Partager avec un ami








Submit

Le visage de Nicolas Delestre commence à être connu dans le paysage funéraire, pour être plus précis, dans le paysage historique du funéraire, et surtout de l’embaumement, avec un "E" majuscule.

 

Photo pro
Nicolas Delestre.

Nicolas est un passionné et un érudit de la mort…

Il est spécialisé dans l’histoire de la préservation des corps et dans l’étude des momifications anthropiques ou spontanées. Informaticien spécialisé en sécurité des systèmes d’information, il a enseigné au sein de l’IUT de Lyon 1 et dans les sections supérieures du CNRS en sécurité informatique, avant de décider par choix personnel de changer de vie.

Passionné par les rites funéraires, allant de l’Antiquité à nos jours, il a décidé d’entrer en formation de thanatopraxie au sein de l’école de Lyon et, en parallèle, il a rejoint l’équipe du musée d’anatomie Testut Latarjet pour s’occuper de l’événementiel et de recherches sur les momies y étant conservées.

Il est aujourd’hui enseignant à l’école de thanatopraxie Assistance Formations Internationales Thanatopraxie Thanatoplastie (AFITT) dont il est le secrétaire général, à l’École Française de Thanatoplastie (E.F.T.), et à la faculté de médecine de Lyon pour les unités d’enseignement libres de seconde et troisième année en spécialisation "médecine légale".

C’est un collectionneur et un bibliophile reconnu essentiellement dans les domaines de la médecine légale, de l’embaumement et de l’anthropologie criminelle. Une exposition a vu le jour cette année grâce à ses collections et à celle de Michel Guénanten : "Chronique de la thanatopraxie", qui, après avoir eu un grand succès au musée de la médecine de Lyon, passera par Angers et Colpo avant d’être présentée pendant 3 mois, début 2019, au musée de la Médecine de Paris Descartes. Pour l’occasion, vous pourrez admirer un exemplaire exceptionnel de Ruysch, des systèmes d’injection du XIXe siècle impressionnants, et un ensemble de pièces jamais exposées à ce jour.

Nicolas est aussi l’auteur d’un magnifique livre aux éditions Murmure – Petite histoire de l’embaumement en Europe au XIXe siècle –, où vous apprendrez tout, de la momie à ce que l’on nomme la thanatopraxie, en passant par la pétrification, l’anthropoplastie galvanique et l’anthropo-taxidermie… Il a récidivé, en début d’année, avec un second essai fortement intéressant sur la préservation naturelle des corps – Les Imputrescibles –, toujours chez le même éditeur : Que pensez d’un corps sur lequel la nature n’a pas repris ses droits ? D’un corps imputrescible ? Pour comprendre les mécanismes qui mènent à la préservation naturelle d’une dépouille, il faut tout d’abord saisir ceux qui aboutissent à sa disparition puis, petit à petit, observer les variations, parfois infimes, qui détraquent le processus naturel de décomposition : des corps de saints aux sokushinbutsu en passant par les corps profanes, c’est toute la gamme des interprétations que l’homme fit de ces imputrescibles qui est abordée dans cet opus mystérieux.

Nicolas dirige aussi le site Embaumements.com, où vous trouverez des tas de choses. Le projet "Embaumements" a pour but de donner accès aux biographies de nombreux embaumeurs, et d’expliciter les différentes méthodes de conservation élaborées par ceux-ci à travers le temps. Il regroupe des spécialistes de nombreux domaines afin de pouvoir donner un aperçu le plus précis et objectif possible de l’évolution de cette science qui accompagne l’humanité depuis ses origines.

Aujourd’hui, Nicolas ajoute encore une corde à son arc, qui ressemble d’ailleurs de plus en plus à une harpe, il devient, au sein des éditions Fages, directeur de collection…

Stanislas Petrosky : Bonjour Nicolas, enchanté de te revoir, tout d’abord es-tu heureux des retours sur tes deux premiers livres ? Ce sont des essais, ce n’est pas dans la littérature la plus en vogue, mais cela semble bien marcher, les gens sont curieux ? Même Gérard Collard, le libraire le plus influent, vante tes ouvrages…

Nicolas Delestre : Effectivement, j’ai été le premier surpris par la façon dont ont été accueillis mes deux premiers ouvrages ; en quelques semaines, les premières éditions ont été épuisées et ont dû faire place à des secondes éditions, elles aussi épuisées aujourd’hui. Je ne pensais pas qu’un sujet comme celui-ci pouvait intéresser autant le public. C’est une très belle surprise, tout s’est enchaîné, les retours de lecteurs et de critiques ont été très positifs et enrichissants, les séances de dédicaces ont donné lieu à de beaux débats sur la thanatopraxie et ses techniques, la presse, la radio, la télé, ces deux premiers ouvrages ont permis de "libérer la parole" d’une certaine manière autour d’un sujet pas souvent abordé sous un angle positif et objectif, il faut bien le reconnaître.

SP : Où en es-tu avec le site Embaumements.com, il est toujours en pleine évolution ?

ND : Le projet "Ebaumements" n’est pas près de s’arrêter, nous recevons des demandes tous les jours d’analyses pour différents types de préservation, nous nous sommes occupés de l’analyse des reliques du "Curé d’Ars" il y a peu de temps et l’étude d’une collection de fœtus naturalisés va bientôt commencer, il y a tellement de cas à étudier et tout est à faire, alors chaque jour nous progressons, nous analysons, nous référençons, et nous aidons aussi à la conservation de ces pièces.

SP : Et cette collection que tu vas diriger aux éditions Fage, tu peux nous en dire plus ?

ND : Bien sûr. Elle porte le nom de "Dilaceratio Corporis", qui pour moi résonne comme un appel à une certaine ouverture d’esprit vis-à-vis d’un sujet large et complexe qui est celui de la mort sous tous ses aspects, même les plus fantasques. Nous publions les six premiers titres de la collection en 2019, et beaucoup de surprises seront au rendez-vous ; de biographies de grands chercheurs en recettes culinaires propres aux cérémonies de deuil, nous allons donner la parole à des spécialistes sur des sujets qui jusqu’à aujourd’hui n’ont, pour la plupart, jamais été traités.

SP : Qui a eu l’idée de créer cette thématique ?

ND : Laurence Loutre-Barbier, l’une des directrices des éditions Fage est venue me rencontrer dans le cadre de l’exposition consacrée à la thanatopraxie, au musée de la Médecine de Lyon. Elle souhaitait créer une collection sur le sujet et nous sommes tout de suite tombés d’accord sur la façon dont la collection pouvait être montée et fonctionner. À peine quelques jours plus tard, mon contrat était prêt et j’ai pu commencer à sélectionner les sujets et les auteurs que je souhaitais mettre en avant. Je dis "je" depuis tout à l’heure, mais, en réalité, je ne travaille pas seul, ma compagne, Marion Péchiné, est présente à chaque étape de l’élaboration de la collection, nous faisons le choix des sujets et des auteurs ensemble.

SP : Quel sera le premier ouvrage – l’auteur, le sujet –, et quand paraîtra-t-il ?

ND : Il n’y a pas un, mais trois ouvrages, qui sortiront le 10 janvier 2019, et trois autres le 10 septembre 2019. Les six ouvrages seront passionnants ; en janvier, vous trouverez une autobiographie de Michel Guénanten, un thanatopracteur exceptionnel que chacun d’entre nous connaît, au moins de réputation, mais dont l’autobiographie va faire grincer les dents à pas mal de personnes du milieu. On trouvera également un ouvrage sur la cuisine du deuil, écrit par Julien Barbet, un grand chef cuisinier lyonnais et illustré par Julie Chauville, une artiste graphiste, c’est un livre d’anthropologie culinaire en quelque sorte, un livre de recettes et d’histoires de plats servis lors des cérémonies funéraires partout dans le monde. Enfin, le dernier ouvrage publié en janvier sera un petit traité de médecine légale destiné à un large public, il est écrit par Michel Durigon, un médecin légiste dont la réputation n’est plus à faire. Les trois ouvrages seront disponibles partout, la part belle a été faite à la qualité autant graphique que textuelle des ouvrages, les couvertures sont imprimées en sérigraphie, et nous avons souhaité rester dans une tarification abordable afin de permettre au plus grand nombre de s’ouvrir à ces thématiques sans pour autant avoir à y investir des sommes folles.

SP : Tu as déjà beaucoup d’auteurs en lice pour tes ouvrages ?

ND : Oui, les demandes pleuvent, parce que ce genre de thème fait en général peur aux éditeurs ; du coup, beaucoup de spécialistes se sont dit que c’était l’occasion de parler de leurs domaines dans une collection et une maison d’édition sérieuses dont les ouvrages sont présents dans tous les musées en France. Chaque jour, j’ai de nouvelles demandes, nous étudions chaque demande et nous recevons de belles propositions, dont certaines feront partie des publications 2019, mais nous avons choisi une autre approche dans la grande majorité des cas, Marion et moi-même élaborons un sujet qui nous semble intéressant, puis nous recherchons la personne la plus adaptée à traiter ce sujet.

SP : Quels sont les sujets les plus surprenants que tu désirerais avoir au sein de cette collection ?

ND : Nous aimerions traiter de la mort dans la littérature populaire, de la mort des papes, de l’image de la mort dans le tatouage, de l’utilisation des stéréotypes de la mort dans la musique actuelle... Beaucoup de sujets sont en cours de validation et verront le jour en 2020. La thanatopraxie sera encore à l’honneur dans la collection en 2020, à n’en pas douter.

SP : Je trouve l’idée vraiment sympathique… J’espère que cela marchera ; de tout cœur, je te souhaite une excellente continuation, je reviendrai te voir lorsque les premiers ouvrages paraîtront, merci de m’avoir accordé un peu de ton temps.

Sébastien Mousse
Directeur de publications
L’Atelier Mosésu
Le noir sous toutes ses couleurs

Résonance n°143 - Septembre 2018

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations