions perpétuelles qui, au fil du temps, se dégradent, tombent en déshérence parce qu’il n’y a plus personne pour s’en occuper et dont les monuments s’abîment ou comportent un risque quelconque. Dans ce cas-là, nous engageons une procédure de reprise de monument en l’état d’abandon qui s’applique aux concessions perpétuelles. Cette procédure s’avère plutôt longue, puisque, après trente ans de déshérence supposée, un premier constat d’abandon peut être fait, trois ans s’écouleront encore avant qu’un second constat vienne confirmer le premier, et ainsi, autoriser le maire à déclarer officiellement l’état d’abandon de la sépulture et qu’une reprise puisse être engagée. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous ne faisons pas beaucoup de procédures de ce type. L’autre raison est toutes les investigations qu’elle implique : recherche des ayants droit, reconstitution d’arbre généalogique…Et j’en passe.
Ce type de dossier représente vraiment un énorme travail de recherche pour le pôle concessions, et vu l’ampleur de la tâche, cela nous demanderait des moyens supplémentaires dont nous ne disposons pas. Le service ne démérite pas pour autant, puisque nous arrivons à dégager une liste d’une trentaine de concessions tous les trois ans.

R : Une fois la reprise de concession effectuée, qu’advient-il des monuments et autres signes funéraires ?

J-PC : Concernant les caveaux, une fois que les familles les ont abandonnées et n’ont pas souhaité récupérer les monuments et signes funéraires, ces derniers vont être inspectés par le personnel des cimetières, et plus particulièrement le conservateur, afin de voir s’ils peuvent être proposés à d’autres familles, dans le cadre de ventes régulièrement organisées par la ville de Lyon. S’ils s’avèrent être en trop mauvais état et sans aucun intérêt, ils sont éliminés et confiés à des filières de retraitement.

R : Là, vous évoquez les monuments dits standards… Quid des monuments susceptibles de représenter un intérêt patrimonial et/ou culturel ?

J-PC : Concernant les monuments types chapelle ou les monuments emblématiques, réalisés par et/ou pour une personne célèbre… en somme, les monuments présentant un réel intérêt pour le patrimoine funéraire de la ville, ces monuments vont être inscrits sur la liste d’une vente aux enchères qui est organisée tous les ans. Pour cette vente, nous retenons les monuments les plus emblématiques de par leur histoire, leur emplacement, leur esthétique… Ceux qui sauront retenir l’attention des acquéreurs potentiels.

R : Comment faites-vous pour estimer la mise à prix de ces monuments ?

J-PC : Trois critères sont principalement retenus. Il y a tout d’abord la superficie de l’emplacement, où est installée la sépulture.
Ensuite, il va y avoir la cuve, c’est-à-dire le caveau par lui-même qui, fonction de l’époque, peut être une véritable cave toute en pierre ou en ouvrage maçonné, pouvant accueillir 10, 20 voire 30 défunts.
Enfin, il va y avoir le monument, une chapelle, une sculpture ou un monument ouvragé.
C’est en dressant un état des lieux relatif à ce dernier critère que nous allons établir la mise à prix.
Dans de nombreux cas, où il y aura moult travaux à réaliser, la mise à prix du monument peut être de 1 € avec obligation de restaurer ce dernier. Il est important de signaler que les familles se portant acquéreurs de monuments à restaurer peuvent bénéficier de subventions ou de déductions fiscales. De plus, lors des ventes, des marbriers sont présents afin de communiquer aux familles une évaluation grossière des travaux à effectuer et du coût que cela peut représenter.
D’autres monuments, plus simples, disposant de caveaux standards, 2, 3 ou 4 places, pourront avoir une valeur de départ comprise entre 50 et 300 €, mais nécessiteront peu de travaux, voire aucuns. Sur ce second type de produit, les familles auront surtout l’opportunité d’acquérir un emplacement.

R : Ces mises à prix ne sont relatives qu’aux monuments, elles n’incluent pas les places dans le caveau, n’est-ce pas ?

J-PC : Effectivement, pour ce qui est du prix des places dans le caveau, nous appliquons un tarif forfaitaire, qui est dégressif en fonction du nombre de places. Ces tarifs sont inclus d’ailleurs dans les tarifs de la Direction des cimetières.

R : Cette pratique n’est pas très répandue, mais pour ce qui est de la ville de Lyon, cette vente aux enchères est, chaque année, très attendue par les familles ?

J-PC : D’autres communes procèdent également à ce type d’actions, sur le même principe, ou avec quelques différences. À Lyon, nous pratiquons ces ventes depuis le XIXe siècle et, effectivement, elles sont particulièrement attendues par nos administrés. Pourquoi une telle attente me direz-vous… Parce qu’elles représentent, une fois de plus, de véritables opportunités pour les familles, soit d’acquérir un monument emblématique du patrimoine funéraire, culturel et/ou historique de la ville, voire du pays ; soit d’obtenir un emplacement qui aurait été inaccessible autrement…
Les familles qui participent à ces ventes ont généralement un certain budget en correspondance avec ce qu’elles entendent acquérir après avoir consulté la liste – à disposition dans nos cimetières une vingtaine de jours avant – des lots proposés à la vente.

R : C’est une vraie démarche gagnant, gagnant ! Elle permet aux familles d’obtenir un monument et/ou un emplacement inaccessible autrement, elle permet une conservation des monuments emblématiques de vos cimetières et, accessoirement, cela représente une recette non négligeable pour la ville de Lyon. Justement, ces sommes récoltées sont-elles réinjectées dans les services liés aux cimetières ?

J-PC : Effectivement, je n’ai rien à l’encontre des monuments granit, mais cette démarche a vraiment pour but de valoriser les témoignages du passé, l’art funéraire d’une autre époque, de privilégier la restauration des monuments qui ont une certaine facture, qui ont été fabriqués par des artisans, des tailleurs de pierre qui n’existent plus aujourd’hui. En procédant ainsi, nous maintenons le patrimoine funéraire de nos cimetières tout en permettant aux familles d’acquérir un monument d’exception à moindre coût.
Ensuite, effectivement, ces ventes aux enchères représentent une recette exceptionnelle pour la ville de Lyon, qui va, au même titre que les ventes de concessions standards, dans ce que nous appelons «le pot commun» de la ville, et qui sera ensuite redistribuée sous forme d’enveloppes budgétaires aux différents services de la commune. Cela étant, traditionnellement, un tiers des recettes de ces ventes est reversé au CCAS.

R : Pour conclure, on a beaucoup parlé patrimoine, pouvez-vous nous dire un mot sur la démarche “zéro phyto“ dans les cimetières de l’agglomération lyonnaise ?

J-PC : Il y a une anecdote que je me plais à raconter au sujet de l’un de nos cimetières. Dans les années 30, les gens venaient au cimetière de Loyasse pour y couper de l’herbe pour leurs lapins. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale, avec la création des industries chimiques phytosanitaires et l’arrivée des désherbants, que nous en sommes arrivés à des cimetières très «minéraux».
Nous sommes aujourd’hui dans une démarche totalement inverse, avec une réintroduction de l’élément végétal dans le cimetière. Nous communiquons énormément auprès des familles sur le sujet, car nous allons engager très prochainement un vaste programme de travaux, qui visera à requalifier l’ensemble de la sphère cimetière lyonnaise où, par exemple, les allées gravillonnées seront bientôt engazonnées…
Nous avons beaucoup de travail devant nous, et je vous invite à venir voir le résultat quand nous aurons terminé.

Steve La Richarderie

Résonance n°121 - Juin 2016

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations