Si la thanatopraxie, qui fut longtemps considérée comme un "métier d’hommes", s’est considérablement féminisée au cours de la dernière décennie, elle reste néanmoins une profession dans laquelle le corps est mis à rude épreuve et qu’il est difficile de concilier avec une vie de famille.

C’est le 1er janvier 1970 que furent créées à Saint-Louis, par deux maîtres menuisiers associés, Marcel Riedlin et Henri Sutter, les pompes funèbres des Trois Frontières. Située dans le département du Haut-Rhin, la ville de Saint-Louis se trouve à proximité des frontières suisse et allemande.

Pour reprendre l'expression d'un célèbre humoriste français des années 1980, c'est l'histoire d'un mec… Et ce "mec", belge de surcroît, a suivi un parcours pour le moins atypique et hors norme, surtout en si peu de temps ! Laissez-moi vous narrer son histoire...

Lorsqu’il est question des risques sanitaires encourus par le personnel des pompes funèbres, on pense aux corps porteurs de maladies transmissibles (les corps contagieux ne sont ni manipulés ni présentés), or, à l’exception des thanatopracteurs qui peuvent effectivement se contaminer lors des soins, ces derniers ne représentent aucun danger. Il est par contre un ennemi invisible, doté d’un nom plutôt sympathique, qui prolifère dans les morgues et les funérariums et dont la dangerosité n’est plus à démontrer : le staphylocoque doré.

JP-Tricon
Jean-Pierre Tricon, avocat au barreau de Marseille
Annales 2014 de l’examen théorique pour l’obtention du diplôme national de thanatopracteur, matière "Réglementation funéraire", réflexions et corrigés.

L’embaumement a été pratiqué à toutes les époques, dans toutes les cultures et sur tous les continents. De nos jours, la thanatopraxie moderne, souvent définie, à tort, comme un effet de mode, résulte de ces millénaires de pratique.

Depuis l’apparition des premières sépultures à la Préhistoire, il y a 80 000 ans, les rites funéraires n’ont jamais cessé d’évoluer. C’est à cette époque que l’Homme a pris conscience de sa propre mort et a cherché à préserver le corps des défunts de la corruption et des charognards. Ainsi sont apparus les premiers rites funéraires, qui marquent la distinction entre l’Homme et l’animal. À travers les âges et les cultures, la conservation des corps fait partie intégrante de l’histoire de l’humanité.

Nous avons tous des rêves et nous faisons tout pour les réaliser. Lorsque l’on a l’avenir devant soi, tout paraît possible et pourtant, lorsque le handicap s’en mêle, les obstacles s’accumulent jusqu’à sembler parfois infranchissables. Il faut alors redoubler de courage et travailler bien plus dur pour y arriver.

"Le progrès de la connaissance se résume peut-être en une meilleure compréhension de notre ignorance".
Robert Mosse

Cette citation s'impose d'elle-même. Les qualités d'économiste et de sociologue reconnues de Robert Mosse se prêtent parfaitement à l'état d'esprit dans lequel devrait se trouver tout professionnel du funéraire qui met un point d'honneur à exercer sa profession convenablement.

Les métiers du funéraire, qu'il s'agisse de conseil funéraire, de gestion d'entreprise ou même de thanatopraxie, sont régis par une législation en vigueur et de multiples réglementations, décrets ou autres textes de lois. Ces derniers impliquent un nombre certain de connaissances de la part de ces mêmes professionnels. Connaissances qu'il faut savoir mettre en pratique afin de pouvoir les expliquer au mieux aux familles, toujours dans un souci d'excellence.

La compréhension, ou plutôt l'appréhension, de cette dite réglementation constitue l'essentiel de l'apprentissage d'un futur professionnel soucieux d'entamer une carrière en bonne et due forme. Bien entendu, au-delà de l'apprentissage, c'est dans la vie professionnelle propre que s'appliquent ces connaissances. La mise en pratique de ces dernières se fait au quotidien dans les entreprises de pompes funèbres, et une perpétuelle remise en question est plus qu'appréciable dans une catégorie socio-professionnelle en constante évolution.

La gestion de l'état psychologique des familles que nous recevons lors du traitement d'un deuil impose d'utiliser un vocabulaire clair, précis et concis. Une bonne maîtrise des règles législatives est d'autant plus importante que les personnes en face de nous sont peu ou pas réceptives aux explications fournies. Il est cependant courant d'être confronté à des personnes ayant des connaissances en droit funéraire, le discours peut alors en être facilité, à condition de garder de la crédibilité en ayant les connaissances adéquates à la bonne gestion du dossier.

Le sentiment d'invinciblité n'a pas sa place dans le funéraire

Comme le dit Robert Mosse, et je le répète : "Le progrès de la connaissance se résume peut-être en une meilleure compréhension de notre ignorance." Se dire que rien n'est jamais acquis, avoir soif de connaissance, se bâtir des bases solides, des fondations stables dans le but d'édifier, étage par étage, la tour de la connaissance qui permettra d'assurer et d'exercer sa fonction dans les meilleures conditions, est crucial.

À l'instar de la réglementation, les techniques et pratiques funéraires pourraient faire l'objet du même type d'analyse. Il est de bon augure de pouvoir exprimer clairement les possibilités qui s'offrent aux familles en matière de prestations funéraires, de pouvoir faire la part des choses entre théorie et pratique, et pouvoir les conseiller, les orienter dans le dédale obscur de l'organisation d'obsèques. Pour cela, il faut avoir bien ancrées en soi ces dites connaissances et surtout, le cas échéant, se poser les bonnes questions.
Que ferais-je dans cette situation? Pourquoi ne suis-je pas capable d'apporter une solution? Que prévoit la loi à ce sujet ?

J'ose encore croire que l'entraide entre confrères est d'actualité, de nos jours, dans le funéraire. La multiplication des forums et des réseaux sociaux sur Internet, où se croisent professionnels, étudiants ou chefs d'entreprise, est, selon moi, l'avenir en matière de communication funéraire. Quel meilleur moyen pour obtenir des réponses à ses interrogations ? Quel autre outil permet d'échanger sur des thèmes divers, d'actualité, de réglementation, et le tout, en instantané ? Des témoignages récents que j'ai pu lire sur ces mêmes réseaux sociaux mettent en avant le caractère égocentrique et égoïste de certains professionnels. J'aime à penser qu'il s'agit là de cas isolés et que la plupart des professionnels sont enclins au partage, à la mutualité et pourquoi pas à la camaraderie.

À la nouvelle génération, dont je fais partie, je lance un message

Il est de notre devoir de faire évoluer le métier dans ce sens, de mettre en avant cette assistance, cette fraternité, avec pour objectif de pouvoir toujours mieux mettre au profit des personnes endeuillées nos connaissances et nos capacités. Gardons à l'esprit que la remise en question systématique est synonyme de réussite, et qu'opportunisme et individualisme n'ont jamais rien apporté de bon.

Réfléchissons ensemble sur les problèmes que nous rencontrons et n'ayons pas peur de l'inconnu, c'est comme ça qu'on avance.

Mickaël CurtiCurti Mikael02 fmt

Une réponse ministérielle annonce notamment, pour le début de l’année 2016, la fin de l’interdiction des soins de conservation pour les défunts porteurs du VIH.

C’est dans la région de Bordeaux que Benjamin Hulin, thanatopracteur, a décidé de poser ses valises en 2009. C’est une embauche professionnelle qui a amené cet Orléanais de naissance, qui a fait sa scolarité au Mans, à s’établir dans le Sud-Ouest.

L’activité des thanatopracteurs, par définition, est un métier de service qui requiert engagement et sens des responsabilités. Leur implication dans la profession pousse ainsi certains d’entre eux à se diversifier et à proposer des services annexes à leurs confrères, ou à des entrepreneurs de pompes funèbres.

Depuis les débuts de la thanatopraxie, la technique n'a pas changé, même si le matériel s'est quelque peu modernisé. Certains gestes pourtant se sont perdus, par exemple le drainage veineux, dont Sébastien Boukhalo reste un adepte.

Installé au cœur du Pays nantais, David Berjon a fait de l'une de ses passions son métier. Car, comme chacun le sait, la thanatopraxie ne s'improvise pas et même si on y vient parfois "par hasard", l'intérêt pour le métier s'accroît au fur et à mesure qu'on le pratique ou que l'on rencontre des gens qui deviendront un jour des confrères, voire des amis. Le moins que l'on puisse dire est que cet homme a soif de "savoirs" aussi hétéroclites que passionnants, tantôt photographe amateur, passionné de médecine chinoise, de kinésiologie et de toutes ces activités non conventionnelles, dites "holistiques".

Le festival international du film fantastique s’est tenu comme chaque année du 29 janvier au 2 février à Gérardmer. Pour sa 21e édition, Sébastien Mousse, notre thanatopracteur éditeur, avait fait le déplacement avec un de ses auteurs, Bérangère Soustre de Condat-Rabourdin, spécialiste des tueurs en série qui a déjà publié deux ouvrages sur le sujet : "Autopsie du tueur en série" et "Le saccage de la chair", dans la collection "Post mortem" aux éditions L’atelier Mosesu.

En progression permanente depuis son arrivée en France dans les années soixante, la pratique de la thanatopraxie répond, bien qu’on la qualifie parfois à tort de "phénomène de mode", à un vrai besoin de la part des familles endeuillées. Elle a pourtant ses détracteurs, y compris dans le milieu funéraire. On remet parfois en question son utilité.

Entretien avec Sébastien Boukhalo, membre du Jury national et thanatopracteur indépendant en Dordogne

Depuis quelques années, un jeune thanatopracteur s’investit dans la profession et est en train de se faire un nom dans le monde de la thanatopraxie.

J’ai fait la connaissance de José Ruel par l’intermédiaire de Christophe Taillieu, en 2005, alors que j’envisageais de prendre mes premières vacances. J’avais besoin d’un remplaçant et José est arrivé chez moi avec son matériel de gravité. À cette époque, je travaillais encore en pression et ne m’aventurais pas beaucoup en dehors des sentiers battus.

"Si vous voulez être respecté, commencez par être respectable", a écrit Somerset Maugham, célèbre dramaturge et romancier britannique.

Instances fédérales nationales et internationales :

CPFM - Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie FFPF - Fédération Française des Pompes Funèbres UPPFP - Union du Pôle Funéraire Public CSNAF - Chambre Syndicale Nationale de l'Art Funéraire UGCF - Union des Gestionnaires de Crématoriums Français FFC - Fédération Française de Crémation EFFS - European Federation or Funeral Services FIAT-IFTA - Fédération Internationale des Associations de Thanatoloques - International Federation of Thanatologists Associations