Miltchev MartineŒuvrant depuis plus de 25 ans dans les secteurs de l’évènementiel et de l’organisation de salons professionnels, Martine Miltchev s’est vue confier les rênes de FUNÉRAIRE PARIS 2019 organisé par Reed Expositions pour le compte de la Chambre Syndicale Nationale de l’Art Funéraire, propriétaire de l’évènement. Aussi, c’est une nouvelle directrice de salon enthousiaste qui a bien voulu nous confier son ressenti, ainsi que ses attentes et objectifs, pour cette 17e édition qui ouvrira ses portes le 20 novembre prochain au Bourget.

 

CSNAF 2011
Reed

Résonance : Madame Miltchev… dans quel secteur d’activité exerciez-vous avant FUNÉRAIRE PARIS, et comment en êtes-vous venue à prendre la direction de cette édition 2019 ?

Martine Miltchev : J’ai débuté ma carrière dans l’organisation de salons il y a 25 ans, et géré des événements sur des secteurs divers allant du prêt-à-porter aux cosmétiques, ou encore le salon professionnel de l’animal de compagnie. J’ai intégré Reed Expositions en 2011 où j’assure également la direction du Salon de la piscine & du spa. Dans le cadre d’une réorganisation, il m’a été proposé en mai 2018 de prendre la direction de FUNÉRAIRE PARIS 2019. En toute sincérité, je n’ai pas hésité, car c’était une réelle opportunité de découvrir un nouveau marché, et une fierté de pouvoir mettre mon expérience au service de l’événement de référence des professionnels de l’Art Funéraire. Et je dois par ailleurs vous avouer que l’enthousiasme de l’équipe qui a collaboré à l’édition 2017 et son attachement à ce salon n’ont fait que confirmer mon engouement.

R : Vous prenez les rênes d’un salon qui, en novembre, ouvrira ses portes pour une 17e édition… Vous n’êtes pas trop sous pression ?

MM : Vous savez, en 25 ans, j’ai dû ouvrir plus de 40 salons. Chaque édition est unique, c’est à chaque fois un nouveau challenge, car tout doit être prêt pour l’ouverture le jour J, mais l’expérience nous apprend à anticiper tout ce qui peut l’être. Certes, nous ne sommes pas à l’abri d’un aléa de dernière minute, mais j’ai la chance d’avoir une équipe très impliquée, en qui j’ai toute confiance, et qui, j’en suis convaincue, saura apporter rapidement une solution en cas d’imprévu. L’anticipation et la réactivité sont l’essence même de notre métier. Il est vrai qu’à l’approche de l’événement nous ressentons une montée d’adrénaline, un "stress positif" que l’équipe et moi-même arrivons à plutôt bien gérer ; je reste donc assez sereine, et tout sera fin prêt pour une belle ouverture le 20 novembre.

R : Comment avez-vous été accueillie par les membres de la Chambre Syndicale Nationale de l’Art Funéraire (CSNAF), et quelles sont leurs attentes vis-à-vis de FUNÉRAIRE PARIS 2019 ?

MM : J’ai été extrêmement bien accueillie, et la CSNAF nous accorde sa totale confiance pour organiser avec eux et pour eux cet événement. Nous bénéficions en particulier du soutien actif d’Anne Tourres qui reste très impliquée, ce qui est très appréciable en cette première année de prise en main du salon. Nous tenons un comité salon tous les deux ou trois mois pour informer les administrateurs de nos actions : ce sont également des moments d’écoute et d’échanges afin de pouvoir répondre au mieux à leurs attentes. Des attentes en termes d’organisation, car nous tenons à leur livrer un "très beau salon" esthétique, chaleureux et convivial, mais aussi un service et un accueil irréprochables. Nous mettons tout en œuvre pour que tout soit parfait le jour J et durant les trois jours de salon.
FUNÉRAIRE PARIS doit conforter son rang d’événement incontournable pour la profession, avec 3 jours de rencontres, d’échanges et de business, et une volonté cette année de mettre l’accent sur le recrutement d’acheteurs internationaux.

R : En matière d’exposants, ce salon sera-t-il un reflet fidèle du marché funéraire ?

MM : Tout à fait. Tous les secteurs d’activité de la profession seront représentés : le souvenir, la cérémonie, les machines et outillages, la tombe, le soin, les distributeurs funéraires, sans oublier les services, ainsi que les organisations professionnelles et la presse spécialisée. La diversité de son offre garantit à FUNÉRAIRE PARIS une attractivité unique et un visitorat européen et international.

R : Y a-t-il des innovations qui, pour l’heure, ont déjà retenu l’attention des organisateurs, et qui, à n’en pas douter, séduiront les futurs visiteurs ?

MM : Oui, bien sûr. De nombreuses innovations seront présentées. Je pense à deux nouveautés, notamment sur le secteur du souvenir :
La réalisation de bustes ou bas-reliefs en cristal qui reproduisent fidèlement le visage du proche disparu d’après photo ou vidéo, jusqu’à échelle réelle ; des œuvres pouvant être intégrées au monument ou conservées à demeure.
Une application sur smartphone permettant d’accéder à du contenu sur le défunt : un texte, une image, de la musique… ces données sont mémorisées dans un petit capteur, et les personnes ayant téléchargé l’application via leur smartphone peuvent y avoir accès. L’autre nouveauté est que le capteur peut être positionné sur le monument mais aussi à n’importe quel autre endroit : un jardin, sous un arbre ou sur un banc où le défunt avait l’habitude de se poser.
Côté cérémonie, vous pourrez découvrir un cercueil en forme de cocon, comme une chrysalide… un concept novateur pour ce cercueil pensé et dessiné comme une enveloppe. Les nouvelles technologies seront aussi présentes, avec la dispersion aérienne de cendres funéraires par drone dans la baie du Mont-Saint-Michel. Et enfin, une prise de conscience également des professionnels, avec le recyclage et la valorisation des déchets métalliques issus de la crémation.
Ce ne sont là que quelques exemples, mais de nombreuses autres nouveautés seront présentées par les entreprises, qui doivent sans cesse innover et faire preuve de créativité.

R : Côté animations et conférences, le CREDOC, l’UPFP, la CPFM et l’EFFS seront à l’honneur, pouvez-vous nous en dire plus ?

MM : Effectivement, nous accueillerons cette année quatre conférences :
- Le CREDOC animera une conférence sur "Les Français et les obsèques", revenant sur l’évolution depuis 14 ans et un focus sur les jeunes de 18 à 39 ans.
- L’UPFP (Union du Pôle Funéraire Public) interviendra sur le règlement européen en matière de protection des données (RGPD) appliqué aux opérateurs funéraires.
- La CPFM (Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie) présentera l’évolution des missions du conseiller funéraire avant 1993, aujourd’hui et... une vision dans 10 ans.
- Enfin, l’EFFS (European Federation of Funeral Services) animera une conférence sur la vision du funéraire en Europe, quel avenir pour les entreprises funéraires ? Cette conférence permettra notamment des échanges sur les pratiques des entreprises funéraires dans différents pays, le partage d’expériences, et une projection sur l’avenir au travers de présentations et de films.
Nous sommes par ailleurs très honorés d’accueillir parallèlement l’Assemblée générale de l’EFFS au Bourget, à l’occasion du salon, et de recevoir une délégation d’environ 80 personnes venues de toute l’Europe.
Les visiteurs qui souhaitent assister à ces conférences peuvent d’ores et déjà consulter les jours et horaires sur le site du salon www.salon-funeraire.com.

R : Pour conclure, objectivement, quels sont vos objectifs pour cette édition 2019 ?

MM : Tout d’abord, finaliser la commercialisation car, comme à chaque édition, des retardataires se manifestent et nous sommes en train de louer les derniers emplacements : le salon affichera complet. Ensuite, et c’est l’objectif prioritaire, réussir cette prochaine édition tant en termes d’organisation que de résultats pour les exposants. FUNÉRAIRE PARIS, salon de référence pour les professionnels, doit rester un événement incontournable favorisant l’entretien de la relation client et des échanges, et une plateforme génératrice de nouveaux contacts pour les entreprises. Notre ambition est de tenir un événement de qualité dans une ambiance chaleureuse, conviviale, professionnelle et propice aux affaires.

Steve La Richarderie

Résonance n° 154 - Octobre 2019

 

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations