PROMOTIONS

64,00 €15,00 € l'unité
6 produits en stock
138,00 €75,00 € l'unité
39 produits en stock
Partager avec un ami








Submit

Depuis près de 11 ans au sein du Groupe OGF, Catherine Laloyer a connu un parcours pour le moins singulier, avant de prendre la direction des achats du Groupe. Résolument attachée à l’humain, elle cherche toujours à explorer de nouveaux horizons. Rencontre.

 

LALOYER Catherine
Catherine Laloyer, directrice
des achats du Groupe OGF.

Résonance : 11 ans au sein du Groupe OGF et directrice des achats depuis 2 ans… Quel a été votre parcours ?

Catherine Laloyer : Dans l’entreprise où je travaillais précédemment, j’étais en charge de l’intégration des entreprises récemment acquises. OGF déployait sa politique de croissance externe et mon profil a retenu leur attention. Ainsi, à mon arrivée chez OGF, j’ai mené différents projets d’intégration, mais aussi de réorganisation de processus.

Cette première expérience m’a permis de découvrir l’entreprise, sa culture et ses métiers. C’était une expérience très riche, car très transverse. Ensuite, je me suis naturellement orientée vers l’informatique : quand on s’engage dans une réorganisation de processus métiers, on souhaite bien souvent qu’elle se reflète dans des outils informatiques adaptés.

J’ai ainsi piloté de nombreux projets, dont celui de refonte du système de gestion commerciale. Une aventure collective passionnante, qui m’a permis d’aborder plus concrètement la dimension «commerciale».

Lors du départ à la retraite d’Alain Rougereau, directeur des Achats à l’époque, je me suis proposée pour prendre sa suite. Depuis deux ans, je dirige donc une équipe de neuf personnes. C’est une position stratégique pour explorer l’ensemble des facettes du monde du funéraire et de ses acteurs, pour percevoir ses évolutions.

OGF, représente aujourd’hui un potentiel de 250 millions € d’achats, dans des secteurs très divers allant des produits destinés aux familles, jusqu’à l’ensemble des fournitures requises pour le bon fonctionnement de l’entreprise, en passant par les matières premières nécessaires à nos productions.

R : Votre passage aux intégrations vous a permis d’aborder l’offre des structures acquises et leurs fournisseurs respectifs. Cette première expérience vous sert-elle aujourd’hui ?

CL : De fait, cette expérience m’a permis d’avoir une sensibilité particulière… c’est certain ! Quand on intègre une entreprise, elle dispose généralement de son propre panel de fournisseurs. Et, cela m’a amenée à rester très attentive aux partenariats que nos acquisitions entretiennent avec leurs fournisseurs. Certaines de ces relations commerciales s’avèrent intéressantes pour OGF. Avec mon équipe, nous restons constamment en veille et en recherche, et malgré cela, certains produits peuvent échapper à notre vigilance… Il nous est déjà arrivé, suite à l’acquisition d’une entreprise, d’étendre l’un des partenariats spécifiques de cette dernière à l’ensemble du Groupe.

R : Entre optimisation d’un côté et produits innovants de l’autre, comment cela se passe-t-il exactement, comment arrêtez-vous vos choix ?

CL : Sur l’ensemble des nouveautés, nous travaillons en soutien de la direction du marketing. Les équipes marketing vont concevoir une nouvelle offre – prestation, gamme, produit, etc. – nous les accompagnons en recherchant les fournisseurs que nous pensons en capacité de répondre à leurs besoins.

Parfois nous explorons des univers assez éloignés de notre sphère habituelle dans le cadre de notre démarche d’achat. Prenons par exemple notre dernière gamme de capitons. Nous n’avons pas trouvé de réponse réellement satisfaisante auprès des fournisseurs œuvrant déjà dans ce domaine. Nous avons donc interrogé un professionnel du textile d’ameublement. Il a su diversifier son activité, et ainsi répondre à notre cahier des charges.

R : Et pour ce qui de l’optimisation des produits et autres services…

CL : La complexité des achats tient également à la multitude de nos métiers, de nos sites (1500 sites de 5 typologies différentes) et des collaborateurs concernés (6500 collaborateurs). Les besoins à couvrir sont nombreux. Il est donc primordial, avant toute démarche d’achat, de bien cerner les besoins afin de prioriser les attentes, et parfois de faire certains arbitrages pour parvenir à des consensus. C’est par ce dialogue que nous savons comment orienter nos recherches auprès de nos fournisseurs potentiels. Nous collaborons très étroitement avec nos clients internes. Ils nous orientent concernant les évolutions et améliorations à apporter à nos produits et services. Notre objectif commun et partagé est toujours la qualité… C’est fondamental.

Accompagner nos clients internes consiste aussi à les soutenir dans le déploiement et la mise en œuvre de ces nouveaux partenariats. Nous restons à l’écoute de leurs retours et souhaitons nous inscrire dans une démarche d’amélioration continue. Nous suivons donc la communication et les modalités de déploiements des nouveaux contrats, réalisons des enquêtes de satisfaction etc.
C’est ainsi que des améliorations ont été apportées à nos véhicules funéraires, nouveaux corbillards et TSC notamment, pour les rendre plus confortables à l’usage et accroître encore la sécurité de nos collaborateurs.
Cette démarche projet s’appuie bien entendu sur des outils. Nous avons beaucoup progressé sur le pilotage des contrats-cadres et la formalisation des consultations. Nous avancerons encore, cette année, en ce sens.

R : Pour la nouvelle gamme de cercueils du Groupe OGF, à quelle étape votre direction est-elle intervenue ? Etes-vous à l’origine des optimisations d’achat de bois qui concernent certains modèles ?

CL : Cette nouvelle gamme de cercueils est effectivement un bel exemple. Il illustre parfaitement le rôle de chacun de nos services dans un tel projet. La conception et toutes les phases d’exploration et de tests ont été menées par l’équipe de Pascale Guénet, au sein du Marketing. L’optimisation des achats de bois, relève de la direction de l’industrie, qui est experte dans ce domaine.

Il y a également eu un vaste travail de refonte des accessoires, et notamment des emblèmes et des poignées. Cela semble anecdotique, mais au contraire c’est central car une grande partie de notre capacité à personnaliser notre offre passe par la richesse et la variété de ces éléments. Nous avons réalisé un travail approfondi pour trouver des fournisseurs en mesure de nous proposer des accessoires qui s’accordent parfaitement avec les nouveaux cercueils - ligne, matière, teintes, etc.

Enfin, nous avons été très vigilants sur les finitions de ces accessoires avec les fournisseurs retenus, soit en modifiant les produits en catalogue lorsque cela s’avérait possible, soit en leur soumettant les roughs des designers auxquels nous avons fait appel pour créer de nouveaux produits. C’était un projet collectif passionnant et le résultat est au rendez-vous.

R : Dans un tout autre domaine, quel est le rôle de votre direction dans la politique environnementale du Groupe OGF ?

CL : Le respect de l’environnement fait partie de nos priorités clés, au même titre que la qualité. Et OGF mène, depuis un certain nombre d’années, une politique de responsabilité sociale d’entreprise qui ne se limite pas au développement durable. De nombreuses problématiques sociétales sont pleinement intégrées à notre stratégie d’entreprise.
Ainsi le "Made in France" est l’une de nos préoccupations au quotidien. Au sein des Achats, nous veillons systématiquement à la qualité de nos fournisseurs. Au cas par cas, selon les segments d’achat, nous identifions et sollicitons des producteurs français qui sont en capacité de répondre à nos besoins.

Le "Made in France" est une tendance sociétale incontournable, mais au-delà de ça, il est de notre responsabilité de valoriser les entrepreneurs français qui font le nécessaire pour allier qualité et compétitivité. Sur certains types de produits, ces entreprises françaises arrivent à se positionner face à des concurrents d’Asie ou du Maghreb. Nous avons un certain nombre de projets en ce sens, qui devraient voir le jour prochainement, et qui mettront le travail de ces entreprises de proximité à l’honneur. C’est un réel parti-pris en tant que leader français des services funéraires.

R : Et sur l’aspect environnemental ?

CL : Nous parlions tout à l’heure de l’approvisionnement du bois. Bien que ce sujet ne soit pas géré directement par la direction des achats, je souhaite évoquer avec vous les choix écoresponsables du Groupe OGF. Pour la fabrication de nos cercueils, nous travaillons des essences de bois à 99 % issues de forêts françaises écogérées, disposant des labels FSC ou PEFC. Elles se situent dans la mesure du possible à proximité de nos usines de production pour privilégier les filières courtes et locales. Pour les tissus, et plus particulièrement les capitons, que nous achetons de manière centralisée, nous choisissons des fibres naturelles, écologiques et biodégradables.

Nous sommes également très vigilants quant aux produits que nous utilisons, notamment en matière de solvants. Cette rigueur, à laquelle nous sommes très attachés, est valable à tous les niveaux du Groupe OGF – des produits d’entretien au vernis des cercueils –, mais également pour tout fournisseur qui souhaite travailler avec nous.

R : Quid des crématoriums et des lignes de filtration ?

CL : Là encore, nous venons en soutien de la direction des crématoriums et de l’environnement pour tout ce qui a trait aux équipements. Sur ce point, nous sommes très attentifs aux évolutions technologiques. En effet, la mise en conformité de notre parc est certes derrière nous, mais rien n’est figé. Tout progrès susceptible de diminuer encore l’impact de nos équipements est dans la logique du Groupe. La crémation est un exemple intéressant, car c’est un domaine pour lequel nous sommes légitimement en attente de conseils de la part de nos fournisseurs et commanditaires. Il s’agit là d’une collaboration bilatérale qui enrichit la trajectoire d’amélioration des équipements et nous permet d’être plus respectueux de l’environnement, tant en matière de consommation énergétique que de rejets atmosphériques.

R : Un dernier mot ?

CL : Nous recherchons, avant tout, des partenaires de qualité, en mesure de nous accompagner pour offrir aux familles qui nous font confiance un dernier hommage à leur défunt qui soit à la hauteur de leurs attentes. Au sein du Groupe OGF, la réussite de notre mission auprès des familles est notre priorité absolue !

Steve La Richarderie

Résonance n°140 - Mai 2018

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations